méditation au quotidien

méditation au quotidien

Direction : Catherine Saunier-Talec Direction éditoriale : Pierre-Jean Furet Édition : Delphine Kopff-Hausser Lecture correction . Fabienne Texier Maquette intérieure : Catherine Le Troquier Adaptation et mise en pages : Amaury de Saint Chamas Couverture : Nicole Dassonville Illustration de couverture : @ Gregor Schuster/Gettyimages Fabrication : Amélie Latsch Direction de la communication : Johanna Rodrigue Contact presse : Mathilde Quénardel @ 2011, HACHETTE LIVRE (Hachette Pratique).

ISBN: 978-2-0123-047 Avant-propos Méditer. Le verbe tinte jolime 30 p g e de plus en plus ouvent à nos oreilles, le temps d’un article, d’un livre, du récit d’un ami qui médite. Cela dit, soyons honnêtes : la méditation reste une drôle de pratique, vue de loin, ici (en France) et aujourd’hui (au XXIe siècle). Méditer ? Pour quoi ? Comment ? Ce livre tente de répondre ? ces questions, pour accompagner une démarche de méditant(e). La vôtre, la nôtre. Méditer, ici et aujourd’hui. Précisément. ? l’époque de la technologie wi-fi, de l’information continue, de l’interactif et de l’immédiat, dans une société de course permanente, à la consommation, au progrès, qui nous propose tout, tout le temps, uand nous n’avons plus une minute à nous, alors qu’on nous parfois même les repères, la méditation s’ouvre

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
comme un itinéraire à notre quête de sens et d’équilibre. Comme une réponse à des questions profondes et essentielles, à nos peurs, à nos souffrances. Comme un soutien ? notre désir de vivre, en accord avec nous, en paix. Pourquoi méditer ?

Certainement pas pour voir le miracle-de-la- finde-tous-nos-problèmes se réaliser sous nos yeux à la première méditation. Mais peut-être pour goûter au calme de resprit et du corps. pour commencer à nous connaître davantage. pour nous connaître vraiment. Pour nous ouvrir aux autres et mieux saisir le monde. Pour nous sentir profondément libres et maîtres de notre Mieux qu’un miracle, finalement, non ? Notez bien que cet ouvrage n’a pas pour objet de se substituer ? maître, mais d’initier à la pratique. Il ne vous promet pas une solution, mais vous propose un chemin.

Sommaire Introduction PREMIÈRE PARTIE Quelques clés pour comprendre CHAPITRE 1 – Qu’est-ce que la méditation ? Ce que la méditation n’est pas Ce qu’elle est davantage CHAPITRE 2 Bouddhisme : l’enfance de Part Les trois grandes écoles du bouddhisme Le sens et la place de la méditation dans le bouddhisme Les principales pratiques Vivre, c’est méditer CHAPITRE 3 – Une pratique aux mille visages La méditation relieieuse 2 30 guide, en groupe ou seul SECONDE PARTIE Méditer pour mieux vivre au quotidien CHAPITRE 1 – Mieux chaque jour Où et quand méditer ? Pourquoi méditer ? expérience d’un renouvellement perpétuel Méditer au fil de la journée La conscience de chaque instant CHAPITRE 2 – Mieux avec soi Qui suiS-je ? « Connais-toi toi-même… » Trouver l’équilibre Se libérer de la confusion Goûtez la vie ! CHAPITRE 3 – Mieux avec les autres Ego, égoïsme rouver sa place parmi les autres Appuyez-vous sur vos rapports difficiles avec les autres pour changer Développez la bienveillance, la compassion, la paix, la joie envers les autres CHAPITRE 4 – Mieux dans la VIe active pour quelles (bonnes) raisons êtes-vous actif ? Gérer les tensions Être présent à ce que l’on fait, c’est être… t capable de mieux CHAPITRE 5 — Mieux dans l’intimité Aimer l’autre, c’est accepter sa liberté N’accusez pas l’autre, mais écoutez-vous Aimer dans le temps À Pécoute de la famille La méditation pour les enfants Remerciements 3 30 posséder davantage, à développer nos activités, à nous comparer, comment s’accorder du temps our ne rien faire ? Car méditer, c’est s’arrêter ! S’arrêter de courir, s’arrêter de vouloir posséder toujours plus, de vouloir être toujours mieux. C’est laisser fondre l’agitation, comme la neige fond au soleil, pour nous concentrer sur l’essentiel de notre être.

La méditation n’ajoute rien à ce que nous sommes profondément et n’a pas vocation à nous transformer : comme on découvre un diamant que l’on libère de sa gangue de terre, elle révèle ce qui sommeille en nous. Elle met à la lumière notre véritable nature. Elle est comme une descente dans l’océan de notre conscience. Alors ue nous étions ballottés par les vagues de surface, soumis aux aléas des tempêtes émotionnelles, elle nous accompagne dans le silence des profondeurs, celles qui nous relient au sens de notre existence.

Alors que nous cherchions chacun le bonheur ? l’extérieur de nous, la méditation nous indique la place de ce trésor caché. Cet état de paix intérieure indépendant des circonstances extérieures ne naît que dans le silence et l’intimité. En développant un lien plus intime avec nous-mêmes, nous observons mieux le jeu de nos émotions, nous nous comprenons mieux et nous pouvons nous aimer davantage. C’est dans cette pax intérieure que peuvent se développer les relations stables et épanouissantes.

La pratique méditative n’est pour autant pas coupée de Paction. nous aide à développer nos activités avec davantage de conscience, 4 30 méditation prend tout son sens. Elle nous relie ? notre source, nous aide à porter sur notre existence un regard neuf, frais et résolument émerveillé. Car ce n’est pas de merveilles dont nous manquons, mais bien d’émerveillement ! Arnaud Riou Arnaud Riou a reçu les enseignements et initiations sur la méditation auprès de maîtres tibétains et indiens.

Il anime des groupes pour ntreprises et les particuliers depuis vingt ans dans différentes parties du monde et reçoit dans son cabinet à Paris. Il est le fondateur de la voie de [‘ACTE (Approche consciente de la totalité de l’être)@ qui associe des outils de développement personnel occidental et de spiritualité orientale. Il est l’auteur de Jouer le rôle de sa vie et de Au nom de l’enfant. www. arnaud-riou. [email protected] com DEPUIS DES SIÈCLES, ET MÊME DES MILLÉNAIRES, les hommes – par millions ! — méditent. our se rapprocher de leur dieu ou pour saisir le sens profond de 1’« être pour mieux comprendre le onde et les autres, pour trouver leur place et un certain apaisement, les raisons qui les (nous) engagent dans la voie de la méditation sont plurielles. Les écoles et les pratiques également. Comment parler de méditation au sin ulier, alors ? Comment la comprendre, si elle n’est ême ? En n’évoquant S 30 ouverture à la conscience et à l’être ; le chemin d’une paix intérieure, une voie d’équilibre et d’unité. Car, en nous guidant vers une plus juste connaissance de soi et des autres, la méditation rend plus présents au monde.

Comprendre ce qu’est la méditation, c’est aussi revenir sur l’histoire t les traditions qui la portent à travers les âges et détailler ses divers courants, pour se rendre compte de leurs points communs. C’est enfin évoquer les codes universels de la pratique : la posture, la constance, la conscience. Voici quelques clés pour nous ouvrir à cette discipline de 1’« être » qu’est la méditation. CHAPITRE 1 Qu’est-ce que la méditation ? méditation est avant tout une pratique. « Rien ne sert d’en L aparler, le tout est de méditer disent les praticiens. ?videmment, les mots sont parfois un peu lourds, faibles ou maladroits pour évoquer les chemins qu’elle emprunte, les effets qu’elle produit, les estinations qu’elle vise. Il n’empêche. Les mots sont bien utiles pour dissiper quelques malentendus et éclairer certaines notions. « Méditation » est un terme commun et connu de tous, mais dont le sens reste assez flou, mal compris, ou la définition trop vaste. Avant de plonger dans la pratique, autant savoir dans uoi on se lance (et ce à quoi on échappe), non ? et la clarté de l’esprit débarrassé de toute pensée intrusive, la conscience de soi et une présence au monde.

Méditer, c’est apaiser Pesprit, cesser de s’identifier à ses humeurs être dans la pure conscience de Pinstant. C’est aller au-delà de ‘agitation permanente de l’ego pour trouver le contentement et l’équilibre dans sa véritable nature. Pour en approfondir la définition et revenir sur quelques clichés, bref pour s’éclaircir les idées, commençons par évoquer ce que la méditation n’est pas. une technique La méditation a ses techniques : la position du corps, la gestuelle, l’objet sur lequel l’attention va se porter (ou pas), les sons ou les mots qu’elle peut faire intervenir, etc. sont autant de moyens pour atteindre un état d’esprit clair et libre des pensées qui nous occupent en permanence. Mais elle n’est pas une technique. Une technique de quol De détente ? De concentration ? De bien-être ? Ce serait la réduire considérablement et passer à côté de l’essentiel de ce qu’elle propose : une présence au « soi » profond et à son environnement tout entier. Pour les bouddhistes, elle est le chemin vers l’Éveil et toute une façon d’être au monde, surtout pas un guide pratique en vingt leçons nous mener au nirvana.

Sans être un adepte du Bouddha, on comprend que la méditation est une discipline à part entière : de l’attention, de l’écoute, de la dis onibilité. 30 qu’elle se vit dans le calme et privilégie le silence, parce que l’écoute du corps apaise l’esprit entre autres par le biais d’une attention portée au souffle, comme c’est le cas également pour la relaxation). Mais cette détente physlque n’est qu’un effet de la pratique, pas un but en soi. D’autant que la méditation ne porte pas à l’abandon physique – ni à la somnolence ! – mais affûte une vigilance intérieure née de la conscience de soi.

Par ailleurs, il arrive qu’un temps de méditation ne soit pas une partie de plaisir. un esprit dissipé, dont le contrôle paraît impossible, peut générer des tensions, comme certaines émotions fortes qui font irruption dans ces moments de lâcher-prise. Un voyage aux pays des merveilles Méditer ne signifie pas léviter en position du lotus, le regard perdu dans un monde meilleur, ni entrer en transe, comme par enchantement. Certains clichés ont la vie dure. Un de ceux réservés à la est d’en faire un moment déconnecté de la vie. Mais non ! Il n’y a pas deux mondes : celui du quotidien et celui de l’attention à soi.

Il ne s’agit pas non plus de fuir sa vie en méditant. Tout au contraire. Les différents temps de la journée — pour méditer, pour travailler, déjeuner avec des amis, pour rire avec ses enfants, pour faire la vaisselle… — s’inspirent et se nourrissent les uns les autres. Méditer, ‘est précisément être da e de Finstant présent, 8 30 cérébral qu’il suffirait de brancher, mais procède d’un effort. Elle est « simple, mais pas toujours facile »1 . un oubli de soi Dans le même ordre d’idée, méditer peut ressembler à une quête d’ailleurs.

Comme on se débarrasserait de ses pensées et tracas quotidiens pour enfiler une peau neuve et vierge, une peau de méditant. Oui et non. Oui, pour reprendre la pensée bouddhiste, méditer guide chacun de nous vers sa nature profonde, un « vrai » moi loin du « Je » des conventions sociales, des habitudes et des colères – le moi superficiel, l’ego. Mais non, il ne s’agit pas de s’oublier pour autant, au contraire : car c’est en partant de ce que l’on est – avec son ego, ses pensées incessantes, ses habitudes, ses colères — qu’on médite qu’on avance.

Se débarrasser des faux-semblants pour trouver sa nature profonde, voilà l’enjeu de la méditation. Un enfermement En Occident, la pratique de la méditation n’est pas courante. Elle n’est pas non plus une habitude partagée à travers toute l’Asie contrairement aux idées reçues, même si elle fait partie de la tradition spirituelle orientale. Or ce qui est mal connu, voire mystérieux, peut être mal interprété. La méditation est une démarche individuelle et une 9 30 laïque… ), la pratique méditative vise à dominer l’ego, cultive l’humilité et l’altruisme.

Elle permet, en étant ouvert à soi, d’être ouvert au monde et se propose d’être un vecteur de compassion et de bienveillance ? l’égard d’autrui. « La raison d’être ultime de la méditation est de transformer soi-même pour mieux transformer le monde, ou de devenir un être humain meilleur pour mieux servir les autres. Elle permet donner à la VIe son sens le plus noble »2. U ne solution miracle « La méditation a changé ma vie ! » La pratique provoque en effet rofondes transformations dans rexistence de ceux et de celles qui la vivent au quotidien.

Ces changements sont propres à chacun. autant, méditer n’est pas LA solution tant attendue à nos interrogations existentielles, la réponse à tout, la fin de nos questions et de nos problèmes. Attendre tout cela de la pratique méditative, y rechercher un antidote à ses soucis est même contre-indiqué : vous serez déçu de ne rien trouver sur votre chemin, avant de réaliser que vous n’avez pas entamé le chemin. À moins que vous ne vous soyez trompé de route. n exercice express aux résultats immédiats 30