Quel avenir pour le Mercosur ?

Quel avenir pour le Mercosur ?

Quel avenir pour le Mercosur ? Union européenne, Accord de libre-échange nord-américain, Association des nations de l’Asie du Sud-Est, de nombreux blocs régionaux de libre-échange se sont constitués au XXI, et le Mercosur n’échappe pas à cette tendance de la régionalisation du monde, de nombreuses théories ont été élaborées sur le sujet, notamment celle du nouveau régionalisme dans lequel s’inscrit le Mercosur mais nous n’aurons pas le temps de les approfondir. Institué par le Traité d’Asunciôn en 1991 entre le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay, il s’est élargi en 2012 au

Venezuela et prévoit d’intégrer la Bolivie en 2016. Il établit la libre circulation des biens, et vise à établir un ta harmoniser les polltl entre les Etats mem l’esprit néolibéral du ex org Sni* to View nextÇEge urs de production, a coordonner et et les législations a été signé dans n, cette association apparait donc comme un moyen de sortir de la crise économique de la décennie perdue des années 1 980, à l’époque, on ne parle donc pas d’intégration régionale mais d’intégration de marchés, on a donc une structure purement intergouvernementale qui est mise en place.

Le Mercosur est également institué dans le contexte international post Guerre Froide gagnée par

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
les Etats- unis qui éprouvent moins le besoin de repousser le communisme en Amérique Latine, cette région connait d’a Swipe to View next page d’ailleurs une période de transition démocratique après des années de dictature. Après 23 années d’existence, le Mercosur a rencontré un succès certain: ce bloc est considéré comme la quatrième pulssance économique du monde derrière l’ALENA et comme la deuxième intégration régionale la plus aboutie après l’Union Européenne.

Néanmoins il fait face aussi à bien des défis, bien qu’il s’inspire du modèle d’intégration européen, il est loin d’arriver à son niveau mais est-ce que reproduire le modèle européen est vraiment l’objectif du Mercosur ? Avant de se lancer l’analyse de ce bloc, il convient de bien prendre conscience de ses réalités géographiques et sociales: avec un territoire de 14 millions de km2, le Mercosur fait 4 fois l’Union Européenne, sa population représente de la population d’Amérique du Sud et 82% de son PIB, il est cependant marqué par de fortes asymétries économiques, démographiques et sociales entre ses

Etats membres mais aussi à l’intérieur même de ces pays qui ont pu mettre en péril son intégration. Dans ce contexte, le Mercosur cherche à renforcer son unité politique en se projetant sur la scène internationale comme on peut le voir avec les négociations actuelles sur des accords de libre-échange avec les Etats-unis et l’Union Européenne. On peut donc se demander si le Mercosur peut combler l’insuffisance de son intégration économique par une intégration politique. ) Un bilan économique en demi-teinte: une union douanière imparfaite et un accord de libre-échange partiel 1) un commerce intra – Mercosur enc ouanière imparfaite et un accord de libre-échange partiel 1) Un commerce intra – Mercosur encore faible, des échanges avec le reste du monde à nuancer Le Mercosur a été moins touché que l’Union Européenne et les Etats-Unis par la crise économique de 2008 et a bénéficié d’une reprise économique rapide, cet ensemble est donc mieux perçu par les investisseurs mondiaux néanmoins ces pays restent encore dépendants des prix internationaux des matières premières et des taux d’intérêt des pays industrialisés.

A l’intérieur du bloc, les économies uruguayennes et paraguayennes estent dépendantes de celles du Brésil et de l’Argentine qui sont pour leur par tmoins dépendantes du Mercosur pour leur croissance économique, par exemple, le Mercosur représente aujourd’hui moins de des exportations brésiliennes, celles-ci ont pour leur part baissé de vers l’Argentine en 2012. Les échanges commerciaux au sein de la zone sont passés de 4 à 30 milliards de dollars depuis sa création mais le commerce intrarégional reste encore faible, il représente environ 15% du total des échanges contre 66% pour l’UE et 45% pour l’ALENA. Concernant son commerce extérieur, les échanges du Mercosur vec le reste du monde représentent seulement 1 % du commerce mondial. Cette faiblesse du commerce intra-régional s’explique par des replis protectionnistes qui sont encore fréquents et constituent un frein au développement des échanges entres les pays du bloc. ) Des replis protectionnistes trop fréquents dus à une absence de mécanisme correctif des asymétries protectionnistes trop fréquents dus à une absence de mécanisme correctif des asymétries entre les pays du Mercosur Les barrières non tarlfaires entravent toujours le commerce intrazone, les produits importés ne circulent donc pas encore ibrement tout comme les facteurs de production, les personnes et les services. L’absence de dispositifs de compensation des effets collatéraux de l’intégration économique et la faible harmonisation des politiques macroéconomique expliquent le repli de plus en plus fréquent vers un protectionnisme qui a même été institutionnalisé avec des régimes d’exceptions au libre-échange. Ainsi, pour faire face à la crise économique de 2008, le Mercosur a voté un mécanisme d’adaptation compétitive (MAC) entre l’Argentine et le Brésil qui permet d’établir des quotas ‘importations sur des produits sensibles.

De tels mécanismes compromettent le projet d’intégration et renforcent les rivalités qui sont déjà fortes entre les Etats. Un des défis futur du Mercosur est donc d’harmoniser les politiques macroéconomiques pour éviter que les asymétries soient utilisées pour justifier des régimes de restriction au commerce. On peut également penser au projet de création d’une monnaie commune pour les échanges de bien et de sewices mais cela semble encore loin d’aboutir. Au contraire, le Mercosur semble depuis quelques années faire le pari de développer son ntégration politique et sa projection sur la scène internationale pour pallier ces difficultés économiques. Il) De nouvelles ambitions politiques 1) Glissement vers pallier ces difficultés économiques.

Il) De nouvelles ambitions politlques 1) Glissement vers un modèle de développement visant ? supprimer les asymétries Le sommet du Mercosur de Mendoza en juin 2012 marque un tournant politique et relance le processus d’intégration avec le passage à une nouvelle vision que Christensen appelle régionalisme post-libéral. Concrètement cela se traduit par un irage à gauche qui s’accentue avec l’arrivée de Cristina Kirchner et de Lula au pouvoir en 2003 qui adoptent le « Consensus de Buenos Aires » qui rompt avec le Consensus de Washington: cela traduit la volonté de ramener les aspects politiques et sociaux au premier plan de l’intégration. Conjointement à cela, on a eu un retour du populisme et du nationalisme en Bolivie avec l’élection d’Evo Morales et au Venezuela avec Hugo Chavez cela a fait renaitre le rêve dune union Bolivarienne entre les pays du Mercosur.

C’est dans cette optique que des mesures ont été prises pour avoriser l’intégration politique et sociale. On peut donner l’exemple du Forum consultatif économique et social pour représenter les secteurs économiques et sociaux de chaque pays membre comme les syndicats de travailleurs. Il s’agit aussi de satisfaire les demandes croissantes des acteurs transnationaux comme le réseaux des mercocidades. Un Fond pour la convergence structurelle du Mercosur afin de réduire les inégalités sur le modèle du fond européen. Il s’agit donc de démocratiser le bloc pour permettre à des groupes d’intérêts et de nouveaux acteurs d’intervenir dans I