philosophie : qu’est ce que la valeur d’une oeuvre d’art

philosophie : qu’est ce que la valeur d’une oeuvre d’art

Philosophie Qu’est-ce qui fait la valeur d’une œuvre d’art ? Les musées exposent des œuvres d’art. Les visiteurs de ces lieux viennent voir ces œuvres. Mais ont-ils tous la même approche de l’art ? Cherchent-ils à être émerveillés ou à voir des objets de valeur ? C’est ce que nous allons développer en organisant notre raisonnement en trois parties. Premièrement nous définirons les termes principaux du sujet valeur et œuvre d’art. Ensuite nous analyserons les points de vue dissem bl valeur d’une œuvre p t être fonction de celui qu La valeur est une do opposent selon des rons comment la ns différentes, en t.

Pour une œuvre d’art, c’est un jugement qui s’évalue par un montant financier. l_Jne valeur peut aussi être morale ou économique. Ainsi, Dans le livre Art de Yasmina Reza, deux amis se disputent car ils n’ont pas le même jugement sur un tableau. La valeur monétaire donnée par l’un, ne correspond en rien à celle estimée par l’autre. Cette discussion nous montre à quel point la valeur d’une œuvre peut varier selon le jugement de l’éventuel client. La valeur peut aussi dépendre de la rareté d’un bien.

Comme le dit Platon « ce qui est rare a du

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
prix La rareté d’une œuvre, son originalité nfluenceront sa valeur. Si tout un chacun était capable de réaliser de très beaux tableaux par exemple, aucun n’aurait de valeur. Etymologiquement, art et technique ont la même origine grecque. Le mot technè, désigne désigne le savoir-faire d’un artisan, son habileté. L’art peut être considéré comme tout ce que Vhomme ajoute à la nature que ce soit des inventions, ou des transformations. En effet, au sens large, l’art désgne toutes les compétences techniques.

Notre sujet traite de l’art au sens restreint du terme. C’est-à-dire la création d’œuvres esthétiques. L’œuvre d’art est le résultat ‘un mouvement artistique. L’art est le propre de l’homme. Effectivement, les abeilles qui construisent une ruche, le font par instinct. Par contre l’architecte a tout d’abord une représentation anticipée de l’œuvre qu’il construit, dans son esprit selon Marx. Kant va dans le même sens quand il dit que seul Vhomme crée par liberté. Lors d’une création artistique, deux procédés font avancer les artistes.

Soit ils vont travailler sur une représentation réelle de ce qu’ils voient. Soit ils tentent de transformer la réalité en un idéal imaginaire. Si l’artiste fait une copie de ce qu’il voit. Il confirme alors ce ue pense Aristote quand il dit qu’une œuvre d’art a de la valeur si elle représente la nature : « nous prenons plaisir à contempler les images les plus exactes des choses dont la vue nous est pénible dans la réalité, comme les formes d’animaux les plus méprisées et les cadavres L’imitation d’une réalité, même repoussante ou effrayante apporte un plaisir à rhumain.

Cest la fonction de l’art figuratif qui s’efforce de donner l’illusion du réel. Par co PAG » OF d la fonction de l’art figuratif qui s’efforce de donner l’illusion du réel. Par contre, dans l’antiquité Platon condamne l’illusion. Si l’art produit de belles apparences trompeuses, il est moralement condamnable et les artistes doivent être chassés de la cité. «Les poètes ne créent que des fantômes et non des choses réelles b. pour d’autres, l’art représente un idéal, comme Hegel qui donne de la valeur à une œuvre seulement si elle est idéaliste.

En effet, pour lui l’art n’est autre que l’idéalisation de la nature. L’art saisit alors l’apparence et la transforme en œuvre immortelle. L’art n’est pas dans ce qui est représenté, mais dans la façon de représenter. C’est aussi le point de vue de Kant, qui nous dit ? l’œuvre d’art n’est pas la représentation d’une belle chose, mais la belle représentation d’une chose On se rend bien compte de l’importance du regard qui se pose sur une œuvre. Certains recherchent une valeur affective, d’autres une valeur monétaire. Cest ce qui nous allons tenter d’analyser.

La valeur d’une réalisation artistique dépend du jugement qui peut être subjectif ou objectif. Le premier cas, est le regard de Kant qui remarque que lorsque nous jugeons un objet beau, nous ne nous intéressons qu’à sa forme pure. Indépendamment de son utilité, voire même de l’inexistence de cet objet. Le jugement sthétique est alors formel, non matériel. Il exprime une harmonie entre notre esprit et la forme de l’objet qui nous plaît C’est pourquoi nous trouvons belles certaines formes abstraites qui ne représentent rien, comme une arabesque par exemple.

Le plaisir qu’incite la vue d’un bel objet est alo représentent rien, comme une arabesque par exemple. Le plaisir qu’incite la vue d’un bel objet est alors simple affaire de goût, comme voulait nous Pindiquer Yasmina Reza, dans Art. Le goût des uns et des autres varient, leur jugement sur une même œuvre aussi. Donc la valeur qui est attribuée fluctue selon le regard porté. C’est un jugement tout à fait subjectif. A l’inverse, la valeur d’une œuvre peut être universelle. C’est-à-dire qu’elle correspond à des critères fixés par des professionnels de l’art, qui lui donnent une valeur à un moment précis.

Ensuite, selon les époques et les modes les critères peuvent évoluer avec la société. Ainsi un tableau aura une valeur marchande ? une certaine époque et pourra perdre ou gagner de sa valeur quelques décennles plus tard. La valeur objective dune œuvre d’art est donc établie par le marché, les acquéreurs d’œuvres dart. Selon Marx toute marchandise possède une valeur d’échange. Une œuvre d’art a donc une valeur quand elle devient une marchandise, quand l’œil du « client » la regarde.

Après avoir défini les termes du sujet, nous avons étudié deux idéologies qui s’opposent et qui présentent pour l’art des valeurs différentes. Enfin nous avons analysé deux points de vue sur une même œuvre, selon l’œil de celui qui observe et juge. Nous pouvons conclure qu’une œuvre d’art est perçue selon la sensibilité propre aux « amateurs d’art » qui vienne s’émerveiller. Mais ne sont-ils pas influencés par la vision des « marchands d’art », qui donnent une valeur à une œuvre d’art ?