Theories anthropologiques

Theories anthropologiques

Théories Anthropologiques Avant la constitution de l’anthropologie comme science Comment l’être humain et l’altérité sont-ils pensés avant la constitution de l’anthropologie comme discipline scientifique (Europe — Etats Unis 19e siecle) Antiquité grecque moyen age chrétien et musulman 16e siecle (Europe/France) 18e siècle (europe et france) l. L’antiquité grecque Contexte : Deux questions cent Comment penser org. non grecs ? Approche philosophique/ sc politiques O. NAY : politiste : naissance de la pensée politique en -800.

Notion de cité, de liberté, de citoyenneté mais aussi famille, ociété réflexion théorique : notions qui nous permettraient de penser l’autre. On construit les outils mais on ne regarde pas réellement les autres en question Hérodote : -500 avant JC Observation et description de ce qu’on observe : ouvrage Enquêtes ou Histoire. Essaye de décrire les guerres médiques, chercher causes et conséquences. Recherches « ethnographiques » : les Scythes : description de comment fonctionnent ces indiv qui ne sont pas des grecs : insère une forme d’ethnographie, s’appuie sur ce que lui-même a vu.

Commence à construire une science à partir Empereur de droit divin… Dans l’histoire de la pensée, se traduit par un théocentrisme tout va passer au crible de la religion. Religion grille de lecture pour

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
penser, imaginer, comprendre l’autre. A ce moment, qul est l’autre ? 1054 : schisme : séparation des chrétiens d’orient (orthodoxie) et d’occident : deviennent Autres les orthodoxes. Le musulman devient une figure de l’autre. Croisades : rapport d’altérité mais le contact est fréquent, on est sans arrêt avec cet autre : cohabitations dans la péninsule arabique.

Il est souvent appelé le Sarazin : (Sarah femme d’abraham donne naissance au groupe qui deviendra musulman. On donne un nom qui intègre dans sa propre grille de lecture, la lecture biblique. A cette époque, réfléchir et imaginer se rapporte souvent ? l’imaginaire, au mythe. L’imaginaire va permettre aux individus de se comprendre entre eux, d’analyser son rapport à l’autre. Le Livre des Merveilles (1299) Marco Polo : mélange de descriptions, d’observations. Se réapproprie récits bien plus anciens. Va aussi imaginer, laisser l’imagination travailler pour penser ces populations qu’il n’a pas vu. ? des frults qui ne ressemblent pas aux autres b. hommes à têtes de chien : Marco olo retravaille ces mythes, adapté à son imaginaire : lui permet de penser l’autre. A cette époque, dans bcp d’iconographies, impossible de rep un autre non chrétien comme un individu complet, complètement comme nous : an le dessine donc différemment : élément qui n’appartienne pas aux caractéristiques humaines. (tête de chien). On utilise des couleurs différentes pour les représenter Ill. Le Moyen Age Arabo-Musulman 622 : l’hégire : An 1 du calendrier musulan expansion géo mais aussi construction intellectuel, politique, géoeraphique.

PAGF OF géographique. On est dans la construction d’un empire qui va combiner une orme d’universalisme (message religieux) mais en mm temps hétérogénéité énorme au sein de cet empire individus de langue diverse, de cultures diverses, habitudes, manières de faire, d’être gouverné… De ce mélange là vont naître plusieurs formes de réfléxions sur soi et l’autre. Ixe -Xe : géo humaine au delà de cet empire musulman observation, description : avec regard très islamocentriste. MAIS observation très précise de ce qui se passe regarder au delà. iècle arabe des lumières : apogée des lettres et sciences (foisonnement intellectuel), croisement entre les savoirs. Al Andaluz : péninsule arabique ou se rencontrent les trois religions monothéistes. Bouillonement culturel et des savoirs. Deuxième manière d’appréhender l’extérieur : géographie des merveilles. (A. Miquel 1967 : 121) : Manière de réfléchir les individus très lointains : processus proche du MA chrétien : on va très largement imaginer et inventer ce que sont ces peuples lolntains : descrption d’un voyage (Saladin) : griffes d’anmaux, on va inventer car on le doit pour penser l’altérité. e moitié du Xe siècle : empire musulman stabilisé, plus sur de lui. Réflexions : on a ce sentiment de cohérence : on peut egarder cette diversité. Les « géographes » vont commencer à se regarder, regarder leur société pour comprendre ce qui s’y passe. XIIe : développement d’une pensée rationaliste arabe : Ibn Roshd ou Avéroès. Décentrement de l’homme par rapport à Dieu. On essaye de sortir la réflexion sur l’être humain d’une pensée purement théologique. On pense l’homme en dehors du fait qu’il est un être crée par Dieu. XIVe : Ibn Khaldûn OF théologique.

On pense l’homme en dehors du fait qu’il est un être crée par Dieu. XIVe : Ibn Khaldûn • père de la sociologie ? Départements au Maghreb mettent cet homme au programme comme un ère. Quelqu’un qui va prendre travaux des historiens pour les repenser en se disant que l’histoire est très subjective : il faut réfléchir aux causes, aux conséquences : il faut rechercher l’origine des faits. Va construire pas mal de notions, en pensant société qui l’entoure : sociabilité, classes sociales, pouvoir. Il veut connaitre le pourquoi & le comment des choses.

Décrit ce qu’il voit au lieu de prescrire ce qui doit être. Continue à mettre l’Homme au centre de la réflexion. IV. Le XVIe siècle : la Renaissance. Élargissement, géographique et intellectuel, des frontières du onde connu : monde est bien plus large et divers qu’on le pensait. 1453 Prise de Constantinople par les Turcs : Les savants vont s’enfuir vers l’Italie et emportent tous les manuscrits de l’antiquité : grecque et latine. Années 1450 : développement de l’imprimerie par Gutenberg. Permet d’imprimer les ouvrages, démultiplier l’accès aux textes.

Plus large diffusion des savoirs 1492 Decouverte de l’Amerique par CC. + fin de la reconquête espagnole 1494-1519 : guerres d’Italie. Noblesse française va découvrir les manuscrits et ouvrages de l’antiquité : rapportent vers la France. De là que peut émerger la Renaissance en France. 517 : début de la Réforme : scission entre catholiques et protestants (Luther et Calvin) : période des guerres de religion Trois courants de pensée, entre tensions et synergies la Scolastique : méthode d sion de la relieion : forme spécifique pour mieux la comprendre. St Thomas, St Augustin. ) Textes d’Aristote : on réfléchit sur la religion entre la philosophie d’Aristote et les pères de la religion. Démarche qui consiste ? exposer un pb puis donner un contenu précis donné aux notions données & tenir compte de toutes les thèses sur ce pb (plusieurs angles d’approche) et ensuite construire un argumentaire qui uisse permettre de convaincre. dialogue surtout à la faculté de théologie (la Sorbonne). L’humanisme : prône le développement d’un esprit critique, un individualisme intellectuel, réflexion personnelle.

Replonger dans ouvrages des philosophes grecs / latins. MONTAIGNE : il vaut mieux une tête bien faite qu’une tête bien pleine : il vaux mieux être capable de raisonner par soi-même que de savolr tout sans réfléchir. Va essayer de combiner toute sa réflexion dans les Essais. La Réforme ou le protestantisme : aussi un courant de pensée. Idée qu’il ne faut pas regarder les textes religieux comme les atho : esprit critique doit être mobilisé pour lire et comprendre textes religieux (perspective de foi).

Avoir son esprit critique sur les textes Invention de la notion de sauvage et sauvagerie. Ils sont retrouvés en tant qu’antithèses de la civilisation. Se popularisent dans les récits de navigateurs, missionnaires, administrateurs (se multiplient). Manière de penser l’autre qui ne peux pas sortir du cadre de celui qui les pense. On pense l’autre à travers son propre prisme de regard. On doit penser les hommes comme des enfants d’Adam et Eve. On leur cherche une place. Aztèques vont faire areil : européens pensés comme des divinités venues d’orient : les placent dans leur façon de penser.

Notion de sauvage, de sauvagerie donnent lieu à deux attitudes opposees : positi PAGF s OF de penser. opposées : positive : « fascination de l’étranger » (Laplantine 2001 : 33). Textes montrent une admiration, voir un fantasme sur ce qu’on présente comme une organisation sociale parfaite, pacifisme, amours libres, liens privilégiés avec la nature… Toutes ces choses qu’on envie au sauvage montrent tout ce qu’on aime pas dans sa propre société. Montaigne fantasme un sauvage formidable.

On st pas dans une description de la population en question. Négative : « refus de l’étranger Critique, peur, mépris. Description de la férocité, bétise, absence de vêtement, trop proche de la nature… Contentement de sol. D’autres ouvrages permettent la création d’un nouveau savoir travaux plus descriptifs : surtout de la part de ceux qui essayent de comprendre ces peuples (Jean de Léri) Conséquences très pratiques : statut que l’on donne aux individus dépend de la façon dont on les pense traites.

Domination, esclavagisme, exploitation des ressources Controverses de Valladolid (1550-1551 ) entre Sepulveda et Las Casas : comment devaient se faire les conquêtes dans le nouveau monde : quel est le statut des amérindiens, sont-ils des êtres humains ou non : réponse donne façon dont on va faire la guerre : faire une guerre en « justice » Sepulveda : amérindiens doivent être soumis, commandés : droit naturel des espagnols de les dominer. Las Casas : ont une âme : an doit les convertir pour les sauver.

Mais là aussi on doit les intégrer à notre système de pensée : on doit leur sauver la vie en qq sortes Aujourd’hui : ces deux façons d’envisager l’autre, attitude positive retrouvée dans la mode pour l’exotisme : bijoux « exotiques », usique « world ». Ecologisme naif (être plus proche de la na l’exotisme : bijoux « exotiques musique « world Ecologisme naif (être plus proche de la nature : mythe du bon sauvage). Regret d’une fraternité originelle disparue… Cette attitude positive a pris d’autres formes ? Cette peur, angoisse et mépris Moins intéressant : moins de réflexions sur l’autre.

MAIS édition du code noir (1685) : droits et devoirs du maître sur ses esclaves. Pour limiter les abus.. Mais l’esclave est quand même décris comme un meuble… V. Le XVIIIe siècle Lumières de la raison vont « éclairer les ténèbres » de ‘obscurantisme religieux. Mouvement européen : crises des sociétés : crise de la société française… tentative de réformer les mentalités. Bouillonement intellectuel. Découverte du pacifique – expéditions sont multipliées, on ramène son sauvage dans son salon… Mouvement philosophique : il faut que les hommes fassent usage de leur raison, dvmpt du sens critique.

Démarcation de l’homme par rapport aux théologies. Il ne faut plus qu’il y ait un déterminisme de la religion. Il faut que l’homme prenne des initiatives, qu’il s’autonomise par rapport à Dieu. Recherche du bonheur, de l’épanouissement : d’une part, alorisation du progrès : espoir énorme dans le futur (grâce aux PT, homme sera plus heureux et épanoui dans le futur). D’autre part, apologie de la nature (Hobbes, Locke, Rousseau). : réfléchissent à ce que serait l’homme serait si il ne vivait pas en société, dans un état de nature. Questionnement théorique.

Renforcement de ce myth ape. PAGF 7 OF sauvage : Les Lettres Persannes, Montesquieu , L’Ingénu, Voltaire. Critique du colonialisme : Supplément au voyage de Bougainville, Diderot ; Candide, Voltaire. Pas encore de textes, vrmt, qui décrivent la vie d’autres peuples. Ici, vrmt un procédé littéraire. Bilan et transition vers l’anthropologie comme science. Décentrement et comparaison : Processus préfigure le travail anthropologique. Evolutionnisme en germe : c’est cette idée que l’être humain évolue : passe par différentes formes humaines plus ou moins avancées.

On parle moins de sauvage mais plutôt de « primitif Développement des sciences de la nature : on réfléchit comment penser la nature hors de la théologie. Travaux de Linné : analyser le système de la nature dans lequel l’homme est replacé. Homme n’est plus forcément une création divine. Réflexions sur l’organisation sociale, plutôt philosophiques jusque à. Fait humain est un fait sociétal, social. Pour comprendre l’être humain, il faut le replacer dans une société particulière. Interférence de ces trois sphères.. enser l’Homme systématiquement et scientifiquement : créer une histoire de l’humanité Essentiel. On peut enfin prendre l’homme comme objet de réflexion dans une science. pour ce faire, on a besoin d’observations empirique, descriptif et non prescriptif. Création de la société des observateurs de I’Homme : Texte de Gérondo : Considérations sur les diverses A cette époque, travaux vont réfléchir les êtres humains comme onstitués par dfférentes races, différentes familles. L’EVOLUTIONISME 1 . Contexte intellectuel et historique 2. Principes 3.

Auteurs et domaines 8 OF Pour élaborer des savoirs, on s’appuie sur le décentrement et la comparaison. Ily a à cette époque un intérêt pour la question de l’organisation sociale. Emergence d un nouveau concept : l’homme peut être l’objet d’études scientifiques. Fin XVIIIe : tentative d’institutionnalisation: 1794 : American Philosophical Society (Philadelphie). Etudie les populations amérindiennes autochtones avec un but scientifique et politique (l’intégration dans l’Etat). Emergence d’une anthropologie d’urgence : les populations qui disparaissent doivent être rapidement étudiées. Fin texte Morgan + de Gérando) On se concentre sur l’étude des populations « sauvages » Recentrage sur certains groupes : les études ont toujours pour objet les populations lointaines. Création des sociétés ethnologiques : 1842 Paris ; 1842 New-York ; 1843 Londres. Cela donne une réelle autonomie intellectuelle à la discipline ethnologique. Ces sociétés se transforment en sociétés d’anthropologie : 1859 Paris ; 1863 Londres ; 1871 Washington. Là, on se concentre sur l’étude de l’homme en général. Cest aussi le début des collections d’objets dits ethnographiques.

Des missions précises sont prévues pour établir ce qu’on appelle cette « culture matérielle Lewis Morgan va passer du temps, prendre des notes, faire des descriptions et apprendre les langues… L’institutionnalisation nourrit la profession de l’anthropologue. La façon dont on va penser l’homme devient un objet d’étude. L’homme est un objet social, acteur ou agent d’une Histoire, le fruit d’une éducation : on peut l’étudier comme n’importe quel autre objet scientifique. une science de l’homme en énéral doit se constituer et non plus e focaliser uniquement s roupes.

L’anthropoloeie focaliser uniquement sur des petits groupes. L’anthropologie est une science de la synthèse, justement. On pense l’être humain comme un agent de transformations sur le monde qui l’entoure. On sort de plus en plus du déterminisme religieux (seul Dieu décide du destin de l’homme) pour se dire que l’homme peut être acteur. Deux éléments favorisent cette évolution : La révolution française lance des remises en question : le peuple pourrait décider.. La révolution industrielle montre que l’initiative individuelle est fructifiante. Phénomène d’éxode rural.

En ville, on a une individualisation, les rôles changent. Révolution montre la posslbillté valorisante du développement de l’humanité Vla le progrès : cette notion est au coeur des théories révolutionistes en anthropologie. On cherche à placer l’homme dans une histoire, ou du moins le replacer. Cest le but des anthropologues évolutionistes : faire une Histoire de l’humanité. Des fossiles de ce qu’on nomme ald des néanderthals sont découverts en 1856. Cela montre que l’homme est sur terre depuis au moins 48 000 ans alors que la Bible postule que cela fait seulement 5 000 ans.

L’histoire de l’humanité est donc ien plus longue et on détache la réflexion sur l’homme d’une réflexion religieuse. Cependant à cette époque les découvertes commencent à peine, l’on a très peu d’informations sur les modes de vie Darwinisme biologique & l’évolutionisme Darwin n’était pas un anthropologue, c’est même fort peu probable que les auteurs évolutionistes s’inspirent directement de Darwin : les idées de progrès, d’évolution circulaient déjà ? l’époque. On peut cependant trouver des parallèles entre sa démarche intellectuelle et les réflexions des évolutionistes en Darwin, de 1831 à 1836 p