processus infectieux et parasitaire

processus infectieux et parasitaire

PROCESSUS INFECTIEUX ET PARASITAIRE Chapitre : Agents pathogènes et pouvoir infectieux Infectlon : maladie occasionnée par une bactérie, un virus ou un champignon. Infestation : maladie occasionnée par un parasite. l. Diversité des agents pathogènes Il existe 4 types d’agents pathogènes : – les bactéries – les virus – les parasite – les champig ns or 11 1.

Les bactéries – micro-organismes p peuvent être aérobi Sni* to View oscopiques) micromètres (Om). aérobie : (adjectif) qui a besoin, pour vivre, d’oxygène libre anaérobie : (adjectif) qui ne peut vivre au contact de l’air selon leur forme, on différencie les coques, les bacilles et les spirochètes. Une bactériose est une maladie engendrée par une bactérie. 2. Les virus – micro-organismes de structure non cellulaire de quelques nanomètres (nm). e sont visibles qu’au microscope électronique ; – sont formés d’un acide nucléique (ARN ou ADN), d’une capside faite de protéines et parfois d’une enveloppe. ne peuvent vivre et se multiplier qu’en utilisant une cellule vivante : ce sont des parasites intracellulaires. Une virose est une maladie engendrée par un virus. engendrée par un champignon inférieur. 4. Les parasites – organisme de taille variable qui vit aux dépens d’un autre organisme. – taille très

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
variable : de quelques nm à quelques m. l existe différentes classes de parasites : * les arthropodes Exemples : * les helminthes = vers (ils engendrent des helminthiases) Exemples : les Oxyures qui engendrent l’oxyurose le Ténia = ver solitaire les Ascaris qui engendrent les ascaridioses le Schistosome qui engendre la bilharziose la Douve du foie qui engendre la distomatose * les protozoaires = micro-organismes unicellulaires – parmi ces parasites, il existe : *des ectoparasites : exemples • des endoparasites : — Une parasitose est une maladie engendrée par un parasite. Il.

LE POUVOIR PA HOGENE DES BACTERIES ET DES CHAMPIGNONS Le pouvoir pathogène est la capacité à provoquer une maladie. La virulence est la capacité qu’a un germe de se développer dans un organisme, d’y sécréter des toxines et d’y provoquer un état pathogène. La virulence d’un micro-organisme dépend de son pouvoir invasif et de son pouvoir toxique. 1. Le pouvoir invasif PAG » 1 Certains micro-organismes ont des structures anatomiques (exemple : pili) permettant de se fixer aux cellules hôtes : ainsi, ls ne sont pas chassés par la miction, la déglutition ou le transit intestlnal. xemple : la bactérie Escherichia coli qui peut ainsi coloniser les voies urinaires et occasionner une cystite. b. de la résistance du micro-organisme à la phagocytose Cette résistance peut se réaliser : – par la présence de structures anatomiques empêchant la phagocytose exemple : bactéries encapsulées telles que les pneumocoques – par l’absence d’enzymes lysosomales pour les dégrader exemple : Bacille de Koch c. de la production d’enzymes pour se disséminer Certains micro-organismes peuvent ainsi envahir rapidement les issus en les détruisant. xemple : le Staphylocoque doré Quand une bactérie se retrouve dans le sang, on parle de septicémie infection générale de l’organisme caractérisée par le passage d’une quantité importante de germes pathogènes dans le sang). 2. Le pouvoir toxique : la toxinogénèse Pouvoir toxique : capacité à produire une toxine. Toxine : substance cellulaire toxique. Toxi-infection : maladie causée par une bactérie et sa toxine qui généralement va agir à distance du foyer d’infection.

Il existe deux types de toxines : Exotoxines Endotoxines Définition PAGF30F11 lipa-glucido-protéique Pouvoir toxique – pouvoir toxique élevé – agissent à faible dose – sont neutralisées par des antitoxines (anticorps neutralisant les exotoxines) pouvoir toxique modéré agissent à dose plus forte – ne sont pas neutralisées par des antitoxines Spécificité existence d’une spécificité – vis à vis de certains tissus ex : neurotoxine, néphrotoxine, entérotoxine – vis à vis de leur action ex : action cytolytique, action nécrosante, . eu de spécificité ex : maux de tête, malaise, fièvre . Exemples Toxine tétanique (neurotrope) Toxine de Salmonelles provoquant des salmonelloses majeures Typh aide) Remarque : la virulence des champignons s’exerce surtout par leur 3. Pouvoir pathogène spécifique et pouvoir pathogène opportuniste Un germe pathogène spécifique est un germe qui provoque toujours une maladie quelque soit l’individu (sauf cas particulier du porteur sam).

Un germe pathogène opportuniste est un germe normalement non pathogène mais qui peut le devenir dans certaines conditions particulières Exemple : les germes sapro h es formant la flore commensale ne sont pas ais peuvent le devenir : * PAGFd0F11 favorisant les infections. Ces facteurs sont tous à l’origine d’une iminution des défenses immunitaires. Ce sont par exemple Il. LES MALADIES INFECTIEUSES ET PARASITAIRES LES P US FREQUENTES DANS LE MONDE 1.

Définitions Epidémie : augmentation inhabituelle du nombre de cas d’une maladie infectieuse ou parasitaire dans un laps de temps court. exemples: Endémie : persistance d’une maladie infectieuse ou parasitaire dans une région où elle existe en permanence chez un nombre plus ou moins important d’individus. exemples : Pandémie : dissémination d’une maladie infectieuse ou parasitaire à la quasi totalité de la population du globe (ou d’une grande partie du globe) exemples : . ém(o) signifie peuple 2. Maladies bactériennes PAGF 11 ntes dans le monde et personnes en France. Salmonelloses (Salmonelles) fièvre typho-ide : maladie infectieuse bactérienne, contagieuse, qui peut être mortelle, due à une entérobactérie, entraînant des atteintes graves de l’intestin Elle est endémique voire épidémique dans certains PVD. La contamination est surtout hydrique (eau souillée par des selles contaminées), parfois alimentaire (aliments souillés, coquillages, crudités), exceptionnellement directe, par les mains sales. * toxi-infections alimentaires: elles sont fréquentes, même dans es pays à niveau de vie élevé ; la manifestation est souvent une gastro-entérite.

La contamination se fait par des aliments contaminateurs peu ou pas cuits (œufs, lait, charcuterie, eau, coquillages souillés). – Botulisme (Clostridium botulinium) : toxi-infection provoquée par une bactérie sporulée anaérobie qui libère une toxine neurotrope. La contamination se fait par ingestion d’aliments mal cuits, le plus souvent des vlandes, saucisses et conserves familiales. Tuberculose (Bacille de Koch = Mycobactérie tuberculosis) infection pulmonaire mais qui peut toucher tous les viscères. Elle est en recrudescence depuis l’apparition du SIDA.

Choléra (Vibrio cholerae) : infection intestinale grave, tres contagieuse, causée par un vibrion, caractérisée par une diarrhée abondante, des vomissements et une déshydratation rapide Il sévit sous forme d’épidémie et parfois de pandémie dans les La transmission se fait par l’eau et les aliments crus contaminés, par contact avec des porteurs infectés et des porteurs de germes ou par les mouches. 6 1 des porteurs de germes ou par les mouches. – Méningite cérébro-spinale(Ménlngocoque) : inflammation des méninges causée par le méningocoque.

Elle peut tuer les sujets atteints en quelques heures ; les enfants, les adolescents et les adultes jeunes sont les plus exposés. Coqueluche (Bordetella pertussis) : maladie infectieuse, contagieuse et épidémique touchant l’appareil respiratoire. Elle sévit encore dans les PVD et peu dans les pays industrialisés grâce au vaccin. – Syphilis (Tréponème pâle), Gonococcie (Gonocoques), Chlamydiose uro-génitale (Chlamydia) : Infections sexuellement transmissibles (IST). PVD : pays en voie de développement 3.

Maladies virales les plus fréquentes dans le monde et virus responsables Elles sont plus nombreuses que les bactérloses et lus redoutables car une fois la maladie déclarée il n’y a pas de traitement efficace. La prévention est la épatite A : La contamination se fait par voie digestive et est due à l’absorption d’eau ou d’aliments souillés (coquillages, par exemple). – Hépatite B: maladie virale très contagieuse. La contamination se fait par voie sanguine principalement mais aussl par la salive, par voie sexuelle ou de la mère à l’enfant au cours d’une grossesse. Hépatite C : La contamination se fait surtout par voie sanguine. Les hépatites sont fréquentes dans tous les pays. – Rubéole, Oreillons, Roue PAGF70F11 s sont dues à des virus Ces maladies virales sont de moins en moins fréquentes en France grâce à la vaccination (z . – Varicelle (virus varicelleux de la famllle des Herpès virus) : maladie virale fréquente, surtout chez les jeunes enfants. La contamination est très grande et interhumaine (z contamination directe). – Grippe (Myxovirus influenza) : infection contagieuse fréquente évoluant par épidémies.

Le virus se multiplie dans les cellules épithéliales de l’appareil respiratoire. La contamination se fait par voie aérienne. – Poliomyélite (Poliovirus) : maladie virale exceptionnelle dans nos ays mais endémique dans les PVD ; frappe surtout les enfants. Le virus entraîne la destruction du motoneurone périphérique dans la corne antérieure de la moelle épinière d’où des paralysies. Herpès (Herpès simplex): maladie virale fréquente dans le monde. Deux virus existent, l’un à transmission orale, l’autre à transmission génitale.

La contamination se fait par contact cutanéo-muqueux. Rage (Rhabdovirus): le virus entraîne toujours une encéphalite virale mortelle. La transmission se fait par la salive infectée du renard par l’intermédiaire de celle d’un chien ou d’un chat. Cette maladie est toujours d’actualité dans nos pays. – Fièvre jaune (Arbovirus) : la maladie est transmise par les moustiques (phlébotomes) et n’est présente que dans les pays tropicaux d’Afrique et d’Amérique du Sud. Le virus atteint le foie et les reins. 4.

Maladies parasitaires le 11 tes dans le monde et digestives et des parasitoses non digestives. Dans les PVD, les polyparasitoses intestinales entrainent une malabsorption. a. Les protozoaires – Amibiase (Amibe) : maladie des pays chauds et humides qui entraîne une dysenterie. La transmission se fait par voie féco- orale. Le diagnostic se fait par examen parasitologique des selles ; – Trypanosomiase maladie du sommeil (Trypanosome) : maladie rencontrée en Afrique. Les troubles sont : fièvre, polyadénopathies, hépatosplénomégalie, troubles du sommeil et troubles psychiques.

La mort survient par cachexie fébrile et démence. La transmission se fait par les mouches. Paludisme = malaria (Plasmodium) : la transmission se fait par piqûre d’une anophèle femelle (moustique). (cf cours) – Toxoplasmose (Toxoplasme) : infection très répandue dans le monde, le plus souvent asymptomatique ( des individus l’ont eue à 20 ans). Le danger est l’apparition d’une toxoplasmose lors d’une grossesse car il y a alors des risques de malformatlon de l’embryon ou du fœtus voire mort. Le diagnostic repose sur la sérologie.

Le réservoir principal est le chat domestique qui élimine les parasites dans ses selles. La contamination de l’homme peut se faire de différentes façons : infestation par l’intermédiaire des mains pour les personnes en contact avec un chat, ingestion de fruits ou de légumes crus souillés de terre, ingestion de formes kystiques contenues dans la viande crue ou saignante parasitée, contamination transplacentaire. . Les Helminthes = les Vers – Oxyurose (Oxyures) : parasitose digestive sévissant dans nos pays.

La contamination se fait ar l’in estion d’aliments s parasitose digestive sévissant dans nos pays. La contamination se fait par l’ingestion d’aliments souillés par des œufs d’oxyures. Les larves femelles pondent leurs œufs à la marge de l’anus entraînant un prurit anal, vespéral (z qui survient le soir) et nocturne. Les enfants sont le plus souvent atteints. Le diagnostic se fait par l’observation de petits vers fins et mobiles à la surface des selles ou par Scotch-test le matin avant la toilette. Ascaridiose (Ascaris) : parasitose digestive.

La contamination se fait par les aliments ou l’eau souillée. La larve est libérée dans l’intestin grêle, perfore la paroi intestinale et gagne le foie puis les poumons et remonte vers le pharynx où elle est déglutie. Elle se transforme en ver adulte dans l’intestln (troubles respiratoires puis digestifs). Le diagnostic se fait par examen parasitologique des selles. Bilharziose (Schistosome) : maladie fréquente chez les sujets d’origine africaine et en cas de séjour dans les pays endémiques (PVD). La maladie peut être hépatique, intestinale ou uro-génitale la plus fréquente).

La contamination se fait par les eaux de boisson ou des bains. – Distomatose (Douve du foie) : parasitose digestive survenant dans les pays à niveau de vie élevée. La contamination se fait par ingestion de cresson sauvage ou de pissenlit. Ily a une atteinte hépatique. – Ver solitaire Ténia : parasitose digestive. L’homme s’infeste en consommant de la viande de porc ou de bœuf mal cuite. II n’existe le plus souvent aucun signe clinique mais parfois des troubles de l’appétit, des nausées, des douleurs abdominales, des troubles du caractère de l’enfant. Le d