Plan D Taill De Dissertation Beckett LC

Plan D Taill De Dissertation Beckett LC

PLAN DETAILLE l. L’expression d’un tragique moderne qui se veut en rupture avec le tragique traditionnel. Mon propos sera de montrer qu’à ce tragique insolite inscrit dans nos extraits correspond une écriture du tragique (aspect didactique : écarts par rapport aux lois du genre) qui se caractérise surtout par une écriture de la discordance. Mise en évidence d’une écriture de la subversion qui s’écarte volontairement des codes du genre. 1 .

L’anticanti-tragique / l’expression d’un « tragique moderne » : pièce déroutante, sorte de tragédie inversée : lus d’action, plus de comportements hér Les êtres n’évoluent dire s’acheminer au recours qu’ils aient p vie, c’est de parler. u es ors Sni* tc ères » ou de ons. us qu’exister, c’est-à- ‘insignifiance de leur a) NonNon-sens de l’action : L’absence d’action au sens d’intrigue désoriente au sens propre du terme le spectateur. Importance du récit mis en scène dans la pièce qui pourrait offrir un certain ordre : or, cette mise en ordre est totalement discréditée par les personnages eux-mêmes.

Histoire comme rupture et échec de la communication, comme manifestation du ésordre. Texte 1 : Beckett, En attendant Godot, Editions de Minuit, Acte I, depuis « Qu’est-ce que je disais » jusqu’? « les

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
gens sont des cons » (pp. 14-16). b) NonNon-sens de l’écoulement temporel Le tragique de l’homme pris dans un temps qui le dépasse : ce nouveau théâtre « met en question la totalité du destin de l’homme, qui met en question notre condition existentielle » (Ionesco). Texte 5 : Beckett, Oh les beaux jours, Editions de Minuit, Acte Il, depuis « Couvre-toi » jusqu’à la fin (pp. 5-77) 2. Beckett cultive l’insolite, introduisant l’incohérence au sein du du langage tragique. tragique L’absurde au cœur du langage. Le tragique est directement associé au comique qui le révèle de façon tout à fait paradoxale. Jeu sur la fuslon du comique et du tragique. Texte de référence : Ionesco, Notes et contre-notes, 1958. Mélange des registres. registres Expression d’un tragique pur, dépouillé, mélangé. Le tragique et le comique. L’émergence du pathétique. Les catégories deviennent floues : tragique et comique se mêlent.

Mais ce omique est inquiétant : se nourrit de nos angoisses les plus profondes. Il ne s’agit pas d’un rire salubre et bienfaisant, mals d’un rire qui résonne sur des gouffres d’ango isse. Texte 4 : Beckett, Oh les beaux jours, Éditions de Minuit, Acte l, depuis « On a l’air de demander » jusqu’? « surtout quand elles sont faibles ? » (pp. 35-37) 3. Le tragique et la transcendance. Le tragique postule une « transcendance une réalité, une présence, une volonté supérieure, qui paraît d’un autre ordre que l’humain, surplombe pour ainsi dire et dirige le monde