Ubu Roi Critique

Ubu Roi Critique

Une adaptation totalement ubuesque Un roi Ubu plus ubuesque que jamais. Ce mercredi 07 janvier 2015 à 20h30, alors que l’actualité tendait plus vers Charlie, Ubu nous a également interpellé. Jeremie Lelouët nous a montrer ses talents de metteur en scene en nous faisant redécouvrir le plus classique des anti-classique, Ubu roi d’Alfred Jarry. Pour cela il s’est associé à la Compagnie des Dramaticules. Une mise en scène étonnante qui dénonce les conventions du théâtre de la scène elle même jusqu’au plus petit accessoire.

On peut voir les coulisses car en effet ils ne sont pas cachés. II y a énormément d’éléments ce qui laisse place à notre imagination pour rechercher leur on été utilisé ce qui e totalement utilisé m • gloire avec une cours un changement dact un final très peu d’objet pace scénique est à leur moment de ce qui est plutôt surprenant. Jeremie Le Louèt reprend lui m me le rôle d’Ubu roi. Il se fâche contre l’acteur précédent pour reprendre le rôle. Ces « chamailleries » reviennent à plusieurs reprises durant la eprésentation.

Les acteurs sortent de leur rôle pendant quelques instants et joue leur propre rôle. On a l’impression d’assister ? une répétition. Le plus petit accessolre

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
ma page mais pas des moindres est la caméra utilisé tout au long du spectacle. Elle actualise la pièce et nous fait participé à la représentation. Elle est tourné vers nous et nous fait passé pour le peuple du roi Ubu. un téléphone est également utilisé pour prendre des photos dites des « selfie Jeremie Lelouët a reussit remettre au goût du jour une pièce considéré comme un classique.

Une grande partie du texte original a été retiré mais est-ce vraiment une mauvaise chose ? Les scène retirées sont par exemple la scène où Ubu distribue de l’argent au peuple ou la fin de la scène où il tue les nobles. Ces choix du metteur en scène peuvent paraître trop osé mais en y réfléchissant bien les scènes concernées ne faisaient pas avancé l’histoire, elles construisaient surtout le portrait d’Ubu. eremie LeLouët a également rajouté des scènes.

Le scène la plus frappante est celle où les personnages fêtent le couronnement d’Ubu. Lors de ce passage la musique est actuelle, la caméra est beaucoup utilisée et le public a pu monter sur scène pour fêter le couronnement avec la mère Ubu et son mari. Cette scène, malgré le fait qu’elle soit un peu longue, nous fait vraiment oublié que la pièce fut écrite en 1896. un grand bravo à Jeremie LeLouet et un beau « merdre » pour les prochaines représentations de la troupe .