okok

La scène se passe de nos jours chez un couple de chefs d’entreprise, Isabelle et Nicolas. Ils sont mariés depuis quelques années. Mais Nicolas est habité par le doute depuis quelques mois et soupçonne Isabelle d’avoir un amant et de lui envoyer beaucoup de messages chaque soir. Tous les deux sont assis sur le même canapé dans le salon de leur maison. NICOLAS : Tu nias toujours rien à me dire ? Nicolas pointe un doigt accusateur vers son épouse qui répond de manière détachée. ISABELLE : Non, à part que je t’aime… NICOLAS : Moi aussi je t’aime, mais puis-je seulement te faire onfiance ?

Nicolas paraît soupç ISABELLE : Oui, bien s l’impression que tu a sommes faites, et la ors q tion ? J’ai Sni* to View esses que nous nous re manage ! Isabelle, déboussolée par les questions de son mari, pose son coude sur le rebord du canapé et porte sa main à son cou envahie par l’émotion. NICOLAS : Non, tu sais que je ne pourrais jamais oublier ce jour tout comme chaque instant à tes côtés ! Mais j’ai aussi l’impression de te servir de banquier plus que de mari ! Isabelle se lève du

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
canapé, chancelante, et cherche à atteindre la alle de bain pour se rafraîchir suite au reproche agressif de son epoux.

NICOLAS : Attends ! Laisse moi au moins to Swipe to vlew next page ton téléphone portable : je dois m’organiser avec ma mère pour la garde des enfants car la nourrice est souffrante. Nicolas accompagne ses paroles d’un geste de la main en se levant. ISABELLE: Oui, tiens ! Dépêche-toi d’appeler, j’ai autre chose ? faire ! Isabelle jette l’objet de manière violente vers son mari qui le rattrape. Celui-ci n’appelle pas tout de suite sa mère et semble chercher quelque chose dans le téléphone en pianotant sur ce ernier.

Isabelle, qui n’est pas dupe, arbore un air outré face ? Nicolas qui reste rivé sur le téléphone. ISABELLE : Mais que fais-tu ? Isabelle tente d’arracher le téléphone des mains de Nicolas. NICOLAS : Je cherche le numéro de ma mère, je viens de te dire que j’allais l’appeler ! Tu n’écoutes jamais rien ! Nicolas tire vers lui l’appareil et esquive alors Isabelle qui cherchait à récupérer son bien. ISABELLE : Non, tu te fiches de moi, tu es beaucoup trop long et en plus, tu n’appelles pas ! Isabelle confisque violemment le téléphone qui était en ossession de son mari.

NICOLAS : Rends-le moi ! Isabelle consulte son téléphone et tombe directement sur la liste de ses messages. ISABELLE : Mais, tu vérifiais mes messages ! Qu’avais-tu derrière la tête ? Penses-tu que je te trompe ? As-tu perdu toute confiance en moi ? NICOLAS : Mais… ISABELLE : Explique-moi ce qu’il se passe en ce moment ! Je suis perdue et je ne sais plus comment me comporte Explique-moi ce qu’il se passe en ce moment ! Je suis perdue et je ne sals plus comment me comporter face à toi ! J’ai l’impression de ne plus te connaître !

Isabelle, très énervée et à bout, s’acharne sur son mari en le questionnant sans attendre de réponses. NICOLAS : Je ne sais pas ! Je crois que j’ai peur ! Cest sûrement parce que j’ai trop d’amour pour toi et j’ai l’angoisse de perdre l’épouse qui est face à moi ISABELLE : Ton intervention laisse entrevoir que tu ramènes l’ensemble des choses qui t’entourent à ta petite personne. Tu me déçois au plus haut point et je ne te croyais pas capable d’instaurer un stratagème dans le but de fouiller mon téléphone. Isabelle jette au visage de Nicolas son portable qui tente de se rotéger vainement avec ses mains.

NICOLAS : Je suis sincèrement désolé ! L’amour mia poussé ? commettre cette immonde tromperie. Je ne me serais jamais cru capable de faire une telle chose. Isabelle fait sa valise avec précipitation avant de quitter les lieux, face à Nicolas restant abattu dans le canapé comme bloqué avec le téléphone dans les mains. Sa femme s’adresse à lui une dernière fois, avant de franchir le pas de la porte. ISABELLE : Je pars et te laisse méditer avec l’objet que tu as convoité injustement pour m’espionner. Elle quitte la maison et claque la porte