Reconstruction Identitaire Et Mouvement Associatif En Alg Rie

Reconstruction Identitaire Et Mouvement Associatif En Alg Rie

Université Abderrahmane Mira Bejaia Faculté des lettres et des sciences humaines Département de langue et culture Amazigh or26 Sni* to View Unité fondamentale : Module : Reconstruct Algérie ment associatif en Sous direction de Mr : Kassimi Yousef et Ould fella Abdnour Présenté par : Dellaa Omar Année universitaire : 18. 09. 2012 Unité fondamentale : UEF 1 (O) Module : Reconstruction Identitaire et mouvement associatif en Sous direction de Mr : Ould fella Abdnour l. Les théories de comportement collectif incapacité à raisonner et a juger. ? La foule est un troupeau qui ne saurait se passer de sont aitre » La foule n’est pas intelligente, mentalité primitive, elle suit sont chef sans raison de réfléchir, par contre la société civile elle réagit, juger, raisonnée… etc. Dans un discoure pour métrisé la foule ou influencé sur les auditeurs, il faut insister sur la répétition des mots, pour sensibilisé les gents par exemple en répétant le mot « victime de… etc. », répression joué sur les sentiments en utilisant les référence culturelle. 2.

Les théoriciens de comportement collectif de l’école de Chicago : Quelques principes de l’analyse des comportements collectifs : 1 . Abandon d’une vision interne de psychologie des foules est

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
des contagions, il ne s’agit pas de pathologie, mais d’action rationnelle. 2. Abandon des visions en termes de destruction vers une prise en charge de leur capacité à créer de nouveaux mode de vie, des normes de changement sociale. Smelser : « thery of collective behaviors 1962 les mouvements sociaux sont dés pervers négatives pour le changement social.

Si l’incapacité de pouvoir centrale d’absorbé les demandes social qui déborde a des mouvements sociaux. Les théories volcaniques (éruption d’un volcan) . 3) Éruption de la violence ) Masse critique d’individus agrégés 3) Griefs d’ordre économique social, politique b. Robert Egra Park et la foule Introduction a la théorie de science de sociologie 1921, comportement collectlf comprend les contaglons mentales, les épidémies psychique, les mouvements de masse tel que les migrations social, croisades des chrétiens, mouvements émancipation des femmes, l’élément fédérateur c’est le déficit d’institutionnalisation.

Park et la foule : OF femmes, rélément fédérateur c’est le déficit Park et la foule : Park c’est un américain 1864-1944 de l’école de Chicago « la est minée par les effets et se soumlt a ses instincts, elle ondule de mouvement d’imitation comparable a ceux d’un troupeau», la foule ne construit pas d’identité collective, elle ne se dote pas d’objectif, elle ne désigne pas ses adversaires, elle vie dans le présent telle n’a pas d’avenir. . H. Blumer : sociologue américain, école de Chicago « la foule comme dissolution des attendre sa des valeurs de groupe préparant a la destruction d’aire d’ordre sociale et comme moyen d’émergence d’action de groupe développant des sentiments collectifs Rupture avec les valeurs de groupe (comportement opposé a la ituation normale), par exemple un manifestant emporté par la dynamique de la foule il devient agressif il casse… etc.

Dan que la foule n’a pas d’identité, l’identité ne construit pas avec la structuration des mouvements. Dans tout le mouvement il ya trois force dans le combat : Les manifestants Force de l’ordre (administration) médiateurs NB : La constitution américaine est fonder sur la liberté « premier amendement » 3. La théorie de la privatisation (frustration) relative de Ted Gurr 1970 : Ted gurr : Why men rebal ? 1970 (pour quoi les homes se révoltent? 1970), la notion de l’action pour quoi ?

Approche psychosociologie, elle repose sur trols prlncpes : un sentiment de mécontentement d’injustice de frustration (état d’une personne privée de la satisfaction espérée). 2/3. De comparaison sociale qui prédispose les individus a la révolte (compare le sentiment de l’in•ustice par exemple e PAGF 3 OF prédispose les individus a la révolte (compare le sentiment de l’injustice par exemple entre les déférentes institutions lycée, université… tc. ). Frustration relative et comparaisons internes: il existe trois types de frustrations . a. Frustration aspi rationnelle : la divergence croissante entre la tabilité de la situation actuelle et l’accroissement des attentes intensifie, la frustration débouche sur une contestation sociale (ex : l’Algérie a plus de 200 milliards en dollar, mais il ya une souffrance, chômage et misere sentiment de frustration, privé quelqu’un de quelque chose de droit). . Frustration de croissante (frustration déclinante) : les attentes des individus et groupe sont stable alors que leur situation, sous l’effet de la conjonction de multiple facteurs sociaux se dégrade contiens un éliment (ex : finflation amène a la frustration, un climat aride (sécheresse) dégrade la situation ce la provoque une iolence). c.

Frustration progressive : elle réside dans l’écart entre satisfaction et l’attente, mais cet écart ce produit parce que la situation et des attentes forment deux courbes qui divergent simultanément d’une façon croissante ce qui a pour effet de rendre la frustratlon plus intéresse que dans les cas précédents. satisfaction Attente + (climat de frustration, le cas de tamazight) 2.

Frustration relative et comparaison externe : il ya deux types de frustration : Frustration individuelle : un individu compare sa situation avec celle des autres membres de sont groupe et que ses attentes ont de quelque manière affectées par cette comparaison (ex : en compare entre un prof en Algérie et un prof en France). Frustration collective : comparaison en compare entre un prof en Algérie et un prof en France). Frustration collective : comparaison entre des groupes sociaux dont les caractéristiques sont relativement voisines (ex : prof, police, médecin… etc. . 20. 09. 2012 Module : Reconstruction identitaire et mouvement associatif en Il. Paradigme de la mobilisation des ressources (TMR) Contexte de l’émergence de la théorie de mobilisation des ressources 1960 (TMR) : a. Insatisfaction de la théorie de la privation et de comportement collectif : Comment les gents se mobilisent ? il faut comprendre la méthode de la mobilisation. un mouvement de revendlcation ne constrult pas leur identité tout seul, il ya des dénominations, idées qui s’impose par l’extérieur (ex : le nom leErac est une dénomination de la presse).

Les leaders qui lutent, ils ont une rationalité (attitude rationnelle calculer), ils évaluent les risques, les pertes, le gain… etc. b. Emergence dans les années 50 et 60 des nouvelles formes de contestation : Des noires dans le mouvement des droits civique suivi par le ouvement d’étudiants ethnique, féministes, écologistes et pacifistes (mouvement contre guerre). Les sociologues et les anthropologues dit que la théorie de comportement collectif ne peut pas expliquer les multiples façons de lute, pour ce la il faut une autre théorie (théorie de mobilisation des ressources). on des ressources est Ressources : temps, arpen PAGF s OF thèse centrale de mobilisation des ressources c’est les mouvements sociaux sont idéologiquement légitime et résultante de comportement volontaires et intentionnels. (ex : de comportement volontaires et intentionnels comme « Green eace » avant de réagir il élabore un plan, il à des objectifs, il construit toute une stratégie Il se forger par une élite d’entrepreneurs qui dispose de relation d’argent, de pouvoir et qui exploitent des gisements de sentiments d’injustice et de motif de revendiquer.

Il leur faut agréger des ressources et des compétences convaincre des sympathisants entrepreneurs, leaders de groupe Sensibiliser des bénéficiaires recrutant les volontaires, mobilisé des célébrités ; utilisé des infrastructures organisationnelles médiatiques existantes actionné ressources professionnel et ilitants nouer des alliances. b. La question centrale n’est pas de ce demander pourquoi les groupes se mobilisent mais comment se développent la mobilisation des ressources tenter de résoudre le paradoxe de l’action collective d’Olson, la mobilisation ne vas pas de soit elle est un processus dynamique. . La place et le poids accorder a des organisations dans les mobilisations : attention centrale accorde à l’organisation comme l’éliment qui structure le groupe. Rassemblé les ressources pour la mobilisation (ressources morale, matériels et immatériel), l’autorité morale est très mportante pour un leader politique pour géré les ressources immatériels. Le mouvement social dépasse la démentions de parti politique ou un syndicat ou autres, il permettre a tout le monde de c’est exprimé (le mouvement et ouvert). 3.

La présentation des déférents courants de la mobilisation des ressources . a. La théorie de l’act présentation des déférents courants de la mobilisation des ressources : a. La théorie de l’action rationnelle (RAT) d’Olson : c’est une théorie des economistes dans le paradigme de la mobilisation des ressources, M. Oison 1932-1998 c’est un économiste américain il écrit : « la logique de l’action collective 1965 Il pose la question suivante : que ce que fait les acteurs s’engage et les autres sont désengagés ? ? Le paradoxe de l’action collective toute les mobilisations ne vient pas de sait, les acteurs sont rationnel (homo-économicus), l’homme fait des calcules (propre calcule). Toute les actions collective a un cout (prix) engagement, prise de risque, la perte du temps, argents, investir… etc. et des bénéficier en avantage obtenue par l’action collective (ex : emplois augmentation du salaire). Paradoxe : l’acteur cherche le cout le moins chère sa veut dire e pas engagé si le moins chère, mais il s’engage pour quoi ? le dilemme de prisonnier, le ticket gratuit, cavalier seul (fers rider), passage clandestine. Le ticket gratuit : ce qui ne participe pas a l’action et bénéficier comme les autre (ex : grève des enseignants il ne participe pas, mais il bénéficiera dans les augmentations après l’acqulsltlon des dro its). Le dilemme de prisonnier : anticipation des actions des autres, être un pérenniser des autres, pour résoudre ce dilemme le groupe qui se mobilise recoure a deux techniques : La solution de paradoxe dolson : qui recoure a les initiations électives : a.

Initiation positive : offrir des biens et des prestations supplémentaires, assuré des avenages supplémentaire. b. Initiation négative : exercer de la contrainte sur les personnes risquant faire des fictions sur le groupe, réquisition des bus, 7 OF la contrainte sur les personnes risquant faire des fictions sur le groupe, réquisition des bus, dont ou bruler, afficher sont nom au manifestant. « Les grands groupes peuvent rester inorganisé et ne jamais passé à l’action, même un consensus sur les objectifs collectifs et les moyens qui existe A chaque fois que le groupe et grand si ifficile de le mobilisé.

Critique : tout individu engage faire ces calcules, il est opposé par Mayer les entrepreneurs moreaux n’on pas d’intérêt matériel. 24. 09. 2012 Unité fondamentale : UEF 1 (0) B. La théorie de l’organisation professionnelle de Mayer, Zald et Mecathy : Les nouveaux sociologues sont considérés comme une industrie ou une économie (marcher offre et demande), cette théorie est inspirée dans l’économie.

Les nouveaux sociologues sont considères : les groupes de pression, groupes d’intérêts, se sont des entrepreneurs moreaux (ex : Abbé Pierre est un homme de ‘église, il s’engage dans la éfense des pauvres (lui ne tire aucun bénéfice matériel), il utilise sont statut comme homme de l’église et défendeur des pauvres dans ce ca en le considère comme un entrepreneur morale (ex Pierre Bourdieu en 1979 soutien le mouvement des chômeurs). Les organisateurs des mouvements sociaux recourent à des militants qui n’ont pas d’intérêt (satisfaction morale), par contre les leaders politique ne sont pas des entrepreneurs moraux.

Ces sociologues font une distinction entre les adhérents (soutiens, sympathisons) et les membres actifs (maitre soutien en pratique qui consacré leurs temps a l’organisation). Les mouvements sociaux sont des roupes de pression (savant, PAGF consacré leurs temps a l’organisation). Les mouvements sociaux sont des groupes de pression (savant, ingénieur, médecin économiste psychologue… etc. ) par exemple un groupe pharmaceutique constitue un groupes de pression pour soutenir un produit « Médiator Y, ou ils corrompent les politiciens pour ce taise (les groupes de pression exerce la pression pour ce taise sur quelque chose.

Critique : la lecture très réductrice de la complexité des groupes sociaux (le thème des régimes de rationalité est plurielles économique, politique, dignité… tc. ) c. Le modèle de la politique de la mobilisation de ressources : c. 1. Anthony Obershall : l’importance de l’organisation des groupes avant la mobillsation, la mobilisation est déterminée par les mécanismes de dépendance qui s’établissent entre l’individu et le groupe, pour lui si le facteur déterminant de la mobilisation.

La densité horizontales : des liens internes l’importance de la loyauté, partagé la confiance mutuelle entre les membres de groupe (la densité et la loyauté c’est la solidarité et la confiance dans le groupe, les liens de la densité et la loyauté sont ndispensable dans la mobilisation de groupe). La démentions verticale : plus qu’une communauté est segmenter par apport aux élites et au centre de pouvoir, plus l’action de la mobilisation sera probable. Communauté segmenter : marginalisé, opprimé, certain postes d’emploi et réservé, le cas des Kabyles, ces condition sont les plus favorable pour la confrontation. . 2. La théorie de processus politique de Charles Tilly 1929-2008: c’est sociologue, historien, politiste américain, il s’intéresse au mouvement des sociétés et mobilisation, il a écrit 51 livres et 500 articles scientifiques, sont livre major PAGF q OF sociétés et mobilisation, il a écrit 51 livres et 500 articles scientifiques, sont livre major « de la mobilisation a la révolution 1978 » « fram mobilisation to révolution il parle sur répertolre collectif.

Concept de structure d’opportunité politique comprendre le contexte émergé les mouvements sociaux. « Il ne ya pas de mouvement social spontané », tout les mouvements sociaux sont des résultats de quelque chose. La toile et la forme, le lieu et le temps d’un mouvement d’action collective dépendent de type de constitution, du système des arties de la législation des associations, de la centralisation de l’état, de l’organisation de la société civil et du recours ou droit et a la justice qui caractérisent tel ou tel pays.

Le mouvement sociaux émerge comme la résultante de l’ouverture de l’exportions d’opportunité politique, le clivage passent entre membres et challangeurs du système politique le rapport a l’état, (membre : état, challangeurs : les conquérant qui veule une acquisition). Aux partis et aux élites de groupes de challangeurs qui veulent avoir accès et capitale dans le développement de la contestation ociale, en regardent les membres de l’établissement se bâtent pour conservé, on accroitre leur pouvoir en cooptant ou en bloquant on promouvant ou on annulant leur challangeurs, (coopter : corrompu poste de travail pour acter la paix).

Le répertoire d’actions collectives Charles Tilly Les acteurs lorsqu’ils choisissent les formes d’actions, ils ont un répertoire expérimental, lorsque ils choisissent une forme d’action ; cette forme impose des conditions (ex : si c’est une marche il faut préparer les mots d’ordres, le cheminement, les banderoles… etc. , si c’est un citin il faut qu’ils se préparent