representation de l’argent dans la littérature

representation de l’argent dans la littérature

Les représentations de l’argent en ittérature Comment Fargent est-il représenté en littérature? Sommaire -Introduction -l- Qu’est-ce que L’argent – définition 2- l’argent en sociologie -ll- La représentation -contexte économi 2- Molière, l’avare 3- Jean de La Fontai or 14 Sni* to View cler -Ill- La représentation de l’argent au 19ème siècle 1- contexte économque 2- Emile Zola, Au bonheur des dames -Conclusion Introduction « L’argent dans la littérature » est un thème qui mêlent très clairement économie et littérature.

De plus il fait appelle a la notion d’argent, un terme dont les individus ont souvent eaucoup de préjugés et ne savent pas toujours très bien l’expliquer. Actuellement en classe de 1ère ES il sera d’autant plus de la manière suivante: Dans un premier temps, nous définirons les principaux thèmes qui entourent l’argent. Nous nous appuierons également d’une interview de la sociologue Jeanne Lazarus pour comprendre la notion d’argent dans le domaine sociologique.

Après avoir expliqué le contexte économique du 17ième siècle, nous présenterons deux œuvres relatives à cette période: L’Avare de Molière et le tier et Le Financier, une fable de Jean de La Fontaine. Pour terminer nous utiliserons l’ouvrage du 19ième siècle Au bonheur des dames par Emile Zola afin de comprendre la représentation

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de l’argent à cette période. Nous présenterons également la situation économique et monétaire du 19ième siècle. – Qu’est-ce que L’argent ? / Définition Argent: L’argent est un élément central de l’économie et désigne au sens large les termes de monnaie et de richesse lors de la possession de valeurs monétaires. Monnaie: La monnaie correspond a la manière d’utiliser l’argent. En effet. elle doit répondre à 3 grandes fonctions pour lui permettre son tilisation: elle doit servir d’intermédiaire des échanges, d’unité de compte (pour mesurer la valeur d’un bien ou d’un service), et de réserve des valeurs (elle peut être économisée et utilisée dans le temps).

Aussi, elle doit ré rtains nombre de stockable et échangeable et divisible Au cours du temps, la monnaie n’a pas toujours été telle que nous la connaissons. En effet sa dématérialisation de plus en plus grandissante. A sa création, elle était appelé « monnaie marchandise » et avait l’apparence de coquillage, de bétail ou encore des jarres de vin. Après la division du travail, elle se ransforme en « monnaie métallique » et est faite de pièce d’or ou d’argent. Après ça, elle devient « monnaie fiduciaire » une monnaie de « confiance » en latin puisque son apparence de billet de lui garantit pas une valeur intrinsèque.

Maintenant la monnaie est scripturale et possède une apparence virtuelle puisqu’elle est inscrite sur des comptes avec de simples chiffres. La « richesse’ e terme de richesse est une notion désignant la quantité d’argent qui nous appartient. Ainsi un individu peut s’enrichir et alors obtenir plus d’argent qu’il n’en avait auparavant ou a l’inverse il peut aussi s’appauvrir et la quantité d’argent qu’il ossède aura diminué. (Outre le sens économique, un individu peut aussi être riche d’une qualité, d’une valeur ou d’une personne. 21 La sociologie de l’argent Interview de Jeanne Lazarus Sociologie de l’argent Jeanne Lazarus est sociologue et travaille a Science-po en tant que membre du Centre de Sociologie des Organisations. Auteur d’un livre écrit avec Damien De blic nommé « Sociologie de L’argent » elle répond aux questions posées par la radio France culture le 26 Juin 2013 et nous e 12 de L’argent » elle répond aux questions posées par la radio France culture le 26 Juin 2013 et nous explique ce qu’est l’argent en ociologie. ‘argent en sociologie Distinction argent/Monnaie: Comme vu précedement, la sociologue insiste sur la différence entre l’argent et la monnaie. la monnaie serait l’argent incarné qui permet l’achat. L’argent est la notion général qui englobe la monnaie. Ainsi l’argent est un élément qui permet de former des liens entre les individus ou les sociétés. L’argent n’existe jamais seul, il faut qu’il soit entouré d’une organisation qui donne confiance en cette monnaie, rappelle la sociologue. lusieurs avis sur l’argent: ‘argent est un terme tellement vaste est compliqué que les ndividus n’ont pas tous la même opinion à propos de celui-ci. Tout d’abord, Jeanne Lazarus explique qu’un individus n’est pas attiré par l’argent en lui même mais par ce qu’il va pouvoir investir avec. Ou dans le cas contraire l’individus serait atteint d’une certaine forme de pathologie tel que l’avarice ou la folie. Deux visions de l’argent s’opposeraient: La première serait que l’argent est impur et salierait tout ce qui touche.

Ainsi les individus vivraient dans une sorte de fantasme ou l’argent n’entrerait pas ou il ne serait que présent les sentiments les plus purs. Au contraire, l’autre vision soutient l’argent qui permmetrai de onner aux inividus plus de liberté en permettant un lien salarial ou un lien plus équilibré que celui de l’esclavage. 2 plus de liberté en permettant un lien salarial ou un lien plus équilibré que celui de l’esclavage. La religion dans l’argent’ La sociologue évoque l’argent dans la religion. En effet, pendant l’interview la religion est décrite comme méfiante vis-à-vis de l’argent.

L’argent étant vide de sens et étant le moyen d’investir dans tout ce que l’on veut il serait apparenté à dieu. Dans se sens l’argent serait un concurent à la religion puisqu’il est lui même un concurent de dieu. Cependant c’est une marque de puissance qu’accorde la religion à largent, puisque vouloir autant le refuser c’est reconnaître sa grande force. Les innégalités homme/femme dans l’argent: Les innégalités entre l’homme et la femme dans le domaine mannétaire se trouve dans la gestion de l’argent.

Selon la sociologue ce sont plus souvent les femme qui gère l’argent, nottament dans les ménages pauvre ou l’home se charge de rapporter l’argent et la femme doit s’en occuper. Ainsi la femme ne serait pas libre de cette argent mais ferait en sorte de faire vivre tout le monde. On peut prendre l’exemple d’un ménage ou seul l’homme travail. ‘homme donnera une certaine somme d’argent a sa femme pour pouvoir faire vivre tout le monde au sein de la famille, la femme devra alors se priver tant dis que l’homme pourra bénéficier de l’argent qu’il aura garder.

Ainsi l’entrée de la femme dans le domaine professionel est un progrès car il la rend plus libre. L’argent en sociologie serait donc l’étude de t PAGF s OF est un progrès car il la rend plus libre. L’argent en sociologie serait donc l’étude de toute les morales qui se rapporte a l’argent pour s’en servir comme objet d’étude. Et non réfléchir simplement à la question Est-ce que l’argent est bien ou mal? -II- La représentation de l’argent au 17ème siècle 1/ Contexte économique du 17ième siècle Le 17ème est un siècle de processus de création monétaire.

Tout au long de ce siècle, l’unité monétaire la plus fréquente est le livre. En 1 640, les pièces en or et en argents deviennent plus courantes et apparaît le louis d’or d’une valeur de 10 à 24 livres. Ce Louis d’or est perçut pour les numismates (les collectionneurs de pièce de monnaie) comme la plus belle réalisation de monnaie moderne. L’année 1 640 marque aussi l’interdiction d’utiliser la monnaie étrangère afin de redresser l’économie Française. Puis arrive l’écu d’argent en 1641 d’une valeur de 3 à 6 livre.

Mais cette monnaie est rapidement dépassé puisqu’en 1 656 le louis d’or remplace quasiment l’écu. 6 2 fils d’Harpagon, Cléante souhaite se marier avec Marianne une jeune fille dont Harpagon éprouve aussi des sentiments. Seul problème, Cléante n’a pas assez d’argent pour payer son mariage. La Flèche, valet de Cléante dérobe la cassette d’Harpagon pour aider son maître. Après la découverte de ce vol, Harpagon accuse Valère son intendant. Celui-ci dévoile sa véritable identité, et raconte qu’il est le frère de Marianne.

L’histoire se termine bien, Harpagon retrouve sa cassette et Cléante peut épouser Marianne. Analyse Avarice Molière dénonce dans cette œuvre le défaut de l’avarice qui est un défaut lié a l’argent. En effet, une personne est dîtes « avare » lorsque cette dernière n’a pour seul souhait de garder pour elle même l’argent qu’elle possède et non en faire profiter les autres. Ainsi le personnage d’Harpagon est un personnage avare, comment le mentionne le titre de l’œuvre. En effet l’auteur montre que cette envie d’argent a pour effet de transformer un homme au point d’en oublier les relations familiales.

Harpagon est prêt à envoyer sa fille dans un couvent et à demander un taux d’intérêt à son fils si celui-ci lui emprunte de l’argent. L’avarice, selon Molière ne peut qu’être néfaste pour la valeur qu’est la famille, valeur très importante et indispensable dans la société Française. De plus, Molière utilise cette avarice en la mêlant de procédés comiques pour ridiculiser son personnage. Harpagon et ainsi ridiculiser pour dénoncer la catégorie sociale a la 7 2 pour ridiculiser son personnage.

Harpagon et ainsi ridiculiser pou dénoncer la catégorie sociale a laquelle il appartient, la Illustration des inégalités dans société Ici, Molière illustre parfaitement la société de son époque où l’argent est synonyme de pouvoir. Dans son œuvre, Harpagon montre un abus de sa richesse au point de l’apparenté à de la supériorité. Molière nous amène donc à la réflexion suivante: l’argent peut procurer un sentiment de domination et de puissance des riches face aux plus pauvres et moins aisés.

Donc l’argent, selon Molière, ne peut que dégrader les relations entre personnes de situation opposée et ainsi augmenter les inégalités sociales très présentes à cette époque sous monarchie royale. Vision de l’argent Ici, Molière adopte une vision négative de l’argent ce qui est très paradoxale étant donné que l’auteur est habitué a côtoyé la cour du Roi Louis XIV. En effet, Molière est très apprécié du roi et est régulièrement demandé comme divertisseur de la cour pour présenter des pièces de théâtre.

On note aussi que Louis XIX est parrain du fils de Molière donc on peut supposer une certaine amitié entre les deux hommes. 3/ Jean De La Fontaine, Le savetier et le financier Le savetier et le financier est une fable de jean de La Fontaine écrit en 1670. Résumé La Fable met en scène deux ersonna es de situations très opposées : Le premier, un onnier) pauvre mais qui opposées : Le premier, un savetier (cordonnier) pauvre mais qui est heureux de vivre. Le second est un Financier, riche, mais contrairement au savetier il est malheureux (il ne chante pas et ne dort pas).

Il est dérangé par le chant du savetier. Le financier étonné par la joie de vivre du savetier, l’est encore plus lorsqu’il apprend qu’il est pauvre. Etant très impressionné de cette joie, le financier fait don de 100 écus au savetier. Le savetier est maintenant très riche mais lorsqu’il essaye de chanter, il ne eut pas. Définition du bonheur selon Jean de La Fontaine: Jean de la Fontaine dans ce poème utilise une définition simple du bonheur, en effet, le simple fait de chanter peut rendre une personne heureuse. Au vers 4, chanter rend le savetier« plus content que les sept sages ».

A l’opposé du tier, le financier qui ne manque pas d’argent ne chante pas et est donc malheureux. Un passage est aussi étonnent, celui ou le savetier annonce sa misere a son voisin. Le cordonnier en rit et ne cherche pas à apitoyer son sort. Il est simplement simple et heureux. Argent dans le poème: Dans ce poème, l’argent est le cœUr du problème. En effet, c’est le centre d’intérêt du Financier qui n’hésite pas à poser une question personnelle au tier : Combien gagne-t-il par jour ? « Et bien, que gagnez vous, dites-moi, par journée ? ? Nous remarquons également que par la situation des deux personnages est présent un champ lexical de l’argent omn PAGF également que par la situation des deux personnages est présent un champ lexical de l’argent omniprésent : « finance « «écu « or « argent » « cousu d’or » « gains » Enfin nous remarquons toute la richesse du Financier qui n’hésite as à donner une lourde somme d’argent au tier qui croit maintenant « avoir tout l’argent de la terre On peut supposer que le financier est conscient que Fargent entraine le malheur et que ce don d’argent n’a pour seul but de ne pas être dérangé par les chants de son voisin.

C’est la que l’on remarque le coté pervers et manipulateur que peut incarner une personne en possession de grande quantité d’argent. L’argent fait-il le bonheur? jean de La Fontaine nous insiste sur la reflexion suivante : L’argent fait-il le bonheur ? Selon cette œuvre, et selon le point de vue de l’auteur nous pouvons répondre à cette question par ? non ».

En effet, ici l’argent est même associé au malheur et au mal-être, le savetier après l’obtention de l’argent ne pense plus qu’a s’en débarrasser, au vers 48 on note « Rendez-moi, lui dit-il, mes chansons et mon somme et reprenez vos cent écus. » Jean de la Fontaine dénonce alors que la possession de pargent ne peut qu’entrainer le malheur et ainsi rompre avec le bonheur. L’auteur défend aussi ridée que même en étant pauvre ou peu riche il est possible d’être heureux. L’argent est un facteur qui ne modifie pas le comportement jovial d’une personne et qu’en vivant simplement il