Th Me 2

Th Me 2

Thème n02 • Ces objets qui nous envahissent : objets cultes, culte des objets. Introduction au cours : Nous sommes entourés quasiment en permanence par une foule d’objets chacun ayant sa fonction, son utilisation, son origine et sa valeur. L’homme manie tout le long de sa vie, une série d’objets. Bref, ils sont partout sur notre corps, dans nos maisons, dans les rues… A force de vivre en permanence avec tous ces objets, sommes-nous encore capable de les définir, d’interroger notre rapport aux objets, d’en dégager des significations ?

Les objets sont avant toute chose des créations humaines, ls sont les fruits de faire technique des hommes. Ils rép ux : protéger les or 10 hommes de leur pro billent, protègent, Sni* to réchauffent, nourriss pondent aussi à des désirs (Ils divertissen e vlvre mals aussl la liberté de se déplacer, de se cultiver et d’echanger qui est une liberté de pensé) Dans cette perspective ce qui pourrait définir un objet c’est sa fonction, son utilité. On remarque cependant très vite que Von ne peut réduire le sens des objets à leurs seuls fonctions utiles.

Ces derniers en effet on aussi une valeur, valeur affective, valeur social, valeur marchande et une valeur sthétique.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Les objets s’appréhendent donc également à travers la question de la valeur qui est une question sur la relation entre les hommes et Swipe to nex: page et les objets. Comment qualifier cette relation, relation de liberté, relation d’aliénation, relation de maitrise ou au contraire relation aveugle ? Dans un premier temps, nous tenterons de définir les objets par leur mode de production.

Dans un deuxième temps, nous analyserons la question de la valeur des objets dans la vie individuelle et sociale. Enfin dans un dernier temps nous questionnerons la relation de l’homme et des objets pour savoir i oui ou non nous sommes envahis par eux au point d’avoir perdu une partie de notre âme ou bien de notre liberté. l) Qu’est-ce qu’un objet ? a) es objets sont difficiles à définir. De façon générale l’objet, peut se définir comme une chose matérielle, fabriqué par les hommes.

Il se distingue en cela de tout ce qui n’est pas fabriqué par les hommes comme les choses naturelles (animaux, végétaux, corps humain… ). L’objet est le contraire du sujet. OBJET SUJET Il n’a pas dintériorité • Inanimé (n’a pas d’âme) • L’objet n’a pas de valeur morale • II a besoin d’entretien ?? L’objet est programmable • L’objet est déterminé par des lois • Eprouve des sentiments • Animé (A une âme) • Il a une valeur morale Il a besoin de soins • Irremplaçable • Liberté 10 objet des sentiments, des souvenirs et des attachements.

Mais de là à accorder une valeur identique voir supérieur à un objet doit poser question : N’avons-nous pas alors un culte aveugle et irraisonné pour une chose qui demeure malgré tout une chose ? b) Tentative de définition Le petit Robert a le mérite de donner pour notre thème de donner une définition commode et pratique de l’objet qu’il ‘agira d’étudier cette année : « Chose solide ayant unité et indépendance et répondant à une certaine destination. ? Si l’on admet cette définition de l’objet, comment classer les différents objets inclus dans cette définition. Le philosophe François Dagognet propose des distinctions conceptuelles pour différencier les objets entre eux. Questions : 1) Pour François Dagognet, une chose renvoie à tout ce qui est naturel sans intervention de l’homme qui par son caractère définit la chose comme une chose. Une chose est une unité matérielle non transformée par les ommes, ce sont des choses brutes, les matières premières. ) Un objet, pour François Dagognet, est comme une aide pour l’homme, ici un objet est quelque chose de transformer pour venir en aide, assouvir un besoin de l’homme (Presse papier) L’objet est une unité matérielle fabriquée par l’homme en vue ou bien de lui porter secours (dépasser sa fragilité naturelle) ou bien d’étendre ses capacités. L’objet est dénaturé au sens où il passe dans l’espace culturel. 3) Par l’intervention industrielle de l’homme, nous serons poussés à rapprocher les objets des marchandises. François Dago ndustrielle de l’homme, nous serons poussés à rapprocher les objets des marchandises.

François Dagognet rapproche les objets des marchandises lorsqu’on commence à produire à grande quantité un objet en série dans des usines ou il devient banal et universel. L’objet est fabriqué par l’artisan, il est fait pour durer et a souvent une valeur individuelle et sentimentale. Par opposition la marchandise est fabriquée par des machines, elle est toujours en série. Elle ne porte pas la marque de son fabriquant et elle est faite pour une utilisation temporaire puisque produite en masse lle est faite pour remplacer les autres marchandises.

On propose à partir de ce texte la classification suivante : on distingue les objets non pas en fonction de leur utilité mais en fonction de leur mode de production. c) Objet artisanal, objet industriel, œuvre d’art. Objet artisanal Objet industriel Œuvre d’art Fabriqué par l’homme Nécessite des outils Artisan 0 classification des objets est loin d’être évidente. Nous somme envahis par les objets et cet envahissement empêche une classification simple. Dans tous les cas, ce qu’il ressort de cela ‘est que fhomme est un fabriquant d’objets. ) La fabrication d’objet est-ce le propre de l’homme ? Cf. Livre p. 15 à 20 Etude d’un extrait de « l’évolution créatrice » Henri Bergson Bergson montre bien que ce qui nous caractérise c’est notre capacité à fabriquer des outils et grâce aux outils, des objets. L’homme en fabrlquant des objets se fabrique lui-même. En effet le monde matériel variant selon les époques (cf. aujourd’hui le numérique) la monde matériel model le milieu humain c’est à- dire les individus et les sociétés. Ce que Vhomme fabrique influe sur l’homme lui-même.

Malgré les variations historiques du type d’objet, on remarque que l’objet est co-originaire du sujet, autrement dit l’homme est bien un homo-faber. Les hommes comblent leur manque physique mais aussi psychologique en créant un grand nombre d’objets. Ces objets ont une fonction c’est-à-dire utillté. peut-on cependant réduire les objets à leur fonction ? N’y a-t-il pas dans les objets une dimension supérieure à leur seule utilité qui nous engage dans la question de la valeur. Il) La valeur des objets La valeur : projection d’une part de nous-même dans quelque chose de matériel.

On a vu dans une première partie que la société des hommes s’organise autour de la production et de la consommation d’un nombre conséquent et illi u fur et à mesure de l’hi PAGF s 0 consommation d’un nombre conséquent et illimité d’objet. Au fur et à mesure de Ihistoire les objets se sont démultipliés au point de nous demander s’ils nous ont envahis. S’ils nous ont envahis c’est qu’ils nous ont pris une partie de nous-même. A un premier niveau on peut penser que le propre d’un objet est de répondre ? une fonction. Pouvons-nous pour autant réduire l’objet à sa seule onction ou alors à sa seule utilité ?

La veste que je porte si elle sert à me réchauffer a aussi pour moi une valeur sociale. En effet, en la choisissant, j’espère afficher une certaine appartenance sociale. Ce buffet qui est dans la cuisine m’est précieux m’est cher, non pas pour sa fonction mais parce qu’il a appartenu ? mes ancêtres. Autrement dit, si les objets ont une fonction ils ont aussi une valeur, marchande, sociale, affective, esthétique, historique ou singulière. Comment définir le terme de valeur ? La valeur désigne ce qui vaut, ici dans les objets, c’est-à-dire ce qui une signification un sens, une importance, une distinction dans un objet.

Pour bien comprendre cette idée on peut la comparer à ce que nous voulons dire quand nous disons : cette journée a été particulière. Cette parole signifie que dans la répétition des jours, une journée a pris une valeur qualitative qui la distingue de tous les autres jours. Ici, il s’agira de se demander ce qui fait qu’un objet n’est plus un simple objet parmi les autres objets. Le terme de valeur recouvre plusieurs champs, nous en étudierons 3 : le champ économique et social ; le champ affectif et Se 6 0