Stalingrad dissertation

Stalingrad dissertation

La bataille de Stalingrad qualifiée par plusieurs historiens comme la reine de toutes les batailles, est selon moi, le grand tournant de la Seconde Guerre mondiale. Sa chute aurait donné aux Allemands les puits de pétroles du Caucase et toute la puissance productive industrielle de l’URSS en plus d’un « bassin de main- d’œuvre ‘esclaves) » immenses. Au niveau psychologique cela aurait confirmé l’invincibilité de la Wehrmacht. Là où Napoléon a échoué, Hitler aurait réussi. La perte de Stalingrad par les Allemands a rendu possible le débarquement en Normandie.

L’Angleterre était le prochain objectif d’Hitler une f01S l’URSS sous le joug Allemand. Cenjeu de cette bataille était énorme et a résulté en un affrontement des plus atroces et historique. Je vais tenter de démo bataille qui a eu le pl or 10 en développant mon xt•:: • Tout d’abord il y a l’O la plus avantagée en de Stalingrad est la la Seconde Guerre armée était-elle rce d’équipement et de chars. Les conditions meteoro ogiques du territoire ont causées d’énormes problèmes aux Allemands et qu’elles ont été les conséquences de la victoire soviétique du point de ue stratégique.

Il s’agissait alors de la première vraie défaite Allemande depuis le début de la guerre,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
un choc pour le moral des troupes et leur motivation. Ensuite, il y a derrière ces deux grandes armées, deux dictat Swipe to View next page dictateurs, en un sens très différents par leur régime, mais en un autre, semblable par leur mentalité démente, utilisant leurs soldats comme des pièces d’un jeu d’échec. D’un côté le nazisme basé sur la supériorité d’une race et de l’autre le communisme basé sur la supériorité d’un système économique.

J’expliquerai ensuite en quoi la personnalité de chacun des dictateurs a augmenté l’ampleur de cette bataille et comment ils ont influencé l’issue de cette dernière. Finalement j’aborderai lors de mon dernier aspect d’autres batailles importantes de la Seconde Guerre et je les comparerai avec celle de Stalingrad afin de démontrer en quoi celle de Stalingrad était plus importante. Je vais parler entre autre de la Bataille de El-Alamein et du débarquement de Normandie. 1 er aspect : L’Opération militaire La bataille de Stalingrad durera en tout et pour tout cinq mois.

Bien sur elle est l’aboutissement de la campagne de Russie, mais l’histoire a retenu Stalingrad. Ce fût une bataille sans précédent. Deux grandes armées l’allemande la Wehrmacht avec ses 3. 2 millions d’hommes, ses divisions, ses armées blindées, ses 2800 chars, ainsi qu’une aviation, la Luftwaffe, avec ses chasseurs (Messerschmitt, Heinkel et Focke -Wu f) et ses bombardiers (Heinkel et Junkers). De l’autre, l’armée soviétique, l’Armée Rouge, 4,8 millions d’hommes, ses 10 fronts regroupant 42 armées, ses 1 5 000 chars légers, moyens et lourds ainsi qu’un affut de chars rltanniques les Valentineslet américains. Lee M3). L’aviation soviétique ne peut rivaliser avec la Luft 0 Valentineslet américains. (Lee MB). ‘aviation soviétique ne peut rivaliser avec la Luftwaffe mais les nouveaux chasseurs (Yakivlev Yak 1) et les bombardiers et appareils au sol (Petlikakov PE 2 et Iliouchine 11-2 Shtourmovik), sortent en grand nombre des usines soviétiques ce qui rends le territoire soviétique beaucoup plus dangereux pour les avions et chars allemands. Redisons le, jamais dans l’histoire avions nous vu une telle concentration d’hommes et d’armement pour une bataille. La bataille serait homérique.

Mais l’armée allemande est fatiguée, le moral des troupes est atteint, la Wehrmacht a perdu un mlllion d’homme en Russie et plus de 3000 avions depuis juin 1941. Le matériel roulant est très usés et mal adaptés aux routes soviétiques. Cette bataille sanguinaire où personne n’a le droit de se rendre va coûter la vie à des milliers d’hommes. En fait les forces de l’Axe (Allemands, Roumains, Italiens, Croates etc. ) ont perdu 760 000 hommes. L’Armée Rouge a perdu 1,8 millions d’hommes. Jamais une bataille n’aura été aussi dévastatrice en terme de pertes de ies humaines.

Au-delà des forces en présence, il y a le « le terrain En quelque sorte Staline n’a pas le choix, il doit résister et gagner, sinon lui et la Russie vont passer sous domination allemande. Il possède une supériorité c’est le nombre de soldats. Les Allemands ont beau tuer des milliers d’hommes chaque jour, il y en a toujours et toujours qui apparaissent. Hitler est enfermé dans son bunker. Frôlant la paranoïa il n’écoute personne, ne fait confiance ? personne enfermé dans son bunker. Frôlant la paranoïa il n’écoute personne, ne fait confiance à personne surtout pas à ses énéraux sur le terrain. lusieurs divisions bllndées allemandes firent connalssance avec un nouveau genre d’arme. Les tankistes allemandes virent des chiens venus des lignes russes coururent vers eux un selle et un paquet attachés à leur dos. Il s’agissait d’explosifs et ces chiens étaient des sortes de mines antichars. La grandeur du territoire posait un grave problème aux lignes de communications : « L’immensité de la Russie nous dévore »2 a affirmé le Maréchal Von Rundstedt. De plus les rails des voies ferrées en URSS n’étaient pas de la même dimension qu’en Allemagne ce qui alentissait les contacts.

Le principal obstacle de la Wehrmacht était cependant la température. La saison des pluies et de la boue commençait à s’installer et les camions allemands ne pouvaient presque plus circuler et l’on dut constituer des pistes solides avec des troncs d’arbres, et lorsqu’il n’y avait plus d’arbre on utilisait des corps. Mais ce que les Allemands redoutaient encore plus que les routes boueuses, c’était le gel qui approchalt à grands pas, l’hiver russe. Les Allemands ne recevait presque plus de ravitaillement. Manque de nourriture, manque de vêtements pour l’hiver et anque de munition.

Stalingrad semble bien loin de Berlin. Et puis voilà le plan Uranus. Le plan Uranus était un plan soviétique qui a connu un grand succès et a permis aux troupes de l’URSS de recevoir les équipements d’hiver qui, jusque-là, leur manquaient énor 40F 10 permis aux troupes de l’URSS de recevoir les équipements d’hiver qui, jusque-là, leur manquaient énormément : Gants fourrés de fourrure, bonnets, bottes, vestes, etc. Le plan Uranus est en fait un plan visant à refermer rétau soviétique autour des Allemands. À la fin du plan, les deux pinces sont sur le point de se rejolndre t se refermer… e aspect : Face à face entre deux dictateurs Adolf Hitler et Joseph Staline deux dictateurs à la tête de deux réglmes différents mais en même temps pas autant que nous serions porté à penser. On trouve beaucoup de ressemblance entre les deux régimes. La philosophe allemande Hannah Arendt qui a passé une partie de sa vie à étudier le totalitarisme dit qu’il y a eu deux régimes totalitaires dans l’histoire de rhumanité soit la Russie Stalinienne et l’Allemagne Hitlérienne. 3 On considère un régime totalitaire lorsqu’il y a un parti unique qui détient la otalité des pouvoirs et ne tolère aucune opposition.

La différence entre une dictature et un régime totalitaire c’est que dans un régime totalitaire il y a absorption de toute la société et de ses institutions par l’État. Tant en URSS qu’en Allemagne dès l’enfance les jeunes sont enrôlés dans toutes sortes de programme comme que ce soit (les Jeunesses Hitlériennes en Allemagne ou les Jeunesses Communistes en URSS. ) visant à les endoctriner. Donc d’un côté, il y a le nazisme, mouvement (puis parti politique) créé par Adolf Hitler qui prend ses racines du fascisme italien de Mussolini.

Le nazisme prône la suprématie de la race aryenne pure. De s 0 fascisme italien de Mussolini. Le nazisme prône la suprématie de la race aryenne pure. De l’autre, il y a le communisme qui se définit comme un régime sans classe sociale où tous les «profits» appelés surplus, sont redistribués à la société. Cependant ce n’est pas de cette manière que Staline applique le communisme en URSS, il s’agit plutôt d’un régime totalitaire et militariste. Certains appellent même le régime de Staline le stalinisme tant il diffère du communisme. Staline utilisait la terreur comme moyen de alliement.

Si la bataille de Stalingrad en ait venu en un point tel, c’est en grande partie en cause des deux hommes Hitler et Staline. La signature du pacte Germano Soviétique le 29 août 1939, était une trêve pour mieux se combattre. Hitler voulant d’abord concrétiser ses désirs, soit contrôler une bonne partie de l’Europe avant de s’attaquer à la Russie et Staline voulant gagner du temps pour reconstruire l’Armée Rouge et engager les force productives russes dans un effort de guerre. Tant Hitler que Staline ont été intraitables et ne se sont jamais avoué valncus.

Les deux avaient interdit toute retraite, tout reddition. Aucun des deux n’envisageaient ne serait-ce qu’un repli stratégique. Peut-être étaient-ils trop hypnotisés par la quête du pouvoir et de l’image que leur donnerait cette victoire et c’est ce qui a causé toutes ces atrocités durant la campagne. Il ne faut pas sous-estimer la portée symbolique que la prise de Stalingrad représentait pour les deux dictateurs. Pour Hitler prendre la ville portant le nom de Stalingrad représentait pour les deux dictateurs. Pour Hitler prendre la ville portant le nom de Staline aurait été un coup de génie.

Pour Staline, la ville portant son nom devait représenter son invincibilité. Avant le début de la bataille de Stalingrad, la Wehrmacht avait perdu sa dynamique initiale (victoire sur victoire). Elle n’était plus assez puissante pour lancer des offensives de tous les côtés. Les pertes avaient été plus importantes qu’H’tler s’y attendait. Hitler avait laissé de côté la logique militaire. Il était obsédé par la conviction que si sa Sixième Armée se retirait de Stalingrad, la Wehrmacht n’y reviendrait jamais. «ll avait senti qu’il s’agissait l? d’un tournant dans l’histoire du Troisième Reich. ??4 Hitler était désemparé devant la difficulté qu’avaient ses troupes tant au Caucase qu’à Stalingrad. Il en est même venu à limoger le général Hadler qui a dit d’Hitler que la seule chose qu’il l’intéressait était « la nécessité d’endoctriner et de fanatiser l’état-major général. »5 Be aspect : Comparaison des grandes batailles Quand on pense à la deuxième guerre mondiale, ce qui nous vient spontanément à l’esprit c’est la chute de paris, le discours du Général De Gaulle à Londres, la résistance des Anglais aux bombardements allemands, l’insurrection désespérés du Ghetto

Juif de Varsovie, ce sont les camps de la mort (Buchenwald, Treblinka, Auschwitz,) et ses trains plombés remplis de juifs et bien sur Hiroshima et Nagasaki. Mais au-delà de ces faits et images, il y a eu quelques grandes batailles qui Nagasaki. batailles qui ont décidé du sort de la deuxième guerre mondiale. Afin de pouvoir prendre conscience de l’ampleur de l’importance de la bataille de Stalingrad, je vais faire un survol très schématique et forcément restreint de deux autres grandes batailles de la Seconde Guerre mondiale et tenter de démontrer que celle de Stalingrad est la plus importante.

Tout d’abord j’aborderai la bataille d’El-Alamein où le général Montgomery a affronté Erwin Rommel, aussi connu sous le nom du « Renard du désert On ne peut parler de la Seconde Guerre sans penser au débarquement de Normandie. Ce débarquement est plus, malgré les pertes humaines, un exploit logistique et stratégique qu’une victoire militaire. Il fallait ouvrir un deuxlème front. Pendant des mois alors que l’URSS se faisait « défoncer» par l’armée allemande, Staline réclamait à Churchill et Roosevelt l’ouverture d’un deuxième front celui là à louest pour obliger es Allemands à répartir leurs forces sur deux fronts.

Or le débarquement en Normandie s’est produit après la victoire ? Stalingrad, victoire qui affaiblissait les Allemands. Le fameux débarquement qui encore de nos jours est légendaire, n’aurait pu avoir lieu sans la victoire soviétique à Stalingrad, d’où la réponse à ma problématique. La bataille de Stalingrad a été la bataille la plus importante de la Seconde Guerre mondiale. La propagande était une partie importante de l’effort de guerre, tant par la motivation des soldats, que par la moti