Tendances Postmodernes

Tendances Postmodernes

Mouvement postmoderne de la dérive identitaire : La quête identitaire au cœur des œuvres Échec référendaire : désenchantement du monde, désillusion, désintérêt de la question québécoise. Identité personnelle et collective devenue mouvante à cause de la dérive des normes, des valeurs, des consensus. Le collectif laisse place à Pindividualisme. Monde qui va à la dérive ; incertitude ; perte des repères. to View Notion de peuple ébr plus en plus hétérog Société de consomm on l’ ce qu’il possède ; rup turelle ; société de éfinit beaucoup par ns (rupture de la famille, du couple, des amities) (Best-se ers : p. 98) Il y a un grand écart des générations : valeurs distinctes, incompréhension, incommunicabilité. L’individu qui se cherche de plus en plus : Qui suis-je ? Des moyens de partir à la recherche de ses origines, de ses racines : voyage ; l’intériorisation ; le passé. Écriture : cynisme, derision, absurdité / très éclatée : multiplication des voix narratrices, retour en arrière (non chronologique), autoreprésentation.

Personnages : antihéros, intérêt pour les marginaux (écrivains, omosexuels, autochtones, délinquants, victimes) ; narrateur déshumanisation, solitude, angoisse, désespérance, incommunicabilité, vacuité de la vie (vide), manque de temps Sortie de secours : ressourcement, quête de l’essentiel, vérité

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
intime, réconciliation avec la vie. Américanité Définition . Selon Jean Morency, l’américanité « repose en grande partie sur Vétude des liens qui unissent la collectivité québécoise à la société états-unienne d’une part, de même qu’aux autres » sociétés de l’Amérique.

Selon Yannick Resch, l’américanité signifie : « un certain nombre e valeurs que le peuple québécois a intériorisées en fonction de son histoire, de son appartenance géographique, climatique, au continent américain » Selon Maximilien Laroche, Phomme de l’Amérique « peut se définir avant tout comme un homme venu d’outre-mer et qui a dû recommencer son histoire, donc qui dans ses œuvre d’imagination, ses œuvres littéraires notamment, s’efforce de découvrir le sens de ce recommencement » Thèmes principaux : La fuite L’errance La quête d’identité ; la quête des origines Les grands espaces / les routes Le métissage Le roman de la route : Jack Kerouac, en 1957, a publié On the road (Sur la route).

Cet auteur et ce roman ont fortement inspiré le mouvement hippie des années 1960. Thèmes marquants de ce genre de roman basés sur une dualité, pour montrer la complexité, l’intériorité : société vs individu, tradition vs modernité, nature vs technologie, liberté vs angoisse, voyage vs spiritualité, mouvement nature vs technologie, liberté vs angoisse, voyage vs spiritualité, mouvement vs immobilité. Jacques Poulin, en 1984, publie Volkswagen blues. Dans ce roman, un écrivain décide de retrouver son frère et doit onc parcourir le Canada et les États-Unis. Histoire de l’Amérique : route des grands découvreurs. Son voyage = un voyage initiatique. Amérique qui fait rêver.

Symbole de la route et du voyage : Importance des grands espaces d’Amérique. Symbole d’un retour en soi, d’une volonté de se retrouver. Les récits de Pintime L’individualisme de la période amène les écrivains à explorer des voies plus personnelles, à livrer des expériences plus personnelles. On a accès à l’intimité des personnages, à leurs émotions, à leur intériorité. Un « Je » narrateur Récit fictif où un personnage raconte sa propre histoire, ses aventures, ses expériences. La narration se fait au « je mais ce n’est pas le « je » de l’auteur, c’est celui d’un personnage fictlf. Autobiographie Vie de quelqu’un écrite par lui-même.

Récit de vie d’une personne : inspiré de la réalité ; l’individu revient sur des événements passés de sa vie (récit rétrospectif). L’auteur, le narrateur et le personnage correspondent tous au même individu, celui qui narre sa vie. Autofiction Réclt écrit au « Je » qui mélan e la réalité et la fiction. Le « Je » est celui de l’aute ur et du personnage. 3 CF4 personnage. Le récit est inspiré de la vie de l’auteur, mais il y a une part de fiction ; la réalité est donc déformée par l’écriture. Les écritures migrantes Relié au phénomène migratoire. La littérature reflète les expériences diverses d’immlgrants qul doivent s’intégrer à leur nouveau pays, complètement différents de leur pays d’origine.

Auteurs d’origine québécoise qui puisent leur inspiration dans le multiculturalisme du Québec (Les aurores montréales de Monique Proulx). Auteurs d’origine étrangère, qui n’ont souvent pas le français comme langue maternelle, mais qui écrivent au Québec et en français (Les lettres chinoises de Ying Chen, Soigne ta chute de Flora Balzano). Thèmes : Le déracinement . Difficulté de s’arracher à sa culture d’origine. Questionnements ; nostalgie Le sentiment d’être « étranger », différent. Les difficultés d’adaptation du nouvel arrivant : Misère avant de pouvoir s’installer confortablement. Racisme et indifférence. Intégration à une société c 4 c,F4 t ils ne comprennent pas