titre

titre

offrent un train de VI Dans ce texte le narr eur PACE 1 ors troisième personne Snipe to Les temps du récit s Nous nous deman titre Premium gy jarod311DIO OKTqôpR 13, 2014 3 pages Nana Zola Emile Zola, fait partie du mouvement littéraire du naturalisme, écrit le roman Nana : neuvième roman de la série des Rougon- Macquart, publié en 1880. Cet extrait de texte fait partie du chapitre 10, il yien a 14.

Nana est une ancienne vendeuse de fleurs, fille d’un ouvrier et d’une blanchisseuse, elle est devenue une actrice pleine d’ambition, qui séduit les hommes et se prostitue pour réussir. Sa réussite au théâtre et ses riches amants qui l’entretiennent lui Swipe to nex: page eurs, il utilise la langue est soutenu. simple. un regard critique sur Nana et la société dans laquelle elle vit ? Dans une première partie nous montrerons le parallèle entre le personnage et le décor.

Dans la seconde partie nous montreront en quoi l’ambivalence de l’auteur est à l’égard du personnage. Dans un premier temps je vais vous présenter le parallèle entre le personnage et le le décor. Tout d’abord Zola exprime la richesse avec un adjectif mélioratif ? chic » (ligne 1) qui

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
montre la richesse de l’héroine, puis il prouve que Nana est une comme héroïne puissante comme le prouve l’hyperbole « en maitresse toute puissante » (ligne 16) et Zola montre la richesse du lieu avec l’accumulation « un monde de bibelots…

LOLliS 15 » (ligne 25). Ensuite Zola raconte l’ascension sociale de Nana avec l’adverbe « tout de suite » (ligne 5) qui exprime la rapidité montre la fulgurante ascension de Nana, après l’auteur exprime la majesté de Nana grâce à la comparaison méliorative « avec l’émotion d’un euple saluant sa souveraine » (ligne 7) puis le goût artificiel de Nana est exprimé par un adverbe de modalité péjoratif « dune originalité un peu voulue » (ligne 24).

Enfin Zola nous montre la corruption du personnage et du lieu avec la comparaison péjorative « des hauts trottoirs » (ligne 2) qui allie Nana à la dignité et l’indécence, il montre aussi la corruption avec l’oxymore « des audaces gâcheuses de la beauté » (ligne 4), Hauteur souligne le désordre qui règne chez Nana avec l’expression péjorative « Tohu-Bohu des époques » (ligne 28 ) et a condamnation es Nana avec l’expression péjorative « Tohu-Bohu des époques » (ligne 28 ) et la condamnation esthétique de l’auteur à propos des goût de Nana est exprimé par l’oxymore « splendeur criarde » (ligne 36).

Dans un second temps je vais vous présenter l’ambivalence de l’auteur à l’égard du personnage. Tout d’abord Zola nous montre un projet documentaire avec le passage de la pauvreté à la richesse de Nana qui semble immédiat et naturel, comme le montre l’association de la périphrase péjorative « en fille du pavé de Paris » (ancien état de Nana) (ligne 34) et l’expression méliorative « ayant d’instinct toute les élégances » (ligne 34).

Après l’auteur exprime une sévérité morale comme le prouve les termes péjoratifs « «rentière de bêtise de l’ordure des mâles » (ligne 1) qui condamne moralement Nana et il se moque de la richesse immobilière de Nana avec la comparaison péjorative « un air de palais » (ligne 23) qui exprime l’artificialité de ce luxe. Pour finir Zola porte un regard tendre et bienveillant sur son personnage comme le montre l’oxymore « bêtise tendre » (ligne