PLATON APOLOGIE DE SOCRATE

PLATON APOLOGIE DE SOCRATE

PLATON APOLOGIE DE SOCRATE Socrate propose dans ce texte extrait de l’Apologie de Socrate, une toute nouvelle vision de la mort. Celui-ci ne s’adresse qu’? ceux qui ont voté l’acquittement car ils sont dignes de connaitre une vérité, puisqu’ils ont été des juges justes. Il affirme que la mort est un bien et qu’ainsi il ne faut pas la craindre.

Son but est donc de les instruire du savoir qu’il a acquis sur ce domaine auquel aucun autre homme, même aujourd’hui, n’a su définir. Alors le problème auquel cet extrait répond est de savoir s’il faut craindre la mort. L’enjeu soulevé à cette thèse, ici, est que la mort arque, pour tous les êtres vivants, la cessation définitive de la vie. Cependant, seul l’homme est conscient de devoir partir un jour ou Fautre, c’est c vision de Pexistence, ne connaissons rien revenu.

Tout d’abord est un mal, ensuite il org Sni* to View ui affecte notre is en réalité nous nne n’en ai jamais même que la mort la mort ne peut être autre chose qu’un bien. Pour finir, il affirme que la mort n’est pas à craindre. PARTIE 1 Tout d’abord Socrate explique que la mort n’est pas un mal. D’ailleurs il

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
montre sa totale sérénité sur sa future coupure avec le reste du monde : en effet il est parfaitement conscient que son rocès finira par a Swipe to View next page avoir raison de lui.

Sa seule issue possible est la mort, car il est complètement en accord avec lui et avec ses principes, il dit au cours du procès « Si vous m’acquittez à la condition que je cesse ma recherche de la vérité alors je refuse l’acquittement et je préfère mourir Socrate préfère continuer sa recherche de vérité au dépend de sa vie et continuera tant que ça lui est encore possible, sa dernière thèse d’ailleurs, le concerne directement puisqu’elle est en rapport avec la mort, chose qu allait indéniablement lui tomber dessus.

Socrate, en tant qu’il possède une science qui convient aux hommes, se doit de la faire partager à travers sa propre expérience. Ainsi il se présente comme un modèle auprès de ceux qui prétendent savoir ce qu’ils ne connaissent pas. parmi eux, il est le seul à être assez proche de cette réalité pour pouvoir en parler. Il prouve que la mort n’est pas un mal en se référant au signe divin.

En effet, lui qui d’ordinaire le prévenait de quelconque danger, et le remettait dans le droit chemin quand il faisait quelque chose de mal, n’est pas intervenu un seul instant durant le procès. Ce qui présuppose que l’esprit divin est celui qui estime ce qui est bien et mal. Socrate explique alors de quelle manière prendre ce qu’il lui arrive, et pour lui c’est simple, mourir n’est pas un mal, ce sont les hommes qui l’ont défini comme un fardeau car ils en avaient peur.

Alors qu’en réalité les hommes n’ont même pas peur de l’extinction fardeau car ils en avaient peur. Alors qu’en réalité les hommes n’ont même pas peur de rextinction de la vie, ils sont simplement terrifiés par l’inconnu. Il fait ainsi une critique à ceux qui affirment que la mort est un mal, car c’est encore une fois se crolre savant ur un domaine où l’on ne sait rien. En conséquence ils créent des vérités sur la vie, pour pouvoir expliquer ce qu’ils ne comprennent et ne connaissent pas.

De plus, Socrate exprime sa parfaite confiance envers l’esprit divin, pour lui « il n’est pas admissible que mon signe d’ordinaire ne m’eût pas arrêté, si ce que j’allais faire n’eût pas été bon En réalité, le philosophe emploie ici un ton ironique puisqu’il admet encore une fois ne croire en un seul Dieu, en plein polythéisme. Son but premier n’est même pas de se sauver la vie, mais de faire partager un savoir qu’il a acquis, et ‘est précisément ce qui l’a tué.

Ainsi pour Socrate l’absence de réaction du signe divin signifie qu’il ne devait pas aspirer à se défendre mais à exprimer ses doctrines, ce qui a constitué le dernier acte nécessaire de sa destinée. La mort ne serait donc pas un mal. Certes la mort n’est pas un mal en sait, mais elle peut détruire la vie de ceux qui la subisse. En effet, ceux qui restent en vie et voient mourir leur proche, peuvent être anéanti. Quand une personne meurt d’une mort naturel, certains peuvent se demander pourquoi c’est tomber sur lui, et sont même prêt ? considérer la vie comme injuste.