Mah Bh Rata

Mah Bh Rata

Le Mahâbhârata est une épopée sanskrite de la mythologie hindoue comportant, selon le décompte de Vyasa 81. 936 strophes (élokas) réparties en dix-huit livres (parvan) qui raconte les hauts faits du roi Bharata et de ses descendants. II aurait été écrit par un sage mystique du nom de Vyâsa mais un grand nombre de parties sont dues à la collaboration d’autres auteurs entre le V iéme et le Il ième siècle avant notre ère. Il est considéré comme le plus grand poème jamais composé. C’est l’un des deux grands poèmes épiques de l’Inde, fondateur de ‘hindouisme avec le Râmâyana.

Mais le Mahâbhârata est aussi un recueil de mythes hérités de la Sni* to View Swp to page tradition védique, ins interminables. Au tout début du Ma Commencements rme de digressions or 3 e Livre des n brahmane de grande lignée, Shaunaka, r unit traditionnellement une session sacrificielle tous les douze ans. un conteur se présente, et il va raconter pour la première fois en entier le grand récit du Mahâbhârata, tel qu’il l’a entendu de la bouc bouche même de Vaishampâyana, le disciple de Vyâsa, lors du Sacrifice des Serpents ordonné par le roi Janamejaya.

Le Mahâbhârata, dont tout Indien connait l’histoire, reste

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
très actuel, à tel point que les héros divins restent des exemples. Ainsi, si l’épouse de Rama, Sita, est le modèle de la femme fidèle, dans le Mahâbhârata, les femmes sont les égales des hommes, combattent à leurs côtés et ont leur franc-parler. Le thème principal est le combat entre deux familles qui descendent du même ancêtre, Bharata (qui signifie Inde) avec d’un côté les Pandava, les fils du roi Pandu, et les Kaurava, les fils u roi Dhritarashtra, le frère aîné et aveugle de Pandu, tous de la caste des guerriers, les Kshatriya, dans la région de Delhi.

L’événement majeur du texte est l’apparition de Krisna, le huitième avatar de Vishnu. Mais Dhritarâshtra n’a jamais accepté la prééminence de son jeune frère Pându, et éleva ses fils avec la détermination qu’ils règneront un jour sur le monde à la place des Pândava. Dhritarâshtra tenta même d’attenter à leur vie et à celle de leur mère Prithâ (ou Kunti). Mais ces complots furent déjoués grâce ? Krisna. Krlsna tenta d’apaiser I