OUFKIR

OUFKIR

Workshop Optimisation des Systèmes et Amélioration Continue, Marrakech, 18-20 novembre 2013 Optimisation de la chaine logistique inverse pour la réparation de produits techniques Far id OUFQIRI , Abdellah ABOUABDELLAH2 Ynna steel 89, bd Moulay Ismail (Roches Noires) • 20300 Casablanca 2 Laboratoire génie de Kénitra, Maroc farid. [email protected] co YS or 18 Sni* to View , Université IbnTofail, gmail. om Résumé — Créer plus de la valeur au client est indispensable pour le fidéliser et satisfaire ses besoins; non seulement au cours de la livraison d’un produit, mais aussi lors du processus de réparation u cours de la chaine logistique inverse. Ce travail vise ? comprendre l’importance de l’organisation de la collecte et de la réparation des produits techniques, tout en minimisant le temps de cycle de leurs parcours dans une chaîne logistique inverse.

L’étude et la résolution d’un tel problème d’optimisation aussi complexe que celui auquel nous faisons face ne peuvent se concevoir sans une étape préalable qui permet de faire ressortir les caractéristiques essentielles du problème. Enfin il s’agit d’analyser et proposer des solutions product delivery, but also in a process of repair in a reverse logistics chain. This work aims to understand the importance of organizing the collection and

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
repair of technical products, while minimizing the cycle time of their journey in a reverse logistics chain.

The study and resolution of Such a complex optimization problem that we face cannot be achieved without a prior step which allows to bring out the essential characteristics of the problem. Finally it is to analyze and propose solutions interfacing between collection and other repair processes of products. Such is the purpose of highlighting the utility’ of this approach as a single component of the overall reverse logistics system Keywords:Reverse logistics, recovery, repair, platform.

Introduction On assiste depuls quelques décennies à un glissement d’une économie de production dans laquelle les clients achètent ce que les entreprises produisent de manière standard, à une économie de marché où les entreprises doivent répondre à des demandes clients personnalisées et difficilement prévisibles. Cette évolution a contraint les entreprises a considérer « la satisfaction du besoin client » comme base de toute réflexion et à organiser leurs processus logistiques internes et externes (Supply Chain Management) sur cette base.

La manière dont un client perçoit une entreprise est bien souvent globale: un problème de facturation, des attentes téléphoniques longues et coûteuses provoquent autant de mécontentement qu’un retard de livraison ou un problème de qualité notamment po sous parantie PAGF 18 retournés pour une réparation et une remise en état du bien. Compte tenu de l’importance grandissante de l’aspect service et relations client/entreprise, vue du coté client, constitue un autre facteur clé de compétitivité. Ces relations peuvent porter tout aussi bien sur les retours produits.

Le but de ce travail est de proposer une démarche e récupération et de réparation de ces produits tout en optimisant cette chaîne logistique inverse. La méthodologie utilisée mène à une démarche de 4 étapes qui a pour but l’optimisation et la minimisation du temps de cycle de réparation des produits techniques et leurs parcours dans la chaîne logistique inverse. Cet article s’articule comme suit. Nous présentons en premier lieu le domaine de l’étude et nous donnons une description générale de la chaîne logistique inverse.

La section suivante est dédiée aux stratégies de récupération. Dans la quatrième partie de ce travail, une démarche de raitement et de gestion des flux de retours des produits ? réparer est détaillée. La dernière partie conclut l’article et apporte des directions pour des recherches futures. 2. Logistique inverse La logistique inverse (figure 1) peut se définir comme « le mouvement des produits du consommateur vers le producteur à travers une chaîne de distribution » [6].

Une définition plus précise, qui correspond plus à une vision logistique : « la logistique inverse répond à la nécessité de retirer des services, des produits après usage et de les traiter en les détruisant, en les transformant ou en les ecyclant, dans le but de réduire les coûts en valorisant les produits récupérés et, de plus en lus, dans le but de en valorisant les produits récupérés et, de plus en plus, dans le but de répondre aux exigences du respect de l’environnement » Cinq problématiques y sont distinguées : la collecte et les transports, Videntification des produits et le tri, les opérations de traitement, le basculement du flux poussé au flux tiré, et enfin la détermination d’une dotation globale. Certaines sont d’ordre tactique, d’autres du niveau opérationnel. (particulièrement de transport et de gestion des stocks).

Une méthodologie de conception du réseau logistique inverse pourrait être de déterminer dans un premier temps diverses stratégies de récupération pour un certain type de produits, puis utilise ces stratégies comme données pour concevoir le réseau logistique de manière à pouvoir implémenter et appliquer les stratégies trouvées [5]. Il nous semble que le rôle de la collecte dans la logistique inverse est primordial, et peut considérablement conditionner le fonctionnement du réseau. En se positionnant à un niveau tactique, nous pensons que l’étude des politiques de collecte envisageables, selon la nature et a quantité des produits en retour ainsi que du milieu géographique dans lequel la collecte s’insère, doit faire partie des préoccupations des concepteurs d’une logistique inverse efficace. 2. Figure 1: chaîne logistique inverse 2. 1 8 stratégies de récupération, et la conception du réseau logistique inverse global. Une stratégie de récupération d’un produit tend à trouver par anticipation la mellleure manière de récupérer ce produit, qui se trouve dans un état de fonctionnement indéterminé, avant qu’il n’apparaisse d’une manière effective dans les flux de retour. L’établissement de diverses stratégies, sous la condition que les technologies associées soient disponibles, permet donc de disposer d’une batterie de solutions de récupération pour ce produit. Choisir la meilleure revalorisation du produit, que ce soit par destruction, reproduction etc… implique la connaissance et la maîtrise de nombreux procédés de récupération, qui peuvent différer selon la gamme des produits. Des outils dévaluation et de simulation de telles stratégies existent, et se doivent d’être économes en temps de calcul, afin de pouvoir proposer rapidement des solutions [5]. Le deuxième aspect tactique concerne la conception du réseau logistique inverse. La conception logistique comprend roptimisation des localisations et des capacités des diverses installations du réseau, ainsi que les flux de produits transitant entre ces installations Bien entendu, la conception d’un tel réseau ne peut être réalisée sans avoir préalablement analysé précisément la situation du recyclage et de la récupération au sein du réseau.

Abondamment traité dans la littérature de l’Optimisation Combinatoire, ce problème de conception se modélise comme un problème de localisation et d’affectation : un ompromis doit être trouvé entre les investissements sur les installations et les coûts des opérations Niveau opérationnel Au nive PAGF s 8 investissements sur Au niveau opérationnel de la logistique inverse se retrouvent plusieurs aspects logistiques classiques, comme le transport, la gestion des stocks, la planification des opérations de production / re-production, et un aspect plus spécifique au recyclage, qui concerne l’identification et le tri des produits La fonction transport représente une partie extrêmement concrète du système logistique inverse, puisque c’est elle ui matérialise les échanges de flux entre les différentes entités du réseau. Les opérations de transport existent notamment dans le secteur de la collecte, de l’acheminement vers les installations de traitement des produits et de recyclage des déchets, ou lors de la redistribution vers les marchés secondaires [1]. il devient essentiel de rationaliser l’ensemble des phases de la chaine inverse. En ce qui concerne plus particulièrement la collecte, et de la récupération des prodults à réparer sur un territoire. ne fois qu’un produit à réparer est collecté se pose la roblématique de déterminer son mode de récupération le plus approprié, afin de garantir la viabilité économique du système. Il est pour cela nécessaire de connaitre l’état interne du produit, en réduisant au maximum les actions de démontage visant à étudier ses composants de base. En d’autres termes, il doit être possible d’établir son diagnostic et son tri afin de fournir l’information qui permettra d’orienter le produit vers les traitements de réparation adéquats [31. Lorsqu’il arrive le moment de mettre en pratique les démarches de récupération de ces roduits, nous entrons dans u