Quels sont les effets du modèle bureaucratique sur le comportement des acteurs ? (dissertation, sociologie des organisations)

Quels sont les effets du modèle bureaucratique sur le comportement des acteurs ? (dissertation, sociologie des organisations)

Sarah 1 ere année Licence S. S. S. Groupe 10 DISSERTATION Sujet : Quels sont les comportement des a or 8 Sni* to View fet bu ucratique sur le Weber écrivait dans son ouvrage Economie et société , paru en 1922 « Bureaucratie . Le moyen le plus efficace que l’on connaisse pour exercer un contrôle impératif sur les êtres humains. Au XXème siècle , il annonça cette théorie de la bureaucratie , alors que le modèle bureaucratique à la française se développe dans les années qui suivent .

Selan lui , on peut la définir comme un système d’organisation rationnel et efficace , basé sur la division onctionnelle du travail et la spécialisation des compétences . Elle ne concerne pas seulement l’administration publique , elle caractérise également le fonctionnement des grandes responsabilités , une forte hiérarchie et des relations impersonnelles . Nous pourrons donc voir , à travers la question , « Quels sont les effets du modèle bureaucratique sur le comportement des acteurs ? ? , les problèmes analysés par cette sociologie des organisations , en la posant de manière plus détaillée : « Au sein d’une bureaucratie les individus sont ils réellement acteurs et dans quelles mesures ce système

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
ngendre des conséquences sur leur manière d’agir et sur l’organisation ? »Nous pouvons tenter de répondre à cette question en expliquant, tout d’abord , que l’individu , dans une certaine mesure , n’est pas totalement acteur dans le système bureaucratique . Nous pourrons ensuite voir comment ce système rigidifie l’organisation et l’indlvidu .

Enfin , nous tenterons d’analyser comment [‘individu peut finalement être acteur dans la bureaucratie. l) L’individu, au sein du système bureaucratique, n’est pas toujours acteur… Le terme d’acteur, connote des idées de jeu, au-delà des rôles rescrits, de conflit ou de coopération associés aux règles, aux normes Dans ce cas, nous pouvons être amenés à nous demander si l’individu est pleinement acteur au regard du système bureaucratique. Le système bureaucratique, tout d’abord, est caractérisé par une division du travail. ) L’individu a un rôle défini… L’individu , au sein de l’organisation , a , avant tout , un statut . La répartition des rôles se fait selon de critères impersonnels . En effet , on juge l’individu non pas en fonction de ce qu’il est mais selon qu’il soit apte ou non à remplir les tâches qui lui sont dictées . Ses autres qualités , qu’elles ou non a remplir les tâches qui lui sont dictées . Ses autres qualités , qu’elles tiennent du savoir , savoir faire ou savoir être , ne sont pas prises en compte dans l’attribution de son poste .

De plus , il y a une séparation entre l’indivldu et sa fonction , il n’en est pas propriétaire . ll s’agit là d’une structure établie selon les compétences et non seulement des critères arbitraires . L’individu, dans sa fonction, est tenu d’appliquer certaines règles également impersonnelles. 2)… on lui impose des règles Nous pouvons donc , pour continuer , remarquer que e modèle bureaucratique est caractérisé par des règles impersonnelles . Elles sont dictées par une instance supérieure et responsable , élognée des « cellules d’exécution ».

Elles sont de nature formelles , il y a refus de toute acceptation des individus quant à l’application de ces règles , ils sont tenus de les respecter . Ces règles font totalement abstraction de la personne , de ses convictions , ses croyances . L’individu n’agit pas selon ce qu’il croit être bon ou favorable , mais selon ce qui lui est dicté . II agit selon un « mode opératoire » et aucune place n’est laissée ? l’initiative individuelle . Cela aura pour conséquence de le conduire à une certaine conformité. 3)… l devient, par conséquent, conforme aux attentes de l’organisation. L’individu , pour finir , se conforme aux types d’action prescrits et s’inscrit dans une routinisation de ses activités -Il en devient formaliste , protocolaire , au point d’accorder plus d’importance à la procédure qu’au contenu . ll fait preuve d’un ritualisme pointilleux . II ne s’interroge pas sur la valeur ou la non val contenu . ll fait preuve d’un ritualisme pointilleux . ll ne s’interroge pas sur la valeur ou la non valeur des ordres qu’on lui transmet .

II a , de ce fait , une rationalité limitée , il ne recherche pas la solution optimale , « l’adhésion aux règles conçu à l’origine comme moyen , devient une fin en soi ; d’instrumentales les règles deviennent finales »(Merton , Eléments de théories et de méthodes sociologiques 1 949) Ce ritualisme, cette conformité, aura pour conséquence de rigidifier l’individu et l’organisation. 1)… 11 se rigidifie, de même que l’organisation… Plusieurs facteurs concourent à la rigidité de l’organisation, les règles impersonnelles, la stratification du système, ainsi que la entralisation des déclsions.

Tout d’abord, les règles et les fonctions impersonnelles, qui font du bureaucrate un être formaliste, le conduisent à une grande régularité dans son travail. 1) un individu conditionné par ses tâches et sa fonction… L’individu , au sein de la bureaucratie , fait montre d’un haut degré de conformité aux types d’actions prescrits :il est assidu a son travail , compétent et méthodique dans ses activités routinières , il y a un fort attachement aux modèles idéaux .

Mais par cette conformité , il en devient incapable de s’adapter au changement . d’être flexible . l ne prend pas d’initiatives et est dans l’incapacité détre autonome et d’avoir des responsabilités *Cela devient un frein au changement et à l’innovation , ce qui paralyse l’organisation . Par ailleurs , le caractère formel de la répartition des fonctions , conduit également à la rigidifier. 2)… qui se trouve au cœur d’un système stratifié…

PAGF conduit également à la rigidifier. Le système bureaucratique , ensuite , se constitue en hiéra rchie . ll y a un pouvoir central qui a le monopole des décisions et qui fixe les règles , et différents groupes ou « cellules d’exécution » ui appliquent ce règles existe une certaine imperméabilité entre les différentes strates : peu de communication , donc une information qui circule mal et une mauvaise connaissance des problèmes .

Le pouvoir central est très éloigné de ceux qui appliquent les règles voire même extérieur -Cet isolement entre les différents groupes peut conduire à paralyser l’organisation et la rendre instable. 3)… qui lui se paralyse par un mécanisme sensé le faire fonctionner. La sociologie des organisations a montré, qu’au sein de la bureaucratie , il existait un enchaînement circulaire de écanismes entretenant , voire renforçant , ses effets défavorables : le « cercle vicieux bureaucratique ».

Dans le systeme bureaucratique , la réglementation et les procédures de travail vont créer une certaine routine , rigidité dans les attitudes des employés , ce qui va entraîner une difficulté de communication avec les supérieurs donc une mauvaise circulation de l’information et de la connaissance des problèmes , il y aura une difficulté pour la hiérarchie de prendre des décisions adaptées , ce qui va engendrer une tendance à l’autoritarisme et à une centralisation des pouvoirs qui , au final , aboutira ? n renforcement de la réglementation et des procédures de travail .

Le résultat du « cercle vicieux bureaucratique » constitue une crise et cette crise aboutira à un -Le résultat du « cercle vicieux bureaucratique » constitue une crise et cette crise aboutira à une complication un renforcement des règles pour résoudre les défauts des règles antérieures . En conséquence , l’organisation bureaucratique , ainsi que les individus qui y sont employés , ne peuvent s’adapter aux mutations le système se paralyse.

Si la rigidité du système entraîne également une rigidité chez ‘individu, il arrive parfois que celui-ci ait des enjeux , sache faire preuve de rationalité et dans ce sens deviennent acteurs du système. Ill)… mais, dans une certaine mesure, il n’est pas mu que par les tâches qui lui sont dictées. L’individu, au sein d’une organlsatlon bureaucratique, peut aussi être dans un sens, acteur . l peut avoir des enjeux pour lesquels il va déployer des stratégies particulières Tout d’abord, l’individu peut être acteur, dans la mesure où il conserve une certaine marge de liberté. 1) l’individu est , dans un certain sens , libre… L’individu conserve une certaine indépendance , dans la mesure ù il est éloigné de ses supérieurs qui n’a pas , de ce fait , un pouvoir direct sur eux ; son rôle se limite à contrôler l’application des règles . l dlspose d’une marge de liberté qul lui permet d’être plus autonome . ll est également pourvu d’une certaine rationalité qui va s’exercer dans la saisie d’opportunités , dans un contexte donné . par ailleurs l’impersonnalité des règles fait que l’employé est plutôt dans de l’interprétation des règles , selon ce qu’il veut bien y voir , plutôt que dans une application stricte de celle-ci . En d’autres termes , l’organisation ne peut pas totalement prédire