positionnement rolex

positionnement rolex

l. Positionnement sur le marché français Selon les chiffres publiés par le Comité professionnel de développement de l’horlogerie, de la bijouterie, de la joaillerie et de l’orfèvrerie (CPDHBJO), le marché français de l’ho logerie a vu son chiffre d’affaires progresser de 5% en 2007. pour la deuxième année consécutive, les ventes de montres ont explosé avec un chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros, soit + 1% par rapport à 2006. Ainsi, ces chiffres ont été dopé par les produits dont le prix est supérieur à 3 000 euros qui ont progressé de près de en Sni* to View 2007, confirmant la t

A. La structure du m Filières de l’industrie édente, + 29%. hé Rolex LVMH 737 Française Tag Heuer Zenith Chaumet Groupe Richemont 597 Suisse Jaeger-Le-Couture Cartier Source : wwv. ‘. lejournaldunet. com L’arrivée sur le marché horloger des marques de luxe du domaine de la mode intensifie davantage la concurrence. Les marques plus traditionnelles doivent alors renforcer leur position haut de gamme et accroitre leur image. Les marques ont de plus en plus tendance à rationaliser leur gamme et à proposer des montres pour tous les moments de la journée, pour toutes les occasions et u circonstances.

Ainsi, malgré les barrières

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
d’entrées de nombreuses marques plus modestes sont créees et profitent de l’évolution positive du marché en se positionnant sur de petites niches de marché jusqu’à lors inexploitées. Parallèlement, les groupes ont tendance à développer une stratégie de croissance horizontale. Ainsi, ils bénéficient d’une certaine concurrence intragroupe desservant leur image de marque tout en laissant leurs filières plus ou moins autonomes.

LVMH a par exemple racheté en 1999 la marque Tag Heuer qui concurrencera sur le même marché les marques Chaumet ou Zenith. Le groupe Swatch grâce à un large portefeuille de marques, se positionne sur le marché des montres de luxe (Longines, Rado, Oméga), possède une offre de substitution avec sa marque Swatch et enfin touche un le, les enfants, erâce le groupe possède 157 usines de fabrication de composants et de mouvements « prêt à l’emploi » qu’il revend à ses concurrents adoptant la fonction de fournisseur.

Ainsi, Swatch possède 50% de la production suisse d’aiguilles revendues à des entreprises telles que Cartier ou Rolex Rolex se positionne très largement devant ses concurrents en terme d’image, de chiffres d’affaires et de qualité) si on considère le marché marque par marque, c’est-à-dire en excluant la notion de groupe. Rolex est le leader incontesté du secteur de l’horlogerie du luxe et n’a pas de concurrent direct que l’on pourrait qualifier de dangereux.

L’entreprise fabrique tous les composants de ses montres (à l’exception des aguilles et du cuir). Principales sociétés du secteur du négoce d’horlogerie soclETEs Rolex France Royaume-Uni Festina France Festina Lotus (Espagne) ; Chopard France Chopard (Suisse) ; Mont-Blanc France Richemont (Suisse) ADM Promotion 100% Polyconcept Holding BV (Pays Bas) Seiko France Seiko Corporation (Japon) Fossil France GUM Franchini M. Franchini Bruno LVMH montres et joaillerie France LVMH % fragiles.

Les fabricants français sont confrontés à la concurrence des pays limitrophes (Allemagne et Suisse ) ainsi qu’à un nouveau type d’offres venu des pays asiatiques tel que le Japon vendant des prodults technlques, haut de gamme à un prix très compétitif. D. La demande La consommation de produits horlogers s’élève à 911 millions d’euros en 2006 en France soit 2. 8% de plus que l’année précédente. Cette croissance est principalement due à une hausse des ventes en volumes, 2,5%, alors que la hausse des prix n’a pas été sgnificative, Cette stabilisation des prix s’explique par le niveau de la concurrence accrue.

Les groupes étrangers ont été les premiers à tirer un bénéfice certain des achats d’horlogerie de luxe en France. On constate que ce sont les ventes de plus de 1 000 euros qui soutiennent la tendance en valeur. De plus, la clientèle n’est pas seulement française, mais elle est aussi étrangère. En effet, la fréquentation touristique a largement profité aux ventes. Cette tendance à la hausse est fortement liée à un autre facteur sociétal : « le boom du luxe » et sa démocratisation. Ainsl, la croissance a été estimée entre 8 et 1096 en 2006.

L’arrivée d’une nouvelle cible « les nouveaux riches » provenant de pays tels que l’Inde, la Chine ou la Russie a fortement dopé les ventes. Cet engouement ne toucherait pas à sa fin et offrirait de nouvelles perspectives intéressantes en terme des volumes de ventes et de profits pour les marques horlogères. E. Le cadre législatif Comme tous les a PAGF de profits pour les marques horlogères. Comme tous les articles liés au luxe, le secteur de l’horlogerie n’échappe pas au phénomène de la contrefaçon.

La réglementation française cherche à protéger les fabricants de ce fléau devenu mondial et aux conséquences inestimables en terme de perte de chiffre d’affaires, mais aussi d’image, ainsi que la banalisation du produit. Les entreprises du luxe se mobilisent afin de limiter les effets néfastes de la commercialisation illégale de leurs produits. Rolex fait partie des marques les plus copiées au monde. Les entreprises sont protégées par la loi Longuet du 5 février 1994.

Ainsi en cas de contrefaçon la peine encourue est de 2 ans de prison ferme, et d’une amende d’un montant variant selon l’objet contrefait et l’estimation du dommage occasionné. De plus, la fermeture de l’entreprise fraudant peut être envisagée. La directive Scrivener du 22 décembre 1 994 a élargi le champ d’application de la loi française. « Toute imitation d’un élément du produit (logo et étiquette) est considérée comme de la contrefaçon. Les artlcles contrefaits en transit sont également concernés pas cette directive. » Les enjeux écologiques font aussi partie du cadre législatif.

La directive européenne du 27 janvier 2003 relative aux déchets électriques et électroniques concerne aussi l’horlogerie (notamment concernant les piles des montres à quartz). De plus, le secteur est régit par la directive adoptée le 13 aout 2004 concernant les substances dangereuses imposant aux ent régit par la directive adoptée le 13 aout 2004 concernant les substances dangereuses imposant aux entreprises la collecte des produits usagés, et Papposition d’un label écologique sur l’emballage du prodult. F. un nouveau défi : L’approvisionnement en matières premières

Le montant des couts d’approvisionnement en matières premières pour les acteurs de l’industrie horlogère est soumis ? des fluctuations importantes et difficilement prévisibles. L’instabilité et la volatilité actuelle du marché des métaux précieux affectent directement les producteurs. Le marché horloger est fortement lié aux variations boursières de ces valeurs qui s’imposent dorénavant comme des refuges face ? l’insatiabilité des marchés financiers et ses acteurs inquiets face ? la menace d’un potentiel krach boursier. Les raisons de ce déséquilibre sont diverses :

Le volume de production La régulation du marché des pierres précieuses afin d’assurer une certaine traçabilité (surtout concernant les pays exportateurs et les motivations de ce commerce jugées non éthiques) La spéculation boursière (les métaux tels que l’or ou l’argent sont des valeurs refuges pour les investisseurs) Evolution des taux de changes Ainsi, Rolex, par exemple, est très affectée par cette situation puisque la marque est le premier consommateur d’or (en volume 15 tonnes pas an pour la fabrication des montres) sur le marché de l’horlogerie de luxe.