Marivaux, scène 1

Marivaux, scène 1

Fiche Marivaux, L’île des esclaves Biographie de l’auteur : Pierre Carlet de Marivaux, appelé Marivaux est un écrivain français né en 1 688 à Paris et mort en 1763 à Paris. Il est surtout célèbre pour l’écriture de pièces de théâtre. Il est le cinquième auteur le plus joué à la Comédie Française. A propos du texte : ce texte est la première scène de la pièce L île des esclaves. Cette pièce jouée en un acte fait état de la relation entre un maître et son esclave venant d’échouer sur une Ille des esclaves, une île où le maître se retrouve en danger.

Cette pièce été écrite en 1 725 à l’époque où resclavage est en plein essor mais aussi à l’époque des Lumières, caracterisée par un intérêt en Swipe Lo nexL page la dignité humaine et Plan : ors l. IJ ne scène d’exposi n • Sni* to View A) Une scène d’expos On y retrouve toutes de Ihomme. e comique telle scène est censée donner au spectateur. Ainsi, on nous présente les personnages, leur statut, on nous indique dans quel endroit la pièce se déroule, le décor est planté avec de nombreuses références à la mer et à

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Ille.

La présentation des personnages, du lieu, de l’époque : les ersonnages s’adressent aux autres au moyen de leur nom, ce qui renseigne les spectateurs : « Arlequin ? » est d’ailleurs le premier mot de la pièce. Ce n’est que plus tard qu’Arlequin s’adresse à son maître en mentionnant son nom : « Monsieur Iphicrate » (1. 47). Les personnages viennent d’Athènes, ce qui nous donne une information quant au lieu mais également quant à l’époque (vague) : « Dans le pays d’Athènes, j’étais ton esclave… » La présentation du rang social des personnages : la façon de parler des personnages nous renseigne sur leur rang.

En effet, Arlequin s’exprime dans un langage populaire et courant « Cherchons, il n’y a pas de mal à cela, mais reposons-nous auparavant pour boire un petit coup d’eau de vie tandis qu’Iphicrate s’exprime dans un registre plus soutenu : « „ mais peut-être auront-ils eu le bonheur d’aborder en quelque endroit de Ille et je suis d’avis que nous les cherchions C’est aussi dans la façon que les personnages s’interpellent que l’on peut constater leur rang social et dire qu’Arlequin est le valet d’Iphicrate : « Mon patron ! ? Esclave insolent ! ». De plus, Iphicrate tutoie Arlequin qui, au début de la scène, vouvoie Iphicrate : « Ah ! Je vous plains de tout mon cœur « Dis-moi, quand notre vaisseau… La présentation de l’intrigue : on remarque que le dialogue des personnages permet de comprendre ce personnages permet de comprendre ce qui s’est passé : « Nous sommes seuls échappés du naufrage, tous nos amis ont péri h.

B) Une pièce s’annonçant comique Le personnage d’Arlequin est typiquement comique : il est attaché à falcool et paraît être un valet fainéant : « reposons nous auparavant… Il compte boire plus que son maitre : « j’en oirai les deux tiers comme de raison, et puis je vous donnerai le reste il est attaché à sa bouteille, ce qui rend son alcoolisme comique : « ma pauvre bouteille Comique de répétition (prend sa bouteille plusieurs fois) et comique de caractère.

Le maître apeuré : L’opposition entre le statut social du maître et le fait que celul soit plus apeuré que son valet par la situatlon est comique, le spectateur se moque d’Iphicrate en même temps qu’Arlequin : « Ah I je vous plains de tout mon cœur, cela est juste » (sarcasme) « je vous plains, par ma foi, mais je ne saurais ’empêcher d’en rire Comique de situation, comique de caractère (couard). Il. L’enjeu de la pièce : le conflit entre maître et esclave Comme vu précédemment, la scène d’exposition permet de poser les rapports de force entre les personnages.

Toutefois, on remarque un renversement de situation dès la première scène. A) Un re personnages. Toutefois, on remarque un renversement de situation dès la première scène. A) Un revirement dans les rapports de force entre les personnages Le valet prend le dessus sur le maître : le fait que le maître evienne robjet de moquerie est le point de départ de la révolte d’Arlequin. Cette révolte est progressive. Au début, il vouvoie et respecte son maître (« Mon patron ! ?) pour finalement le tutoyer («Je l’ai été, je le confesse à ta honte ») et ne pas suivre ses ordres, il finit par l’abandonner : « Doucement, tes forces sont bien diminuées, car je ne t’obéis plus, prends-y garde L’abandon du maître démuni : Iphicrate apparaît dès la première scène comme un personnage lâche qui ne salt pas faire face aux évènements avec sang-froid. Il est en position de faiblesse car l se retrouve sur une île habitée d’esclave affranchis.

Dès lors, Arlequin prend le dessus et Iphicrate devient son acolyte, il finit par être celui qui suit le mouvement : « au désespoir, courant après lui, l’épée à la main ». Cette descente dans les rangs sociaux est également progressive. Iphicrate tente de donner des indications, des ordres à son valet, sans résultat : « Eh ! Ne perdons pas de temps ! Il s’inclut alors dans ses injonctions, sans résultat également : « Avançons, je ren prie Finalement, i PAGF ses injonctions, sans résultat également : « Avançons, je en prie Finalement, il tente de prendre Arlequin par les sentiments : « Eh ne sais-tu pas que je t’aime ?

Ainsi, Iphicrate perd petit à petit de son autorité pour finalement apparaitre comme un personnage faible, et passe au second plan, derrière Arlequin B) La critique de l’esclavage et l’éloge de la démocratie La dénonciation de l’esclavage : Marivaux veut nous montrer la réalité de l’esclavage et des conditions des esclaves. Ainsi, on nous décrit notamment les violences infligées à Arlequin : « Oui, mais les marques de votre amitié tombent toujours sur mes ?paules, et cela est mal placé A la fin de la scène, Iphicrate menace physiquement son esclave, Arlequin : « courant après lui, l’épée à la main ».

Le fait que l’auteur ait choisi de mettre en scène un maître et son esclave dans un monde où l’esclavage est proscrit, et plus encore, où les maitres sont condamnés aux mêmes conditions de vie que leurs esclaves, est révélateur de la suite de l’histoire, et de la position de l’auteur concernant l’esclavage. Dès le début de la pièce, le personnage représentant les maitres est en danger, et en position de faiblesse.