Micromégas de Voltaire

Micromégas de Voltaire

Micromegas de Voltaire Micromegas est un conte philosophique écrit par Pécrivain Voltaire en 1752. Sans trop épiloguer sur son contexte historique et culturel, nous pouvons dire que Micromegas un symbole représentatif du siècle des Lumières. Il raconte l’histoire d’un géant venu de l’étoile de « Sirius », explorant les planètes a la recherc prlncpale d’une cons appelée « Grand Chi laci Sni* to View , Sirius est l’étoile e du ciel.

Dans son roman Voltaire se réfère donc a ses propres caractères cientifiques, et décrit Micromégas, non pas comme le plus grand géant de l’univers, mais comme un explorateur ayant parcouru des planètes aux individus gigantesques, et d’autres comme Saturne, aux personnages relativement plus petits. C’est sur Saturne qu’il fera la rencontre de son fidèle compagnon, le secrétaire de qu’ils ne savent pas, puis décident de poursuivre leur quête ensemble.

Leur entrée sur le globe terrestre se fait par hasard, tandis que Micromégas et son aturnien cherchent un endroit ou se reposer. La terre leur semble minuscule, sans vie, inerte. Voltaire nous dévoile là plus explicitement le coté philosophique de ce roman, en rentrant dans une philosophie complètement sensualiste au départ, puis en la contredisant petit à petit. Car le « nain »

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
décrète que s’il ne voit pas, c’est qu’il ny a pas.

Or, ces deux personnages vont en découvrir les Hommes, fourmillés dans fourmilière, a la capacité intellectuelle aussi éveloppée que la leur, a l’esprit aussi mure, et a l’orgueil hélas infiniment grand à défaut de leur petitesse physique. A l’écoute de leur savoir sur les sciences et Dieu, accablés par leur caractère arrogant et vaniteux, nos deux voyageur partent de la planète Terre laissant derrière eux un bouquin traduisant une belle leçon d’humilité. Le roman s’achève sur ce livre aux pages vierges, laisser par nos deux explorateurs, indiquant à l’imbus des hommes que la raison du monde échappe a l’intellig