Traduction Latine de l’alouette

Traduction Latine de l’alouette

Traduction Latin L’alouette et le maître du champ Dum igitur ipsa Iret cibum pullis quaesitum, monet eos ut, si quid ibi rei novae fieret dicereturve, animadverterent idque uti sibi, ubi redisset, nuntiarent. Tandis qu’elle s’en irait chercher de la nourriture pour ses petits, elle les avertit que si quelque chose venait à se produire de nouveau ou à être dit, qu’ils en prennent bonne note et le lui annoncent quand ell p g Dominus postea sag « Videsne inquit « scentem vocat et : us jam postulare ? par la suite le maitre de ces champs de blé appelle son jeune ils : « Vois tu » dit il « Ceux-ci sont mûrs et désormais réclament la main. » Idcirco die crastini, ubi primum diluculabit, amicos roges veniant operamque mutuam dent et messim hanc nobis adjuvent. C’est pourquoi donc, demain, dès que le jour se lèvera, demande à nos amis qu’ils viennent nous donner un coup de main et qu’ils nous aident pour cette moisson. Haec ubi ille dixit, discessit.

Atque ubi redit cassita, pulli transporter dans un autre endroit, en effet dirent-ils : « Le maitre a envoyé quelqu’un demander à ses amis que quand le jour se

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
ève ils viennent. » Mater jubet eos otioso animo esse : « Si enim dominus inquit, « messim ad amicos rejicit, crastino seges non metetur neque necessum est hodie uti vos auferam » La mère ordonne qu’ils soient tranquille car en effet elle dit : « Il a renvoyé la moisson à ses amis, demain le champ de blé ne sera pas moissonné et il n’est pas nécessaire aujourdhui que je vous éloigne. Sol fervit, et nihil ; it dies, et amici nulli eunt. Tu mille rusurs ad filium : «Amici isti » inquit, « cessatores sunt. Quin potius imus et ognatos adfinesque nostros oramus ut adsint cras temperi ad metentum ? » Le soleil brille et rien n’arrive ; le jour passe, et aucun ami ne vient. Alors celui-là dit à nouveau à son fils : « ces espèces d’amis sont des fainéants », « Pourquoi n’allons nous pas plutôt demander à nos parents et à nos belles familles d’être présents demain a temps pour moissonner ? Itidem hoc pulli pavefacti matri nuntiant. Mater hortatur ut tum quoque sine metu ac sine cura sint ; cognatos adfinesque nullos fere tam esse obsequibiles ait ut ad laborem capessendum nihil unctentur et statim dicto oboediant : « Vos modo » inquit « Advertite, si modo quid denuo dicetur » De la même manière les petits terrorisés disent ceci à leur mère. La mère les exhorte à être et sans soucis.

Elle dit 2 dit qu’aucun parent et aucune belle famille n’est si serviable qu’ils se forcent à entreprendre un travail pour rien et aussitôt qu’ils obéissent. Elle dit : « Faites attention, faites attention si quelque chose de nouveau venait à se reproduire. » Alia luce Orta avis in pastum profecta est. Cognati et adfines peram, quam dare rogati sunt, supersederunt. Ad postremum igitur dominus filio : « Valeant » inquit« amici cum propinquis ! fferes prima luce falces duas ; unam egomet mihi et tu tibi capies alteram, et frumentum nosmetipsi manibus nostris cras metemus Un autre jour s’étant levé l’oiseau est parti chercher sa nourriture, les parents et les belles familles se dispensèrent du travail qu’on leur avait demandé de faire. Donc le maître dit à son fils : « Au diable nos amis avec les proches À la première lueur tu apporteras deux faucilles, je prendrai l’une et toi l’autre, nous oissonnerons le blé de nos propres mains. d ubi ex pullis dixisse dominum mater audivit : « Tempus » inquit « est cedendi et abeundi ; flet nunc dubio procul quod futurum dixit. ln ipso enim jam vertitur, cuja res est, non in alia, unde petitur Quand la mère entendit de ses petits que le maître avait dit cela, elle dit : « il est temps de se retirer et de partir. » Maintenant sans aucun doute il arrivera ce qu’il avait dit qu’il arriverait.