Troubles de la d glutition et approches de la prise en charge gl

Troubles de la d glutition et approches de la prise en charge gl

Troubles de la déglutition et approches de la prise en charge Marielle Mas orthophoniste IME Des Trois Lucs 9 Mars/ Avril/ Mai 2014 Table des matières 13012 Marseille or7 Sni* to View 1) La déglutition… ou comment ça marche 2 2) Les 3 phases et les difficultés rencontrées 4 a) Phase orale : volontaire (on peut la contrôler)4 Physiologie 4 Difficultés et solutions 5 b) La phase pharyngée : phase automatique8 Physiologie 8 Cl Difficultés. g c) La phase œsophagienne. C] Physiologie 9 Difficultés et prise en charge 10 Que vérifier avant de nourrir un 12 Les bons gestes pour nourrir 13 remiers sons /p/, lb/ et lm/ suivent le développement de la succion. A l’âge de 6/8 mois l’enfant progresse vers une déglutition adulte. Vers l’âge de deux ans les premières prémolaires apparaissent et l’enfant commence à « mâchouiller ». L’émergence des sons It/ et Id/ suivent les prémices de mastication. La mastication parfaitement organisée de l’adulte ne sera en place que vers 6 ans.

Un enfant qui n’a pas une mastication efficace court le risque de présenter des troubles de l’articulation. La déglutition se déroule en trois phases . -Phase orale. -Phase pharyngée. phase œsophagienne. 2) Les 3 phases et les

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
difficultés rencontrées a) Phase orale : volontaire (on peut la contrôler) Physiologie Les aliments sont d’abord portés à la bouche d’un mouvement du bras qui part de l’assiette jusqu’à la cavité buccale. Une fois les aliments mis en bouche la cavité buccale doit être étanche : les lèvres sont fermées et le voile du palais est abaissé contre la base de langue.

Ainsi les aliments ne « coulent » vers le pharynx et ne s’introduisent pas dans le larynx (vers les voies respiratoires). Durant cette phase les voies respiratoires ne sont pas protégées t l’on peut continuer de respirer! Ensuite la langue rabat les aliments vers les molaires qui broient les aliments. On assiste à une phase d’insalivation des aliments pour former une boule homogène et lubrifiée qui vient se réunir sur le milieu de la langue.

Difficultés et solutions -Positlonnement du sujet • A gauche : bonne position avec tête légèrement ab PAG » rif 7 solutions -Positionnement du sujet : A gauche : bonne position avec tête légèrement abaissée vers la poitrine et flexion des hanches. A droite : mauvaise position avec extension des hanches et/cou en extension. Dans le cas d’un mauvais positionnement, proposer un siège avec cale nuque ou bien tenir la nuque du patient et incliner légèrement la tête de l’usager vers la poitrine pour fermer et protéger ses voies respiratoires.

Si l’enfant est hypotonique (manque de tonus) ne jamais prendre appuie sur le front mais soutenir le menton. Bien se positionner par rapport à l’enfant : ne pas se mettre trop en hauteur par rapport à lui pour éviter qu’il ne lève la tête. Ne jamais lui proposer de verre trop rempli pour lui éviter de lever la tête. Se mettre bien en face de lui. -Prise de cuillère difficile Amener la cuillère de l’enfant jusqu’à sa bouche. Cependant un travail sur le geste de ramassage et de leur transport jusqu’à la cavité buccale dolt être mené SI possible.

En effet une bonne coordination main-œil permet une meilleure synchronisation de l’ouverture buccale à l’arrivée des aliments. Ce travail s’effectue d’abord en dehors des repas. Pistes de travail : Préhension de la cuillère : positionner la main de l’usager sur le manche du couvert. Proposer des cuillère coudées, à manche épaissi, légère. Attention les culllères à manche plat rendent la préhension des ouverts difficile. Ramassage des aliments : utilisation d’une assiette contrastée par rappo PAGF3C,F7 contrastée par rapport à « aliments : ex yaourt sur assiette bleue. osslbillté d’utiliser un rebord d’assiette. Lèvres peu étanche -Travail des praxies bucco-faciales : prendre conscience des lèvres 4 musculation des lèvres. -Il est possible de proposer un miroir à l’usager pour qu’il contrôle la « fuite » de nourriture hors de la cavité buccale. Cela suppose qu’il ait un niveau cognitif de 20/24 mois. L’orthophoniste peut utiliser la cryothérapie pour réduire le bavage. roblèmes dentaires, difficultés de mastication Toujours vérifier que l’usager a ses dents pour mastiquer!

On peut constater un bruxisme qui entraîne une abrasion des dents ou encore des malformations, malpositions, agénésies. Vérifier aussi qu’il n’ait pas de douleurs dentaires. Il est important pour l’usager d’avoir une bonne hygiène buccale Texture mixée ou hachée -Travail de la mastication : introduire l’aliments vers les molaires. Veiller à changer de côté régulièrement. préférer pour cet exercice les boudoirs et autres biscuits fondants rapidement dans a bouche. -Remonter la mâchoire inférieure.

On peut la tester en introduisant un morceau d’aliment, tête toujours fléchie vers le sternum : regarder si la langue effectue un mouvement avant-arrière (mouvement de succion qui ne pronostique pas une bonne mastication) et observer si elle se rabat vers les molaires. Problèmes linguaux En cas de : faiblesse musculaire, paralysie de la langue, mouvemen mouvements incontrôlés de la langue Le bol alimentaire n’est pas rabattu vers les dents et ou le bol ne se forme pas en une boule homogène. La langue peut effectuer n mouvement de succion en sortant de la cavité buccale.

On peut observer un havage On propose alors une texture semi-épaisse pour former une boule homogène. -L’orthophoniste peut utiliser la cryothérapie pour réduire le -Quand l’usager a des difficultés de salivation (sécheresse buccale), vérifier qu’il nia pas de traitement neuroleptiques ou psychotropes. Voile du palais qui ne retient pas la nourriture On observe alors des fausses routes pendant la phase de mastication avant la déglutition : la nourriture glisse dans le larynx alors que les voies respiratoires ne sont pas protégées. Incliner la tête du patient vers l’avant pour protéger les voies respiratoires.

Proposer une texture pâteuse pour éviter ce glissement. -Epaississement des liquides. Le réflexe nauséeux peut être exacerbé. -Désensibilisation : rééducation orthophonique. b) La phase pharyngée : phase automatique Les cordes vocales se ferment ce qui protège un peu plus les voies respiratoires. Les aliments passent dans le pharynx. Certains « débris » (stases) stagnent dans les cavités pharyngées et l’on déglutit plusieurs fois pour vidanger les parois pharyngées. Les parois du pharynx se contractent pour « faire glisser » les aliments jusqu’à l’œsophage.

Difficultés. Pas de déclanchement du réflexe de déglutition. -Appuie avec la cuillère sur la pointe de la langue pour provoquer un recul de la base de langue et une ascension du larynx. Défaut de protection des voies respiratoires : -Flexlon de la tête vers le sternum pour protéger les voies -Texture épaissie pour éviter un glissement rapide des aliments dans le pharynx. Pour préparer les parois à se contracter lors du passage des aliments lors du repas on peut proposer en début de repas n potage chaud (+ ouverture du sphincter supérieur de l’œsophage). ) La phase œsophagienne. Les aliments passent dans l’œsophage, le sphincter supérieur de l’œsophage s’ouvre. Difficultés et prise en charge -Reflux du bal alimentaire depuis l’estomac. Perte de poids + déshydratation -Traitement anti-reflux Stagnation des débrls allmentaires dans les cavités du larynx -En fin de repas vidanger en effectuant des mouvement de tête de gauche à droite tête penchée en avant. -Vérifier que les aliments ne restent pas dans la forme ogivale du palais. vérifier avant de nourrir un usager? résumé) -Est t-il bien installé? Tousse t-il lors des repas? -Quelle est sa pathologie? Souffre t-il d’incapacités motrices (paralysie ou manque de coordination des organes bucco-faciaux) -Est t-il dans la possibilité de mastiquer les aliments? -A t-il déjà fait des pneumopathies? Cela peut être le signe d’intrusion d’aliments ou d’eau dans les poumons ? Le sujet peut faire des fausses routes silencieuses en ayant pas de réflexe de toux! _ présente t-il des reflux gastro-œsophagiens? Des reflux nasaux? Un voile du palais peu mobile! Des vomissement? Des réflexe nauséeux

A t-il été intubé dans ses premiers mois de vie? Ce qui peut induire des traumatisme des voies pharyngées et laryngées qui entraînent des difficultés de déglutition. Ou bien a-t-il été nourri par sonde entérale? Cela réduit la sensibilités des organes et parois de la déglutition. Les bons gestes pour nourrir -Contrôler de la tête en flexion : la tête de l’usager est légèrement inclinée vers la poitrine (ou vraiment inclinée en cas de difficultés de déglutition importantes). -L’appui sur la pointe de la langue avec la cuillère -L’aide à la fermeture de la bouche