regime classe politique

regime classe politique

Régimes, classes politiques et crises en France durant le XIXème siècle del 799à1914 l- Introduction A partir de la révolution de 1789, la France a connu un siècle riche des bouleversements profonds, générateurs des crises, des révolutions et des coups d’état, remodèlent la société française et entrainent l’émergence de nouveaux principes politiques et de nouvelles références collectives dont la croyance au progrès , au profit et à la morale. Un siècle étrange et confus ou le passé se heurte à l’avenir, un siècle fécond en promesses et riche en souvenirs.

Un siècle de vives turbulences dans l’histoire politique d’un ays en route vers u Cest la richesse p XIXème siècle qui a d ll- les régimes politiq 1-Le Premier consul OF p g la France au sujet. Le premier consulat est le régime impérial de la France du 18 mai 1804, date de la proclamation de Napoléon Bonaparte Empereur des français jusqu’à sa première abdication le 14 avril 1814, puis de son retour à Paris le 20 mars 1815 jusqu’? la séparation de la commission Napoléon Il le 7 juillet 1815.

Il fait la suite au consulat sous la première Restauration avant le rétablissement de son autorité lors des Cent-jours, et est suivi

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
par la seconde Restauration. -Le premier Empire (1804-1814) : Le premier Empire se distingue des autres régimes politiques de l’histoire de la France d’abord par son originalité (il inaugure un système politique alors inédi Sv. ‘ipe to inédit en France, l’Empire), ensuite par sa belligérance(les guerres napoléoniennes voient la France affronter successivement cinq coalitions (1805-1815).

Ces conflits permettent à Napoléon de conquérir la majeure partie de l’europe continentale. De 1815 à 1848, la France vit deux expériences de monarchie constitutionnelles, fondées sur le suffrage censitaire, et qui échouent toutes deux. -La Restauration (1815-1830) : Après l’effondrement de l’Empire, les monarques de la vieille Europe rendent son trône à Louis XVI, qui octroie à ses sujets La Charte, une constitution forte critiquée par les ultra-royalistes.

Ceux-ci souhaitent le retour à une monarchie de droit divin et ne se résignent pas au compromis instauré contre les traditions de l’Ancien régime et les aspirations de la France nouvelle. à la mort de Louis XVIII, son frère Charles X commet maladresse sur maladresse et est renversé par une révolution populaire, qui en juillet 1830, porte au pouvoir son cousin, le duc d’Orléans. -1_a Monarchie de Juillet(1831-1 848) : La monarchie de Juillet a confisqué la révolution de 1 830, au profit de la bourgeoisie orléaniste.

Cest De 1830 à 1835, Louis Philippe doit consolider son pouvoir face à l’opposition légitimiste, et surtout à l’agitation ouvrière exaspérée par l’épidémie de Choléra. Deux tendances politiques s’opposent ensuite, le « mouvement » part san d’un régime plus démocratique et la « résistance » plus conservatrice. C’est le chef de celle-ci, Guizot, qui domine la vie politique à partir du 1840. Mais le régime vacille dès 1846, sous l’effet de la crise économique.

En 1848, comme en 1830, un 0 régime vacille dès 1846, sous l’effet de la crise économique. En 1848, comme en 1830, une émeute du peuple de paris cause la fuite du roi et cette fois la proclamation de la République. Celle- ci qui fournit les cadres de l’administration et du gouvernement. Mais le suffrage censitaire est maintenu, quoique élargi, et le régime mis en place sous la Restauration se perpétue. 5-1_a seconde République (1848-1851) : La monarchie constitutionnelle tombe à cause de la dernière crise d’Ancien Régime.

Déclenchée par de mauvaises récoltes, cette crise aggrave la question sociale, conséquence de la évolution industrielle . Dans toute l’Europe au même moment, les peuples opprimés aspirent à secouer le despotisme, à devenir des nations indépendantes. la période qui va de la proclamation du suffrage universel(mars 1848) à l’arrivée au pouvoir des républicains Ferrystres est un moment très chargé de chronique politique .

Qu’on en juge une République assez agitée ; un coup d’état, un Empire autoritaire un Empire libéral, un Empire parlementaire, une défaite militaire grave doublée d’une révolution politique puis d’une guerre civile, une République royaliste, et pour finir une crise politique aigue. En France la république instaurée par la révolution de février ne dure vraiment que le temps de la république de des six jours, celle de l’illusion lyrique et tombe au bout de quelques mois, ? cause de la crise financière. es notables ont retiré leurs fonds des établissements de crédit et du divorce qui oppose Paris , ville des idéaux utopiques, à la province , tout à la fois secouée de jacqueries et de luttes ouvrières, en effet les utopiques, à la province , tout à la fois secouée de jacqueries et de luttes ouvrières, en effet les manufactures y sont plus importantes qu’à Paris , le pouvoir devient aux mains de otables , la seconde république s’achève avec le second empire. -Le second Empire (1852-1870) : L’Empire très autoritaire, garantit en principe les libertés individuelles, mais soumet toute forme d’opposition une répression souvent arbitraire. Il bénéficie de l’appui de l’armée et dans un premier temps de celui de la bourgeoisie, qui voit en lui un rempart contre les débordements populaires et approuve la politique religieuse. à partir de 1860 Napoléon Ill s’aliène les catholiques, qui lui reprochent de soutenir le roi de Piémont, ennemi de pape.

L’opposition républicaine ne désarme jamais, algré les réformes politiques libérales mise en place à partir de 1864, le discrédit du régime est du en partie à la politique étrangère, victorieuse jusqu’en 1860 mais qui va ensuite d’échec en catastrophe jusqu’à la défaite de Sedan, cause immédiate de la chute du régime. L’image du second Empire pâtira toujours des critiques proférées depuis son exil par Victor Hugo contre « Napoléon le petit », mais c’est à ce régime que la France doit son entrée dans rère industrielle, c’est a lui aussi que remonte la tradition française d’intervention de l’état dans l’économie. -La troisième république (1870-1914) : Née de la chute du second Empire, la III république est le régime qui, dans la France contemporaine, a eu la plus grande longévité ; elle a duré jusqu’à la seconde Guerre Mondiale, s’adaptant aux circonstances grâce à des instit 4 0 elle a duré jusqu’à la seconde Guerre Mondiale, s’adaptant aux circonstances grâce à des institutions assez souples pour résister aux crises qui auraient pu l’ébranler. Fondée dans des conditions ambigües, par une assemblée ? majorité royaliste, mais divisée, la III république connait de 1870 à1879 des débuts difficiles.

De 1879 à1899 le pouvoir passe aux mains des républicains odérés ; ceux-ci assurent le triomphe des valeurs républicaines donnent à la France son empire colonial, et résistent à toutes les cnses. Ill-Les crises La IIIe république a connu une séquence très troublée qui se représente la période du 1885 au 1899. Cette période instable s’ouvre au départ de Ferry(1885) et s’achève avec le second procès Dreyfus(1899). En effet, les élections de 1885 ont divisé la chambre en trois groupes à peu près égaux (radicaux, opportunistes, conservateurs) ce qu’ils rendent difficile l’apparition de la majorité.

Le système parlementaire mis en place la description de ‘instabilité ministérielle. la politique étrangère des opportunistes, soumise au système « bismarckien » qui est présenté par Bismarck (ministre président de Prusse et chancelier confédéral). Une partie de l’opinion républicaine rêve d’un pouvoir fort qui va améliorer la vie quotidienne et tenir tête à l’allemand, elle croit l’avoir trouvé en la personne de général boulanger, nommé le ministre de la guerre dans le gouvernement Freycinet de janvier 1886. – le boulangisme : Est un mouvement politique né en 1886 sous Pinfluence du général Boulanger, dans un contexte économique difficile (crise 882) dans une république l’influence du général Boulanger, dans un contexte économique difficile (crise 1882) dans une république marquée par des affaires de corruption (Wilson et les trafics de médailles), où la France se sent vaincue et volée (perte de Falsace lorraine en 1871 Depuis 1886, un général ,Ceorges Boulanger, ministre de la guerre, amorce un mouvement politique qui portera son nom, représentant les premières valeurs de nationalisme(valeurs de droite), s’opposant au parlementarisme et soutenant un régime présidentiel fort qui réunis le socialisme et nationalisme. e militaire, il va satisfaire les armées en tant que ministre avec ses réformes à caractère patriotique, mais aussi les intellectuels de gauche comme de droite, les bonapartistes et les monarchistes voyant en lui l’occasion de réformer le régime en leur faveur. L’influence du boulangisme est observable dans la vie politique de IVe république française.

Avec un régime proche de celui de la II république, des mouvements contestataires vont naître une fois encore sur beaucoup d’aspects au boulangisme, après l’apparition du général de Gaulle qui est rappelé au pouvoir à la in de la IVe république ,le général Boulanger était arrivé député de Paris, en soutenant l’idée d’une réforme institutionnelle pour donner plus de pouvoir au président de la républicaine ,pour réduire Pinfluence du parlementarisme qui ne fonctionne pas et pour aider les classes moyennes touchées par les événements conjoncturels. 2 -l’affaire Dreyfus : La montée de l’antisémitisme : L’affaire Dreyfus éclate dans un contexte de renouvellement de l’antisémitisme et d’espionite aiguë. Cantisémitisme c 6 0 contexte de renouvellement de l’antisémitisme et d’espionite aiguë. L’antisémitisme connaît une vigoureuse poussée avec Drumont. Ce dernier, qui a connu le succès avec la France juive en 1886, crée en 1889 la ligue nationale antisémitique française dont le slogan est « la France aux français », et il lance des journaux antijuifs qui présentent les juifs en figure idéale du traître. accusation de Dreyfus et l’affaire : A cette époque, la montée de Hantisémitlsme joue un rôle très important à l’accusation de « Alfred Dreyfus » puisqu’il est un juif. e général Mercier, ministre de la guerre, ordonne l’arrestation du capitaine français Alfred Dreyfus. L’officier est accusé d’avoir élivré des renseignements militaires confidentiels à l’Allemagne. Il sera inculpé sur une ressemblance d’écriture sur un bordereau à l’ambassade d’Allemagne. Cette histoire ouvrira une plus grave crise politique de la III e république. la condamnation de Dreyfus au bagne à perpétuité va diviser la France entre dreyfusards et antidreyfusards et va devenir l’affaire Dreyfus.

La dégradation de Dreyfus était faite sous une procédure humiliante, et sera diffusée dans les journaux français. Alfred clame son innocence et son affaire sera relancée par des hommes qui ont préoccupé de la vérité. Ces hommes représentent une nouvelle forme sociale, les intellectuels (qui ont défendu la cause dreyfusards et Zola) ont fondé « la ligue des droits de Phomme ». Emile Zola a rédigé un article nommé « J’accuse » sous forme d’une lettre ouverte au président. La cour de cassation ayant en fin brisé le jugement de 1894 et le procès va se prolonger président. le procès va se prolonger et condamner à nouveau Dreyfus. président de la république Emile Loubet, suivant l’avis de suivant l’avis de son président du conseil Waldeck-Rousseau, gracie Alfred Dreyfus. Dés le lendemain de la grâce présidentielle, Alfred Dreyfus est remis en liberté et l’affaire qui a divisé la France pendant 5 ans s’apaise. « J’accuse.. », est devenu donc le symbole de l’éloquence oratoire et du pouvoir de la presse mis en place au service de la défense d’un homme et de la vérité. Alfred Dreyfus est réintégré dans l’armée avec le grade de chef de bataillon et décoré de la légion d’honneur. Les conséquences de l’affaire L’affaire Dreyfus fut un véritable bouleversement de la république, ses conséquences touchent tous les aspects de la vie publique française.

IV-Classes politiques : Le XIXéme siècle a connu l’alternance de deux partis politiques nconciliables. 1 -la droite: Est un courant politique inégalitaire, dont le chef de file est Guizo (le politicien français) défend les valeurs traditionnelles dont la principale est la famille mais aussi la sécurité et la propriété privée Tout au long du 19eme. s les historiens distinguent trois droites: a- le légitimiste: C’est la royaliste partisan de la maison des Bourbons, qui est une maison royale française qui tire son nom de Bourbon- l’Archambault capitale de la seigneurie dont Charles 10 est le dernier représentant de la deuxième branche issue de Louis Bourbon. – les Orléanistes : Sont les partisans de B0 ssue de Louis Bourbon. Sont les partisans de la maison d’Orléans qui est une maison princière de France dont Louis-philippe premier est le fondateur de la quatrième famille c- les Bonapartistes: Sont les partisans de la famille Bonaparte qui est une famille française originaire d’Italie et établie en Corse au 1 6eme. s dont Napoléon premier est le deuxième fils de Charles Marie et de Letizia Ramolino dite Mme mère. ces trois droites sont des tendances politiques contradictoires, les deux premières sont royalistes et la droite légitimiste est aristocratique s’accroche aux valeurs anachroniques de la France d’Ancien Régime.

Elle a tiré profit lors du règne de Charles IO sous la restauration droite orléaniste est bourgeoise a profité le plus sous la monarchie de juillet (1830-1848), alors que la troisième est avant tout nationaliste attachée au gouvernement de Césars qui se caractérise par la domination d’un souverain absolu. Celle-ci a atteint son apogée sous le premier et le second Empire. 2- la gauche: Est un mouvement politique qui a tendance à favoriser par sa politique la classe ouvrière et les pauvres (la France profonde). La gauche a trois tendances politiques • a- le radicalisme: Vient du latin « radis » qui veut dire « racine ». étymologiquement: les radicaux cherchent à reprendre les questions de leur racine. historiquement: ils cherchent à instaurer le suffrage universel et la laïcité. – le socialisme: Est une doctrine et mouvement économique, social et politique qui envisage une organisation collective doctrine et mouvement économique, social et politique qui envisage une organisation collective de la société dans un but de l’égalité et de réalisation de la justice sociale. c- le républicanisme Est une doctrine des partisans de la république qui se définit comme un régime ou les chefs d’Etat sont temporairement élus ar la volonté nationale, ces trois gauches ont des orientations politiques distinctes. On trouve que les radicaux se caractérisent par un état d’esprit anticlérical, alors que les socialistes sont centrés autour de l’idée de l’égalité sociale et la répartition des richesses, quant aux républicains, ils défendent une république indivisible, laïque, sociale et démocratique.

CONCLUSION La France a connu une succession de deux républiques, deux empires, une restauration, une monarchie et un consulat, l’originalité de sa vie politique qui singularise le plus fortement le pays des coups d’état et des révolutions. La république s’installe définitivement, accélérant le déclin des forces qui lui avaient été hostiles (église, noblesse, droite monarchiste) et renforçant en particulier le sentiment qu’ont les français d’appartenir à une communauté originale. Grace à la stabilité de l’expérience républicaine, la France est devenue un pays de citoyens, alors que la plupart des états européens sont des monarchies ou des dynasties stables. En fin la France a réussi à conjuguer l’entrée dans Pacculturation démocratique et la suwie d’une création bruyante de type aristocratique. 0 0