Villon epitaphe

Villon epitaphe

François Villon Ballade des pendus/épitaphe Intro : Villon était étudiant et bandit des grands chemins, XVème siècle. Epitaphe = ce qui est écrit sur une tombe. Ballade : 3 strophes dont le nombre de vers de chaque strophe est égal au nombre de syllabe de chaque vers (ici 10)+• dernier vers constitue un refrain. Ici dernière strophe n’a que 5 vers et les mêmes rimes. o page Poème construit sur suggère l’angoisse); o r or 2 Texte en moyen fran s Sni* to View Registre pathétique ( Donc lyrique + tragiq coudre » = humour noir) fantastique prière : ?sagréable, aigue pardonné) comique (« dés ? Effet litanique car une invocation à Dieu à chaque fin de strophe Temps des verbes : impératif « n’ayez subjonctif d’injonction « que sa grâce ne soit pour nous tarie » Champ lexical de la religion : Dieu, absoudre, Vierge marie, grace, enfer, Jesus (glorifié car « sur tout a maitrie ») Il dit aussi qu’il faut être miséricordieux si nous voulons la miséricorde de Dieu « dieu en aura plus tôt de vous merci(s) » Il ne dit cependant cependant pas ce que deviendra son âme tandis qu’il décrit ‘avenir funeste de son corps.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Contexte : Il s’imagine déjà mort : ainsi ce poème fait parler Villon une fois mort/pendu (prosopopée) Même si à l’époque la mort était omniprésente (voir tableau de Bosh) contrairement à aujourd’hui où nous avons plutôt tendance à la fuir (ne montre pas trop a la télévision journaux) les thermes sont très crus et donnent une ambiance assez glauque…

Appel à la fraternité : Il accepte sa condamnation : il est coupable et l’admet. MAIS il demande l’indulgence des gens « tout homme n’ont pas on sens rassis » et leur demande de prier pour eux « mais priez dieu que tous nous veuille absoudre » ATTENTION il ne clame pas l’injustice ! Il demande seulement de pouvoir aller au paradis (salut) (v,18) on comprend pourquoi il ne veut pas aller en enfer. Dernière strophe : l’envoi Normalement s’adresse toujours à quelqu’un (prince ou seigneur qui protège le poète) MAIS là s’adresse à Jésus !! très importante Sauf avant dernier vers s’adresse de nouveau aux hommes pour que ca coïncide avec le dernier vers.