Objet D Tude N 3 Les In Galit S De Revenus

Objet D Tude N 3 Les In Galit S De Revenus

INTRODUCTION Les inégalités de revenu sont toujours présentent en France Les inégalités de revenus pointent la disparité existant entre les revenus des individus « riches » et ceux des individus « pauvres ». Ma problématique est la suivante : comment se justifient les inégalités de revenu ? La première partie sera consacrée aux inégalités de revenus entre les hommes, les femmes et les enseignants à travers divers pays. La deuxième partie sera consacrée aux diplômes qui garantissent ou non l’emploi puis les écarts de revenus justifiés. or 5 DÉVELOPPEMENT I partie -Quelles sont s d ga s de salaire ?

Première sous partie es et les femmes En France, aujourd’hui et ce malgré les lois, il existe toujours des inégalités de sala,re entre les hommes et les femmes. En effet, la loi du 23 mars 2006 relative à l’égalité salariale entre les hommes et les femmes met en place des dispositions visant l’objectif suivant aboutir à la suppression des écarts de rémunération entre les hommes et les femmes dans les 5 ans à venir (c’est-à-dire pour 2011) En France Le salaire mensuel net moyen des hommes est de 2 263 euros pour un équivalent temps plein, celui des femmes de 1 817

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
euros 221, soit 36. 039 €, tandis que celui d’une femme était de $38 97, soit 28. 545€, salaire inférieur de 22,6 % à celui de son collègue masculin. En 1978 le droit communautaire dans le cadre de la lutte contre les discriminations a imposé l’égalité salariale entre hommes et femmes. Tous les salariés, hommes et femmes, doivent percevoir le même salaire lorsque leurs tâches sont équivalentes.

La pratique révèle encore des inégalités, que le gouvernement compte effacer Deuxième sous partie : Etudions le de la rémunération des enseignants de différents pays Les enseignants français ont un niveau de salaire nettement inférieur à la moyenne des pays de YOCDE (Organisation de oopération et de développement économiques) en début et milieu de carrière. En France, les enseignants débutants et après 15 ans d’exercice sont bien moins rémunérés par rapport à la moyenne des pays de l’OCDE.

Ceci est vrai pour tous les niveaux d’enseignement : du primaire où les salaires sont inférieurs de 15 % environ à la moyenne de l’OCDE et du secondaire, où l’écart est d’environ de IO Au sein de l’OCDE et même entre pays voisins, les salaires des enseignants présentent donc des écarts significatifs mettant en évidence des choix politiques divergents qui peuvent avoir un impact sur l’attractivité du métier. ar exemple, les enseignants du prmaire avec 15 ans d’exercice reçoivent en Espagne IO 000 USD de plus qu’en France ou en Italie.

Enfin, le salaire statutaire des enseignants allemands est supérieur de plus de 10 000 USD à celui des enseignants belges, et de plus de 20 000 USD à celui des enseignants français *AGF 9 rif s de plus de 20 000 USD à celui des enseignants français L’écart avec les autres pays de l’OCDE s’atténue au fur et ? mesure que la carrière avance L’Allemagne, le Danemark et l’Espagne mettent particulièrement l’accent sur les enseignants débutants en offrant des salaires ?levés dès l’entrée dans la profession mais une progression moindre au cours leur carriere. ? l’inverse, en Corée, au Japon et au Mexique, les enseignants en fin de carrière gagnent au moins deux fois plus que les enseignants débutants. La France a choisi de mieux rémunérer ses enseignants en fin de carrière. Cependant, 34 années d’ancienneté sont nécessaires pour atteindre l’échelon maximum en France, contre seulement 24 années en moyenne dans les pays de l’OCDE. Pour moi ces écarts ne sont pas justes, tout enseignant devrait être rémunéré de la même façon. Il partie – Le diplôme, la clé d’un l’emploi bien rémunéré ?

Première sous partie : En tant de crise les diplômes garantissent- il un salaire élevé ? Existe-t-il un diplôme garantissant le plein emploi, le salaire élevé à la première embauche ? Les diplômes ne garantissent pas forcément un salaire élevé. Prenons par exemple un jeune diplômé d’un bac+3 Licence professionnelle Information Communication, son salaire débutant sera de 1200€ net alors que son niveau d’étude est assez élevé. Le diplôme garantit-il toujours un emploi?

Non, à en croire le nombre de jeunes diplômés au chômage (61% des jeunes iplômés sont au chômage, ils n’ont donc pas de salaire et 22% seulement sont en CDI, en 2013 _ La conjoncture joue pour beaucoup, mais elle n’expli . Les ieunes diplômés ne *AGF 3 cv s beaucoup, mais elle n’explique pas tout. Les jeunes diplômés ne sont pas préparés à la sortie des études qui peut s’avérer violente. Le choix des études pour les jeunes est donc un choix important, c’est un choix qui déterminera leur vie professionnelle.

De plus avoir trop de diplômes peut engendrer des problèmes dans la recherche d’un emploi car trop de qualification oblige l’employeur à rémunérer en conséquence, il préfèrera donc une ersonne moins qualifiée qu’il paiera moins. Deuxieme sous partie : Certains niveau de qualifications et de diplômes justifient le niveau de rémunération. Il existe des inégalités de salaire, mais certains diplômes et certainesqualifications justifient cet écart.

En effet le temps et l’effort donné pour obtenir ces diplômes le justifient. Les employeurs sont tenus d’assurer une égalité de rémunération entre leurs salariés qui sont dans une situation identique (exemple : occupant un même poste). La différence de diplômes entre deux salariés engages au même moment, avec la même ualification professionnelle et qui effectuent un travail identique, est suffisante pour justifier objectivement une différence de rémunération entre eux.

En clair, si deux salariés embauchés au même moment avec la même qualification professionnelle, un travail strictement identique, avec la même classification de la convention collective, le salarié qui aura un niveau d’étude plus élevé aura une rémunération différente donc plus élevé de celui qui sera moins diplômé. CONCLUSION 1 . Par cette étude, je constate qu’il existe encore des inégalités de revenu malgré les lois ; de plus les inégalités s’élargissent en

France par comparaison PAGF inégalités de revenu malgré les lois ; de plus les inégalités s’élargissent en France par comparaison à d’autre pays, et je constate que les diplômes ne garantissent pas forcément un emploi bien rémuneré. 2. Il est maintenant clair que la crise n’est pas totalement responsable du chômage en France. 3. Je pense que l’inégalité est encore trop présente en France et que notre pays est en retard par rapport aux autres pays. 4. Maintenant, je peux me poser la question suivante : Quelle place à la crise financière au niveau du chômage ?

Annexe 1 : Salaire mensuel moyen net équivalent temps complet par sexe Source Insee DADS – données 2010 Annexe 2 : Différences de salaire entre hommes et femmes en France, donnée 2012 Source INSEE Annexe 3 : Différences de salaire entre hommes et femmes aux Etats Unis, donnée 2012 source INSEE Annexe 4 : Les différences de salaires entre non diplômé et diplômé Source : Céreq, Enquête Génération, 2004 A travail égal salaire égal, l’équité de traitement des salariés En 1996 1’arrêt PONSOLLE a étendu le principe « à travail égal salaire éeal » à tous les sala ion identique de travail.