philo science et religion

philo science et religion

Philosophie, science et religion Philosophie : définition étymologique Le mot philosophie vient de deux mots grecs : philo = aimer Sophia = sagesse/connaissance Ainsi, philosophie signifie le fait d’aimer la sagesse/connaissanc « l’ami de la sagesse recherche de la vérit Définition réelle or 1′ Snipe to View • La philosophie est un discours rationnel, critique et normatif, qui porte sur tous les aspects de l’expérience humaine. ?? Dans les diapositives suivantes, nous préciserons en définissant les termes compris dans cette définition. Discours • Ce qui exprime la pensée Rationalité • Du latin ratio, qui signifie lien, elation. • être rationnel, c’est faire usage de sa raison c’est-à-dire faire appel à des opposition à descriptif • descriptif : qui rapporte ou explique des phénomènes, porte sur l’état du monde. ?? normatif : qui prescrit une façon d’agr ou de penser ; un énoncé ou un texte normatif a pour but d’orienter l’action humaine En bref • Descriptif : C’est ou ce n’est pas • Normatif : Il faut ou il ne faut pas (on doit ou on ne doit pas, on devrait ou on ne devrait pas, il vaut mieux, il vaut mieux pas) • pouvez-vous donner un exemple d’énoncé descriptif et

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
un d’énoncé normatif ? La philosophie est normative ?? Le projet de la philosophie est de donner un sens ? la vie, de comprendre l’être humain et le monde qui l’entoure, et d’orienter l’action humaine, individuelle et collective.

La philosophie est le fait d’aimer la connaissance, ceci dit, elle accorde une place privilégiée à une connaissance en particulier : celle du bien. IJn but important de la philosophie est de prescrire des règles de conduite qui soient universellement valables. Reformulation détaillée de la définition • La philosophie est l’expression d’une pensée qui porte sur tout ce qui touche l’être humain. Ce discours implique l’usage de la raison, ‘établissement de relations entre plusieurs réalités dans le respect des règles de la logique.

Il implique aussi de douter, de remettre en uestion des croyances que l’on a ou q important : le respect des règles de la logique. • Ajoutons un second critère : la précision des concepts utilisés, ainsi que la clarté et la précision des phrases. • Pour bien cerner la nature, la méthode et le projet de la philosophie, nous la comparerons à deux autres discours : le discours scientifique et le discours religieux. • Ces trois discours ont un objectif commun : la recherche de la vérité.

Qu’est-ce qui les distingue par ailleurs ? Ont-ils des points communs ? Sont-ils compatibles les uns avec les autres ? Sont-ils opposés les uns aux autres ou plutôt complémentaires ? Comment distinguer chacun de ces discours des deux autres ? Nous distinguerons ces trois discours en tenant compte surtout de deux caractéristiques : -1. Le discours est-il dominé par le rationnel ou par l’affectif ? Q. Le discours est-il descriptif ou normatif ? Nous comparerons leurs projets respectifs et leurs méthodes respectives.

Science • Du latin scire, qui signifie « savoir ». • Tout comme la philosophie, la science est une activité qui a pour but de savoir, de connaître, e comprendre le monde, et aussi de comprendre l’être humain (l’objet précis varie selon les disciplines scientifi ues PAGF procédure logique, en l’occurrence la méthode scientifique. • Il est descriptif car en science, on veut observer et décrire les phénomènes et les expliquer, c’est-à-dire découvrir les relations de cause ? effet qui existent entre eux.

Expliquer les phénomènes permet de les prévoir, et dans certains cas même de les contrôler. La méthode scientifique • La science se base sur l’observation, sur l’expérience (logique, puisque l’objet de la science = les phénomènes). ?? On n’a pas tort de distinguer les sciences pures des sciences humaines, mais toutes les sciences se basent sur l’observation. Sciences pures • Sciences qui étudient le monde matériel, abstraction faite de la conscience humaine : chimie, physique, biologie et domaines connexes (biochimie, pharmacologie, médecine, etc. ( • Source : Dany Plouffe, physicien Deux caractéristiques distinguent la recherche scientifique : • 1. Le recours à des observation et des mesures vérifiables ; • 2. la formulation d’hypothèses et de théories que d’autres peuvent mettre à l’épreuve au moyen d’observations et d’expériences épétées. • Source : Campbell et Reece, p. 21 Les deux approches de la 2 qui se réchauffait jusqu’à bouillir. • Observations concordantes : À chaque fois, l’eau boue quand elle atteint la température de 100 degrés celsius. ?? Conclusion générale : L’eau boue à 100 degrés celsius. Déduction • Observation de phénomènes • Hypothèse pour expliquer les phénomènes observés • Prédiction à partir de l’hypothèse • Expérimentation pour tester l’hypothèse • ‘hypothèse est confirmée si les prédictions sont avérées, infirmée dans le cas contraire. Toute hypothèse n’est pas scientifique ?? « Les hypothèses scientifiques doivent être vérifiables Opar expérienceD. Avancer une explication concernant un phénomène naturel sans la vérifier n’a aucune valeur scientifique. (Campbell et Reece, p. 20) • La même chose est vraie en sciences humaines : si, par exemple, un sociologue avance une explication d’un phénomène social, il faut que cette explication puisse être vérifiée par expérience (bien qu’un sociologue ne puisse pas, contrairement à un physicien ou un biologiste, faire des expériences contrôlées dans un laboratoire). La théorie scientifique • « Il faut garder en tête que le terme théorie n’a pas ans le domaine scientifique la même signification que dans le langage courant. ?? Dans son emploi familier, le mot a sensiblement le même sens qu’hypothèse ou même supposition. • En sciences, une théorie constitue un énoncé plus global qu’une hypothèse. Ile que la PAGF s 2 En science, ce sont deux concepts très différents. Une théorie est une explication générale pour un grand nombre de phénomènes observables, qul s’appuie sur des preuves abondantes. L’hypothèse a une portée beaucoup plus restreinte que la théorie. Autrement dit • Autrement dit, une théorie scientifique n’est pas une simple supposition. ??? Pour mériter ce statut, la théorie scientifique doit « résister à des vérifications systématiques et répétées sous forme d’expériences et d’observation.  » (Campbell et Reece, p. 480) Théorie et loi • une théorie est « une tentative d’explication et de synthèse des faits grâce à des concepts généraux » (Campbell et Reece, p. 479) • Une loi est plus spécifique qu’une théorie . elle permet d’expliquer un phénomène spécifique (Dany Plouffe, physicien) Une différence notable avec la philosophie • En philosophie, le mot « théorie » n’a pas le sens strict et spécifique qu’il prend dans les sciences pures.

On eut parler de la théorie de Kant sur l’éthique ou de la théorie de Rousseau sur la spécificité de l’humain par rapport au règne animal. Il ne s’agit pas toutefois de théories scientifiques • Cela ne veut pas dire que ces théories ne s’appuient elle théorie sur rien, encore moins qu l’activité scientifique est de prouver des théorèmes ou des hypothèses afin de parvenir à des certitudes ou du moins à des probabilités quasi certaines » (Ferry, p. La science n’est pas un ensemble de propositions vraies. ?? Laissons de côté les savants et les philosophes, les gens en général ont tendance à croire que la science st un contenu, un ensemble de vérités prouvées, alors que la science est une méthode et non un contenu. Son contenu n’est jamais définitivement fixé, la recherche se poursuit continuellement, on fait de nouvelles découvertes, on corrige des erreurs passées. La remise en question est importante en science, l’attitude dogmatique est contraire ? l’attitude que devrait avoir un scientifique.

Vérifier = incertitude éternelle • On vérifie par expérience, or notre expérience est toujours limitée (en plus que nos sens soient imparfaits). • L’induction n’amène jamais de certitude, seulement es probabilités très fortes (peu importe combien de fois on aura observé de l’eau portée à ébullition, on n’aura jamais observé tous les cas passés et à venir). • Même quand on fonctionne par déduction, les faits généraux (hypothèses) à partir desquels on déduit s’appuient sur l’expérience. Vérité v. s. ausseté • On n’aura jamais prouvé avec certitude qu’il est vrai que l’eau boue toujours à 100 degrés celsius. Par contre, si on observait UN SEUL cas d’eau qui boue à 90 deeré ourrait qu’une proposition soit considérée comme scientifique, il doit être possible (hypothétiquement) u’une expérience, si elle s’avérait, réfute ladite proposltion. « L’eau boue toujours lorsqu’elle atteint la température de 100 degrés celsius.  » est une proposition scientifique Si on observait un cas où l’eau boue à une autre température, la proposition serait réfutée. ?? Aussi longtemps qu’une telle expérience ne s’avère pas, on peut considérer la proposition comme « pas fausse ». • une proposition ou une théorie qui n’a jamais été réfutée, malgré un nombre incalculable de tentatives pour la réfuter, est considérée comme « vraie » ou du moins pas fausse. • (Nous revenons sur le concept de Mvérité » ans les prochaines diapositives. ) Sciences pures et sciences humaines • Le critère de falsifiabilité est particulièrement respecté dans les sciences pures. • Ne perdez pas de vue toutefois que toutes les sciences, les sciences pures comme les sciences humaines, se basent sur l’observation.

Théories non scientifiques • Une théorie non falsifiable n’est pas ? proprement parler une théorie scientifique. • La psychanalyse de Freud et le marxisme sont des exemples. • On remarquera d’ailleurs que ces théories ne permettent pas de faire des prédictions justes, alors que la science est une démarche igoureuse censée nous permettre de révoir les phénomènes. Attention au scientisme de bas niveau • Ce n’est pas parce qu’une proposition n’est pas scientifique qu’elle ne peut pas être vraie. ?? La science est une approche rigoureuse, que fon privilégie avec raison, mais ça ne veut pas dire que les autres manières d’approcher le réel (philosophie, art, etc. ) n’ont aucune valeur, surtout sur des sujets sur lesquels la science au sens le plus strict du terme ne peut pas nous apporter de réponses. • Les propositions de la diapo précédente ne sont pas scientifiques, mais ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas en iscuter, les aborder de façon rationnelle en utilisant des arguments logiques. Ce sont justement des questions qui sont du ressort de la philosophie. ne autre différence entre science et philosophie. • Vous aurez compris que le critère de falsifiabilité ne s’applique pas en philosophie. • Il ne faut pas en conclure que la philosophie est moins rigoureuse que la science. Le critère de falsifiabilité ne s’applique pas en philosophie parce qu’elle aborde des questions auxquelles on ne peut tout simplement pas appliquer ce critère. Contrairement à la science, son objet d’étude ne e limite pas aux phénomènes observables. Attention • « L’objet d’étude de la philosophie ne se limite pas aux phénomènes observables. ne veut pas dire « La philosophie fait abstraction des phénomènes observables.  » Les faits démontrés scientifiquement restent des faits même quand on aborde le monde d’un point de vue philosophique. On pourrait d’ailleurs y voir un autre critère qui doit être respecté en philosophie. • Cela révèle aussi que la science et la hilosophie, bien que distinctes, ne sont pa es, ni séparées de PAGF 12 indépendantes, ni séparées de manière étanche : elles doivent fonctionner onjointement. La dépendance mutuelle • La science dépend notamment de la philosophie des sciences quant à sa méthode et à sa crédibilité.

De plus, il faut qu’un sujet soit d’un certain intérêt pour l’être humain pour que les scientifiques aient Vidée de l’étudier (l’expérience humaine, objet de la philosophie, n’est donc pas une considération inexistante en science). • La philosophie ne peut pas ignorer les faits scientifiques : elle deviendrait complètement abstraite et inutile si elle le faisait. Qu’est-ce que la « vérité » ? • La certitude absolue n’est pas de ce monde: ême la science n’apporte par de certitudes, puisqu’elle est basée sur l’observation, et que nos sens sont imparfaits. ?? « S’il existe une vérité en science, elle repose sur la prépondérance des preuves.  » (Campbell et Reece, p. 21) Que veut-on dire par « vrai » en science ? • Autrement dit, qu’est-ce qu’on appelle un « fait scientifique » ? • « Une assertion pour laquelle il y a tellement de preuves qu’il serait pervers de la nier.  » (Jerry Cayne, lors de sa conférence Why evolution is true) Le consensus parmi les scientifiques • Coyne ajoute ce critère im oftant our la « vérité » en science.