Zola lassomoir analyse fete des oies

Zola lassomoir analyse fete des oies

Situation Pour sa fore, Gen’aise invite des habitants du quartier (14 personnes) et leur offre un festin. Les invitos ont dojo mange le potage, des logumes et attendent IQoie rotie. Des enfants se disputent. Ier axe : une mise en scone thOQtrale Gervaise veut Opater ses invitos et IOoie rotie constitue un peu le sommet du repas. er paragraphe : la leurs attitudes penda qu IQoie :  » on attendait vers la cuisine or 3 to View nextÇEge ise en scone : s : description de parties dQbrocher nez se tournaient – 2Qme paragraphe : e retour e Gervaise et de IOoie. motif du cortoge :  » il y eut une rentrQe triomphale Gervaise portait IQoie  » les femmes marchaient [email protected] elle  » : aspect spectaculaire de la scene . L’oie fait une entree triomphale, * motif du regard : tous les regards convergent vers IQoie, au centre de la scone :  » elles regardQrent avec un interet profond Gervaise i’ /  » Nana les yeux domesuroment ouverts, se haussait pour voir  » * matif de IOenthausiasme : les invites sont fascinos par IQarriv•e de IOoie rotie. Ceci se traduit aussi par . des signes :  » on se

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
la montrait avec des clignements dQyeux et des hochements de menton ‘ . IOexplosion de joie :  » un large rire silencieux  » (chez Gervaise), ‘ riaient comme lle  » les sauts de joie des enfants ‘ * motif du respect : silence respectueux la fin :  » une surprise respectueuse, qui avait coupo la voix la socioto llQme axe : Leobservation dQune fQte populaire Nous retrouvons ici 140crivain naturaliste, soucieux de nous donner un tomoignage sur les moeurs de la classe [email protected] ?vocation dOune fOte populaire. Procision de sociologue Le rele majeur des femmes : ce sont elles qui, dans la classe ouvriOre, sont au centre des toches domestiques :  » Gervaise et maman Coupeau arrivaient pour dObrocher 100ie  » Augustine (z apprentie) posa deux lampes  » Peut-on vous donner un coup e main ? cria Virginie : Sous le Second Empire, dans la classe [email protected], la cuisine est exclusivement [email protected] des femmes.

[email protected] de la nourriture : la classe ouvriQre ne mange pas toujours sa faim. COest pourquoi, les rares instants de fQte sont centros sur la nourriture. DOOQ la mise en valeur de IQoie rotie : elle est [email protected] dQvorQe du regard on ne IQattaqua pas tout de suite Il soagit aussi de manger avec excos : les mochoires continuaient avaler de grosses bouchQes de pain  » On laissait la nourriture se tasser  » : on ne mange pas QIQgamment comme chez les bourgeois, on mange beaucoup. Le laisser-aller :.