Notion De L

Notion De L

Notion de l’inventair Réaliser par Melle Ni ou org Sni* to View Définition du mot Inventaire : L’inventaire est l’acte par lequel on recense tous les biens mobiliers et immobiliers d’un individu, d’un commerce ou d’une entreprise. L’inventaire est très important lorsque l’activité forte ambition sociale et nationale, » (Chastel André. L’invention de l’Inventaire. In: Revue de l’Art, 1990, na 1 . Page 5. ) L’idée de l’Inventaire général dans tout cela est de progresser par la force des choses. Dans les dépôts s’entassaient les trésors des couvents et des biens confisqués aux émigrés. n éménagement général précédait l’inventaire général qui était d’abord une sorte d’« inventaire après décès » des deux ordres disparus. Dans les listes qu’on a pu retrouver et même dans les catalogues sommaires des musées qui se constituaient, les notices sont loin d’être satisfaisantes, mais les esprits commençaient à se saisir du problème et comprenaient sa généralité. Historique d’inventaire en Tunisie De nos jours, les grands projets d’aménagement du territoire ont mis en relief le caractère urgent d’une vision claire des contraintes liées à la sauvegarde du patrimoine culturel.

L’expérience de la Tunisie dans le domaine de l’inventaire des monuments et sites et du patrimoine d’une façon générale

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
est riche et relativement longue • l. L’atlas archéologique de Tunisie : rAtlas demeure l’outil de travail indispensable malgré ses imperfections. Il donne des numéros évoluant du Nord au Sud et d’Est en Ouest ; ces numéros ne créaient pas de hiérarchie entre sites majeurs et sites mineurs. L’importance et la richesse du point ne sont pas toujours faciles à saisir. Il. L’inventalre à travers les études et autres travaux universitalres u de recherche qu’ils se fassent à titre individuel ou en équipes .

Corpus, collections de musees, monographies, recherches thématiques se sont accumulées depuis des décennies. Un nombre de musées, monographies, recherches thématiques se sont accumulées depuis des décennies. Un nombre impressionnant de travaux a été réalisé sur des collections d’objets déposées aussi bien dans les réserves des musées que dans les réserves de sites; l’absence d’une harmonisation a fait qu’il est souvent difficile détablir des liens entre une étude et une autre cependant, ces ravaux auront permis d’avancer dans la connaissance et de « ficher » l’objet de l’étude donc de facilité un futur inventaire.

Ill. L’inventaire des collections des musées : Ce travail lourd se fait doucement mais sûrement ; la protection du patrimoine exposé ou non dans les musées passant par l’application de règles minimales de sécurlté : il est plus facile de retrouver un objet dont on a la photo, la description et qui porte un numéro dinventaire. La base de données de l’inventaire des collections des musées est compatible avec voutil GED d’IPAMED.

IV. Le classement des documents : Les dépositaires sont les laboratoires photographiques, le service de l’architecture, les bibliothèques, les archives ainsi que les individus – les chercheurs détiennent une partie des documents dans la mesure où ils « gardent » l’information tant qu’elle est inédite. Les archives sont classées en application de la loi gérant les archives nationales. our ce qui est des bibliothèques, des sewices internes et des laboratoires photo, chacun a développé un système qui lui est propre : le laboratoire photographique de Carthage donne des uméros aux clichés que le personnel classe en accompagnant ce numéro d’un tirage de petites dimensions dit contact ; ainsi ce classement classe en accompagnant ce numéro d’un tirage de petites dimensions dit contact ; ainsi ce classement concerne aujourd’hui plus de 60000 clichés ; le rangement de ces clichés par site permet de limiter la manipulation et d’aller presque directement à l’image que l’on cherche.

Ce système manuel a ses avantages, il n’est pas généralisé. V. Le classement des plans, dessins et relevés : un état des lieux existe et les plans, dessins et relevés demeurés entre les mains u service de l’architecture ont fait l’objet d’un inventaire manuel simple. VI. Les archives : une loi aura permis de « mieux » traiter les archives en général ; le service des archives de l’INP s’occupe de tous les documents qu’ils soient purement administratifs ou touchant le Patrimoine tels que les rapports de fouilles, les rapports d’activité, les photographie, les correspondances, etc.

Le sen,’ice travaille manuellement et avec les moyens du bord. VII. La « Carte nationale des sites archéologiques et des monuments historiques » : Le programme de la carte rchéologique, initié depuis une dizaine d’annees est un inventaire basé sur la prospection à partir des cartes d’état- major, de l’Atlas archéologique de Tunisie et de la documentation disponible.

Il a abouti à la publication de fascicules renfermant les fiches des sites repérés et une carte qui est, en fait, la carte de l’Atlas archéologique de Tunisie mise à jour. VIII. La coopération : Dans le domaine archéologique, la coopération touche, entre autre, Pinventaire : prospection d’une réglon, monographie, études thématlques. Le but n’est pas de iter ici tous les projets mais de donner une idée sur thématiques.

Le but n’est pas de citer ici tous les projets mais de donner une idée sur ce qui se fait dans ce domaine : Le Corpus des mosaques de Tunisie : projet tuniso-américaln, il se proposait de faire l’inventaire des mosaïques tunisiennes Le projet tuniso-français « L’atlas préhistorique de Tunisie n, qui utilise l’échelle 1/200000ème, touche les sites préhistoriques et protohistoriques ; il s’est confiné dans l’inventaire des sites connus et a établi une fiche type renfermant une série de données dont le toponyme donné dans sa forme connue ? travers les cartes de l’atlas archéologique et les cartes topographiques de l’IGN mais aussi le toponyme transcrit en arabe tel que prononcé par les habitants locaux.

Le travail de l’équipe tuniso-danoise sur la région de Segermes, Africa proconsularis s’est basé sur une prospection systématique d’une zone délimitée avec utilisation du GPS et réalisation d’un SIG- L’étude du territoire de Dougga par une équipe tuniso-italienne, Cette prospection aura montré aussi bien la continuité de l’occupation du sol déjà à l’époque préromaine et la densité de la résence humaine dans une zone riche sur le plan agricole La recherche effectuée par une équipe tuniso-américaine à Jerba s’est basée sur le GPS, Ce travail est en cours de publication. IX. Le catalogage des monuments classés : Le projet catalogage, financé par l’Italie par l’intermédiaire de la Banque mondiale, visait à établir cette liste des monuments et surtout de la mettre à jour. Le classement juridique n’ayant pas empêché la disparition de quelques-uns. C’était aussi l’occasion d’inspecter ces monuments et de voir leur état d disparition de quelques-uns. C’était aussi l’occasion d’inspecter ces monuments et de voir leur état de conservation.

Une banque de données fut mise en place ; des dossiers renfermant plusieurs données sont ainsi établis ; ridée étant de réagir à Plnformation récoltée – état du monument, dangers qu’il encourt, etc. et de planifier l’intervention possible des services concernés. L’Objectif de l’inventaire : L’inventaire physique des immobilisations vise à satisfaire deux objectifs : 1 -un objectif légal relatif aux obligations L’article 8 du Code de Commerce Tunisien, Liarticle 17 de la loi 11096-112 de la 30. 2. 1996 relative au système comptable des entreprises. 2-Un objectif de gestion dans la mesure ou cet inventaire permettra d’assurer : a/ Une meilleure sécurité pour la conservation du patrimoine. b/ Une valeur probante à la comptabilité. / Une gestion plus rationnelle du patrimoine facilitée par le repérage des biens en mauvais état de fonctionnement nécessitant un entretien et ceux ne présentant plus de valeur d’usage qu’il y a lieu de reformer ou de céder. d/ La mise en place d’une application informatique permettant d’assurer un sulvi permanent des immobilisations et capable de ournir toute information sur les immobilisations notamment : Le détail du coût. La date d’acquisition ou de mise en service. Le taux et le mode d’am D’APPLICATION : L’opération d’inventaire couvrira tout le patrimoine Immobilier et mobilier situé dans tous les centres relevant de La Société. 1.

Biens à inventorier L’inventaire couvrira les investissements immobiles et mobiles, immatériels et matériels à savoir : Les terrains, Les constructions, Le matériel informatlque, Les logiciels, Le matériel d’impression, Le matériel de transport Les équipements de bureau Les Agencements, Aménagements et installations. 2. lieux d’inventaire L’opération d’inventaire sera effectuée dans les centres de Tunis, les Directions Régionales et dans les bureaux locaux et touchera tous les biens situés dans les lieux suivants . Centre de Tunis Directions Régionales Bureaux locaux PERIODE D’INVENTAIRE : L’opératlon de prise d’inventaire sera entamée au siège de Tunis à compter du . une période de deux semaines est prévue pour couvrir tous les lieux sus indiqués. Chaque centre sera avisé de la date le concernant préalablement à toute intervention. EQUIPE D’INVENTAIRE :