Oreste

Oreste

Compte rendu Théâtre: Oreste Le titre de la représentation est «Oreste», une tragédie Grecque écrite par Euripide en 408 avant J-C, mise en scène par Cyril Cotinaut. Cette représentation a eu lieu en salle Michel Simon, au théâtre national de Nice, le Vendredi 7 Février à 14h30.

Fiche technique -Auteur: Euripide -Mise en scène: Cyril Cotinaut -Comédiens: Yann Lheureux Dans le rôle d’Oreste Myrtille Bordier Dans le rôle d’Electre Julie Palmier Dans le Catherine Hargreave Marie-Laura Commu Julien Aubrun Dans I Pierre-Benoist Varocl an or 7 Séréna Alasia dans le r le d’Hermione Scénographie: Jean Tartaroli & Rachel Verdonck -Lumière: Emmanuel Pestre -Son: Baptiste Tanné -Production: TAC -Collaboration artistique: Sebastien Davis, Myrtille Bordier -Aide à la création: Conseil Régional de Lorraine L’intrigue Cette pièce met en scène huit personnages que sont Oreste, Électre, Héléne, Tyndare, Pylade, Le choeur, Ménélas et Hermione. À la suite de l’assassinat de son père et sous l’impulsion divine d’Apollon, Oreste, accompagné de sa soeur Electre, décide de commettre un matricide.

Oreste, ayant subi des pressions diverses pour commettre ce meurtre, et notamment oeur et d’Apollon ainsi que Ménélas et Héléne, qui tous trouvent un certain intérêt au décès de Clytemnestre, représente à petite échelle la question de la

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
responsabilité qui, comme un lourd fardeau, passera par les épaules de tous ces personnages. Oreste, très versatile et influençable, connaîtra au cours de la pièce des émotions et opinions contrastées écoutant d’une part sa «raison» qui le pousse à endosser toutes les responsabilités,ou sa soeur et Pylade, qui le poussent à se venger du complot dont il est soi-disant la victime. Revêtant alternativement le costume e victime et de coupable, Oreste représente le combat contre l’influence négative d’une société parfois perfide et avide de pouvoir, tentant de rétablir la vérité au sein de ce qui constitue son procès, et non pas de celui ou celle qul serait le véritable coupable de ce crime.

Les éléments du spectacle A)Le décor: Le décor de la scène est très sobre, neutre et sans limites fixes ne faisant délibérément pas référence à la date d’écriture de l’oeuvre. Pour exprimer une certaine idée de grandeur la scène s’étend jusqu’au escaliers du public car les personnages se trouvent dans un palais. Le sol est fait de larges tapis noirs disposés de façon désordonnée et les deux extrémités de la scène (côté cour et jardin) se prolonge permettant aux comédiens non présents de « s’effacer» avant leur entrée. Le décor représente le premier indic PAG » rif 7 permettant aux comédiens non présents de «s’effacer» avant leur entrée.

Le décor représente le premier indice (avant les costumes et accessoires) de l’aspect intemporel qu’a voulu exprimer le metteur en scène, désirant universaliser et généraliser l’oeuvre aux siècles actuels alors que la pièce est écrite sous l’hégémonie Athènes. L’aspect sombre releve selon moi du chaos qu’est sensé inspiré la tragédie et notamment le comportement humain face à de telles situation B)Les costumes J’ai choisi de représenter le costume d’Oreste (sur la photo) comme j’aurais pu choisir celui dElectre (ci-dessus) car tous deux ont la même fonction pour la mise en scène bien qu’ils présentent quelques différences. En effet les costumes utilisés pour cette représentation sont très modernes, Oreste porte un jean et des chaussures noirs très classiques.

Au fil de la pièce il change de vêtements car il portait au début un T-shirt blanc aché du sang de sa mère fraîchement assassinée par lui-même. Puis il portera ensuite une veste de costume sur une chemise blanche avec une cravate violette. Ces costumes, comme pour le décor, apportent une généralité qul s’applique aux spectateurs, faisant des périples d’Oreste et notamment du jugement de la société, une histoire qui serait susceptible d’arrivé à chacun des spectateurs qui s’identifie plus facilement à un homme en costume plutôt qu’aux soutanes que port PAGF3C,F7 s’identifie plus facilement à un homme en costume plutôt qu’aux soutanes que portaient les Grecs à l’époque de l’écriture.

Les différences entre les vêtements de chacun des acteurs semblent relever du rang social auquel ils appartiennent et de leur importances dans la pièce. En effet Ménélas et Oreste qui occupent tout deux des places importantes portent chemises et costumes. Héléne porte une belle robe représentative de la richesse de son mari, puis Électre elle porte des habits très banals aussi synonyme de son rôle. Les lumières Les lumières sont très présentes dans cette pièce provenants exclusivement du toit de la salle où sont disposés les projecteurs (hormis la bougie et le briquet tenu par Oreste qui font entre utres offices de lumière).

Les lumières dépendent de la présence de certains personnages, ainsi au début de la pièce, la lumière projetée sur Électre pendant sa longue tirade forme un carré autour d’elle, lorsque qu’Oreste entre en scène, une lumière fine l’éclaire, quelques circonstances de la pièce obligent le metteur en scène d’éclairer à l’aide d’une poursuite, comme la scène finale dans laquelle Oreste est prêt de s’immoler auprès d’Hermione et Hélène, de façon à privilégier des aspects importants de la pièce. Pendant la dernière scène, une lumière latérale éclaire l’ensemble e la scène, venant du côté jardin, évoquant selon moi l’arrivée d’une solution à la débau l’ensemble de la scène, venant du côté jardin, évoquant selon moi l’arrivée d’une solution à la débauche que créa l’histoire à laquelle sont confrontés tous les personnages, comme une solution divine qui pourrait être l’homme à la source de ces complications.

D)Le son et la musique Les sons proviennent principalement de deux sources: le poste de radio posé à côté d’Oreste au début de la pièce, et Le choeur qui chante à divers moments du spectacle (des chansons qui e sont pas celles prévues préalablement car elle chante des musique récente en Anglais et Français). Le poste de radio émet des fonds sonores et notamment celui d’une mer qui semble déchainée, tout comme pourrait l’être l’esprlt d’Oreste durant ces parties de la pièce. Les sons et musiques ont donc deux principales fonctions dans la mise en scène, la première étant de rappeler au spectateur que le contexte historique n’est pas exclusif et qu’il ne correspond pas uniquement à l’époque Antique, la seconde correspond selon moi aux émotions d’Oreste, qui comme le bruit fracassant des vagues émis par la radio, ces ensées et son jugement ne sont pas très claires et surtout très intenses. es accessoires Les accessoires sont très présents dans la mise en scène de la pièce, intervenants principalement au début et à la fin de la représentation. En effet, au début, nous découvrons Oreste caché sous une couverture, qui semble do En effet, au début, nous découvrons Oreste caché sous une couverture, qui semble dormir en dehors du palais d’où se joue le reste de la pièce, accompagné d’une bougie et de nombreux autres accessoires de ce qui laisse pensé qu’il est seul face aux dangers de la nature, ce ui constitue métaphoriquement son combat face aux forces extérieurs qui s’exercent sur lui successivement (Apollon, la pression de sa soeur, Pylade, le meurtre de sa mère).

Ensuite, nous apercevons un mégaphone que tient Electre pour appeler Hélène et Hermione, ce mégaphone a évidemment pour fonction de rappeler le «contexte intemporel» cher au metteur en scène, mais aussi évoquer l’étendue du palais dans lequel ils se trouvent, ensuite, à la fin de la scène, Oreste tient un briquet et un bidon d’essence, ses deux accessoires sont très importants car il laisse transparaître une mort certaine et proche pour tout les ersonnages présents qui selon Oreste et surtout Pylade, doivent assumer leur part de responsabilité dans le matricide. Jugement personnel Je porte un jugement plutôt mitigé sur cette pièce, j’ai apprécié quelques éléments et d’autres beaucoup moins.

Premièrement, j’ai trouvé que la pièce était plutôt longue, avec quelques f01S des passages (notamment les tirades d’Electre) très lourds. Ensuite, je trouve que la pièce n’était pas suffisamment axé sur le procès des collaborateurs lourds. Ensuite, je trouve que la pièce n’était pas suffisamment axé sur le procès des collaborateurs de ce meurtre. Puis pour terminer sur les points négatifs, au niveau de la mise en scène, je trouve que la portée universelle qu’a cherché à atteindre le metteur en scène était un peu trop poussée et personnellement j’imagine que la pièce, plongée dans univers qui lui correspond (Antiquité), aurait pu être plus marquante qu’avec ces accessoires, ces costumes, et tous signes caractéristique du 21 ème siècle…

Cependant le fond de l’histoire et l’intrigue soulevée par ce matricide d’Oreste m’a permis de beaucoup réfléchir à ce concept de responsabilité personnelle (et plurielle), à l’influence de la ociété, la sournoiserie et la manipulation dont les hommes peuvent faire part pour arriver à leur fins, poussant parfois sa méchanceté jusqu’à l’irréparable. Et j’en suis venu à moi même me demander qui était finalement le véritable coupable de la décadence de l’homme à travers l’histoire d’Oreste qui est un problème encore plus facilement envisageable de notre temps car le système le favorise (La mise en scène paraît donc ,après mûres réflexions, parfaitement appropriée car si l’an ne savait pas que la pièce datait de 408av JC, personne n’aurait pensé à une tragédie antique telle l’intrigue est courante)