Mon ami

Mon ami

Hans Peter Richter est un écrivain et psychosociologue Allemand né en 1925 à Cologne et mort en 1993. Dans Mon ami Frédéric il dénonce la persécution des Juifs avant et pendant la Seconde Guerre mondiale. L’auteur a lui-même assisté pendant son enfance à la propagande nazie et à l’accession d’Hitler au pouvoir et sa dictature. L’histoire se déroule en Allemagne, de 1925 ? 1942, deux enfants naissent à une semaine d’intervalle. L’un, le narrateur, est allemand, l’autre, Frédéric Schneider, est juif.

Une profonde amitié lie les garçons qui vivent dans le même immeuble. Ce roman a été traduit de l’Allemand en Français par Christiane Prélet en 1963. RESIJME DIJ ROMAN Nous sommes en Allemagne, en 1925, deux petits garçons naissent à une semaine d’intervalle. L’un, le n Schneider, est juif. La dans un appartemen u’iL: S. wp next page celui partagé par les car le père est au ch ‘autre, Frédéric nfortablement sch, au-dessus de famille est pauvre se lient très vite d’amitié et deviennent inséparables. n Jour d’hiver 1929, Frédéric est traité de « sale petit juif A partir ce moment, la famille Schneider subit toutes sortes d’injustices sur sa re Suipe to View next page religion, notamment lorsque le

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
grand-père du narrateur lui nterdit de voir son ami ou encore l’interdiction dacheter dans les magasins. Le propriétaire tente aussi d’exclure la famille Schneider de leur appartement, le père de Frédéric est licencié et le garçon doit changer d’école, enfin on leur interdit de fréquenter le cinema ou la piscine.

A partir de 1 933 les persécutions vis-à-vis des Juifs s’intensifient. Chaque jour, ils sont un peu plus insultés, pillés, humiliés, chassés. Frédéric est mis à l’écart, insulté, lui et sa famille doivent survivre, leur propriétaire M. Resch veut les expulser mais le président du tribunal n’est pas de son côté et oit retirer sa plainte. Le père du narrateur, qui a adhéré au parti nazi pour trouver un emploi conseille alors à M Schneider de quitter L’Allemagne, mais il refuse.

Le narrateur rentré dans les jeunesses hitlériennes ne comprend pas le sens de toutes ces horreurs. Il assiste, impuissant à la montée de la haine contre les juifs. L’appartement des Schneider est saccagé ce qui achève la mère de Frédéric, avec son père ils sont contraints de travailler clandestinement pour survivre. Son père est arrêté, en compagnie du rabbin, par la police. Frédéric se retrouve seul et doit se cacher. 2