Pierre Mauroy – Commentaire

Pierre Mauroy – Commentaire

Dans quelles mesures Pierre Mauroy utilise t-il des figures emblématiques de IHistoire de la France, dans un but politique, pour légitimer l’élection de François Mitterrand ? En quoi considère t-il la politique de cette gauche récemment unifiée comme un renouveau pour le pays ? l. Des figures annexées A. La gauche, héritière d’une histoire et de ses figures « Une rose a été pour Jean Jaurès » Jean Jaurès est un grand esprit du socialisme du 19ème et du début du 20e, il réussit à unifier les socialistes au sein de la SAO en 1905 et devient le nombreux points co en 1914 pour son pa sn ». ?? 1924. La rose déposée au to nextÇEge re. II a cela de terrand. Assassiné e au panthéon en nd, son action et son parcours politique dans la « longue marche » des prolétaires, des exploités, du peuple vers la justice. Le message de Jean Jaurès résonne toujours en 1981 et Mitterrand se présente comme l’héritier de ce grand homme. « À nous de dominer la machine. À nous de les mettre enfin au service de l’Homme. À nous « d’aller à l’idéal et de comprendre le réel « une rose a été pour

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Jean Moulin » Jean Moulin, socialiste nommé préfet en 1937 par le Front Populaire.

Arrêté et torturé en juin 1940 par les Allemands, l tente de se suicider. De Gaulle l’envoie pour unifier les mouvements de résistance, il est de nouveau arrêté en jui juin 1943 et il est de nouveau torturé mais ne parle pas. Il est alors déporté et meurt dans le train. Il entre au Panthéon en 1964. Cette référence à Jean Moulin est floue, elle peut avoir plusieurs sens, plusieurs lectures : est-ce car il était un résistant, parce qu’il était « de gauche » ou pour rappeler le passé de résistant de François Mitterrand ?

La référence à Jean Jaurès et Léon Blum est claire car ce sont des hommes politiques socialistes, mais la référence à Jean Moulin est lus ambiguë « Aujourd’hui, c’est autour de nous que se rassemblent le peuple de gauche, la France du travail, comme hier Jean Moulin, avais su rassembler le peuple de l’ombre, la France combattante Ici Pierre Mauroy expose 2 choses complétement différentes, qui ne sont pas vraiment comparables notamment à cause des contextes qui sont différents. ? Une rose a été pour Victor Schoelcher » Victor Schoelcher est un journaliste libéral qui a pris part à la lutte anti-esclavagiste. En 1848, sous-secrétaire de la Marine dans le gouvernement provisoire il fait adopter le décret abolissant ‘esclavage dans les colonies françaises. Député à la fois à la Guadeloupe et à la Martinique, il est expulsé lors du coup d’Etat en 1851, et revient en France après la chute de l’Empire. En 1875, il devient sénateur à vie.

En déposant la rose devant la tombe de Victor Schoelcher, Mitterrand occulte le passé esclavagiste de la France. « La France sera ramie des peuples en lutte pour leur liberté Par là, un messag France. Par là, un message est envoyé aux français d’outre-mer qui ont voté pour la grande majorité, pour Valérie Giscard d’Estaing. C’est aussi un message pour les Hommes du tiers-monde qui ouhaitent plus d’équité dans les rapports économiques entre le Nord et le Sud. Une lutte qui démarre dans les années 1970, à la suite, notamment, de la conférence d’Alger en 1973. ? Elle combattra pour un nouvel ordre mondial, pour que le tiers- monde, mieux compris des Français, cesse d’être regardé comme un réservoir ou un adversaire, et devienne peu à peu, même s’il nous en coûte de rudes conversions industrielles ou agricoles, un partenaire » B. Les figures utilisées dans une démonstration, dans un but politique « Ces 3 roses, ces 3 figures expriment en fait une exigence nique : PHomme doit devenir la mesure de toute chose, et c’est à l’échelle humaine qu’on juge une politique » ligne 53.

La rose, le symbole du parti socialiste qui se veut évocateur de la tradition des luttes ouvrières mais également le symbole d’une ouverture nouvelle et pacifique vers ceux qui ne partagent pas ses idées. Chacun de ces hommes fait ressortir un message, un message politique. Il intègre les engagements du Président et du gouvernement dans la tradition de gauche. En déposant ces roses, Mitterrand je cite « à jalonner le chemin que nous (le gouvernement) allons suivre ensemble

Un chemin qui va passer p rations sociales, l’abolit PAGF3œFE gouvernement) allons suivre ensemble » Un chemin qui va passer par des améliorations sociales, l’abolition de la peine de la peine de mort et la régularisation des immigrés sont deux mesures qui s’inscrivent d’une certaine manière dans l’héritage de Victor Schoelcher, avec l’envie d’intégration, de justice. La réduction du temps du travail et la cinquième semaine de congés payés rappellent les mesures prises par Léon Blum en 1936, qui est cité dans le discours de Pierre Mauroy.

Des propositions présentent dans les 110 propositions de la ampagne de Mitterrand et qui sont aujourd’hui devenues des symboles de la politique de Mitterrand. L’utilisation des symboles permet aux électeurs, aux élus, didentifier la ligne que va suivre le gouvernement. une ligne sociale, proche des français, proche des travailleurs Il. La gauche, une union retrouvée C. Mitterrand, I’Homme de la gauche François Mitterrand est un ministre quasi-permanent de la 4e République de 1947 à 1957.

Mais il n’appartient ni à la SFIO, ni au radicalisme. François Mitterrand se porte comme un antigaulliste, avant de se convertir au socialisme. L’ombre du Président est mniprésente dans le discours de Pierre Mauroy. « François Mitterrand, l’homme du rassemblement des socialistes, l’homme de l’union de la gauche Il est le président « garant de l’unité Mitterrand uni, il uni autour de sa personne les forces de gauche : les communistes, les radicaux.

Il rassemble au second tour près d’un million de voix des 3 candidats PAGF communistes, les radicaux. Il rassemble au second tour près d’un million de voix des 3 candidats « gaullistes » du premier tour. La victoire de Mitterrand en 81 est l’ultime épreuve pour un socialisme à la française qui se veut différent de la social- démocratie européenne. Dans son discours, Pierre Mauroy le présente comme le libérateur, il met François Mitterrand sur un piédestal. Mais François Mitterrand est aussi un homme contesté au sein de son parti.

On peut notamment citer Michel Rocard qui s’oppose à lui et à sa vision de la gauche, à sa politique qu’il juge trop archaïque, et qui ne sait pas intégrer les nouvelles données du monde et de répondre au problème, d’insertion d’une France socialiste dans la concurrence mondiale. Michel Rocard présenta sa candidature ? l’élection présidentielle, avant de la retirer car il s’était engagé ? ne pas être candidat face à François Mitterrand. Ce geste montre que malgré les critiques, François Mitterrand est PHomme de la gauche.

L’Homme qui peut, et qui a fait gagné le Parti Socialiste. II est l’homme de la situation. D. La gauche pour la France Le 23 juin 81, le deuxième gouvernement de Pierre Mauroy est formé. Il affiche une gauche unie autour du Président et du Premier Ministre. Le gouvernement compte 43 ministres et secrétaire d’État, c’est le plus grand gouvernement que la France est connu. Il y a 36 ministres socialistes, 2 radicaux de gauche et 4 ministres communistes. « Mon gouvernement rassemble toutes les composantes de