politique de financement

politique de financement

du capital) A. L’autofinancement Les variables qui dét sont d’ordre industri . Les variables indust l’autofinancement d déterminent l’excéd politique de financement Premium gy Younes-Kabbadj OKTR6pq II, 2014 4 pages La politique de financement Les principaux aspects de la politique de financement sont : Les différents types de financement ; Les coûts de financement La structure financière et la valeur de l’entreprise 1.

Les différents types de financement Le financement des investissements se réalise par des ressources internes (autofinancement) et des ressources xternes (emprunts bancaires et obligataires et par augmentation Ilea ent de l’entreprise les : s variables qui savoir le chiffre d’affaires et les dépenses d’exploitation (EBE = CA _ DE) Les variables financières : sont les charges financières, les dotations d’amortissement et les dividendes distribués La marge brute d’autofinancement est égale à l’EBE auquel on déduit l’amortissement, les charges financières et l’impôt sur les sociétés et on rajoute les amortissements MBA— ( EBE —AM-FF ) -T + AM L’autofinancement s’obtient on déduisant de la MBA la istribution de dividendes AUT- MBA- DIV Exemple Les prévisions de l’Ege entre 2014 et 2019 sont : 8000KDH. 8000KDH. 18000KDH. 32000KDH. 32000 Swlpe to vlew next page 8000KDH. 18000KDH. 32000KDH. 2000KDH L’investissement envisagé est

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de 20000KDH amorti sur 5ans financé entièrement par emprunt au taux de 7% Le captal porte sur 140000 actions, l’AGA a décidé de distribuer 2dhs par action, le dividende augmente chaque année de 2dhs En milliers de dirhams 2014 2015 201 2017 2018 EBE Amortissement EBE AMO FF EBE AMO FF IS EBE AMOR FF IS+AMO DIV 6000 4000 2000 1400 600 180 420 280 8000 2800 780 5820 580 1 6000 PAG » OF d sont : l’Etat, le secteur public et les grandes entreprises privées Les obligations sont remboursables selon les modalités fixées dans les contrats, elles être à taux fixes ou à taux variables Les obligations à taux fixes sont sensibles à la variatlon des taux d’intérêt sur le marché, une hausse des taux provoque une baisse de la valeur de l’obligation. La variation relative de la valeur de l’obligation est mesurée par la sensibilité, la duration et la convexité crédit bail : donne lieu à la location des biens ‘équipement avec option d’achat.

Le CB n’apparait pas dans le bilan de l’entreprise et ne modifie pas la structure de l’endettement. Il permet d’assurer un financement à 100% de l’investissement mais il a un coût souvent élevé, le loyer correspond à l’amortissement du matériel, aux coûts des capitaux immobilisés, des frais de gestion de la société et une prime de risque C. Financement par capitaux propres : Les capitaux propres externes sont un financement de dernier recours, lorsque l’autofinancement est insuffisant et que la capacité d’endettement est saturée. Ils représentent le financement le plus coûteux (frais d’émission) et entrainent une dilution du résultat.

Dans le cas ou les anciens actionnaires ne souhaitent pas souscrire à l’augmentation du capital , la structure du contrôle de la firme peut être remise en cause. Toutefois, le recours à l’augmentation du capital permet de franchir des seuils de crois cause. franchir des seuils de croissance : gros investissement, acquisition de sociétés Il. Le coût de financement Le coût de financement global de l’entreprise (coût moyen ondéré du capital) est la moyenne pondérée des différents coûts et qui correspond à la rémunération attendue par les actionnaires et les créanciers La connaissance du coût du capital est importante pour la sélection des investissements de l’entreprise.

Pour un risque égal au risque moyen de l’entreprise, on retient un investissement présentant une rentabllité au moins égale au coût des ressources Le coût des fonds propres • Une partie des capitaux propres provient des bénéfices mis en réserves. Les réserves n’ont pas de coût explicite mais un coût mplicite qui correspond au coût d’opportunité c’est-à-dire le taux de rendement que peut dégager des investissements autres que ceux engagés par rentreprise Le coût des capitaux propres : correspond au taux de rendement exigé par les actionnaires, celui là est en fonction des revenus futurs incertains (dividendes et plus value) Si l’on se place dans un horizon infini car faction n’a pas d’échéance, on recourt soit à des modèles actuariels (Gordon Shapiro ou bates) pour déterminer le coût du capital soit on utilise le MEDAF GS : K – div/p +g avec g