M thodologie dissertation juridique L1

M thodologie dissertation juridique L1

CONSEILS DE METHODE La dissertation Quel que soit rexercice proposé (dissertation, commentaire de décision ou cas pratique), l’objectif est identique : il s’agit d’être capable de traiter une question juridique de manière rationnelle. Les deux impératifs essentiels sont donc la clarté et la cohérence du raisonnement. Si les éléments de cours doivent être compris et appris, la dissertation n’est pas une récitation de cours.

Sont également évalués par le correcteur l’esprit d’analyse et de synthèse, la rigueur juridique et la capacit -pales attentes sont : OF p g de construire un devoir structuré autour d’une démonstration, ‘est-à-dire d’un enchaînement logique d’idées reliées entre elles d’appuyer chaque idée de la démonstration sur des arguments juridiques (dispositions normatives, i. e. article de constitution, de loi, de traité ou d’acte réglementaire ; jurisprudence, i. e. rrêts des juridictions françaises, européennes ou internationales ; article de doctrine, i. e. extraits d’articles publiés par des juristes) d’expliciter tous les arguments juridiques utilisés, c’est-à-dire expliquer dans quelle mesure ils soutiennent le raisonnement suivi dans la démonstration. avec indication de la source, sont autorisées ; la paraphrase est onsidérée comme étant du plagiat Û à l’expression, au style et à l’orthographe. Il est important d’avoir une bonne connaissance de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
la langue française.

Si cela est plus agréable pour le correcteur, c’est surtout la base d’une bonne démonstration. Dès lors, toute erreur de style, de syntaxe ou d’orthographe vous pénalisera. Bannissez également l’emploi des pronoms personnels (i. e. « je h, « nous ») ou impersonnel (i. e. « on ») et préférez les formulations impersonnelles du style « il convient d’examiner « la question se pose il est permis de penser » A cet égard, il de savoir SI pparaît opportun de relire sa copie afin de chasser les fautes qui s’y seraient glissées.

D aérer la copie en faisant des paragraphes distincts et en sautant des lignes avant et après chaque titre ou chaque paragraphe. Le mieux est de consacrer une idée à chaque paragraphe. Il faut aussi veiller à l’enchaînement logique des idées (en premier lieu, en second lieu ; d’une part, d’autre part ; d’abord, ensuite, enfin… ). LI à faire ressortir, faire apparaitre les titres des parties et des sous-parties. Ces intitulés doivent exprimer une idée. Par ailleurs, il ne faut pas les formuler sous forme de hrase car ils ne doivent pas contenir de verbe conjugué.

La dissertation doit donc prendre la forme d’une démonstration ce qui consiste à présenter un point de vue sur le sujet, à défendre une thèse (même si celle- ci n’est pas forcément originale). Vous devez donc impérativement avoir un 0 une thèse (même si celle-ci n’est pas forcément originale). Vous devez donc impérativement avoir un avis sur le sujet, prendre position sur le débat, le thème ou la question qui vous est posé(e). Pour étayer cette thèse, ce point de vue, vous devez utiliser plusieurs arguments.

Ceux ci doivent impérativement être soutenus par es notions ou des règles juridiques. Aussi ne suffit-il pas d’évoquer l’idée. Il convient de la fonder juridique en invoquant la loi, la jurisprudence, la doctrine, etc. , puis de l’expliquer de manière rigoureuse et argumentée. Pour arriver à ce résultat, il est possible d’identifier trois étapes qui représentent le cheminement intellectuel nécessaire pour réaliser une dissertation. Ces étapes sont la déconstruction du sujet, l’élaboration du plan et la rédaction proprement dite de la dissertation A.

Première étape : déconstruction du sujet Dans le cadre d’un sujet de dissertation, le premier prérequis est a compréhension du sujet. I s’agit de définir et d’analyser chacun des termes du sujet puis de les confronter, c’est-à-dire d’examiner quelles sont les relations qu’ils entretiennent. Ce travail de définition vous mène par la suite à une phase qui consiste en la délimitation du sujet. Il est alors pertinent d’expliquer ce que vous allez traiter. Des choix sont souvent ? réaliser.

Ceux-ci découlent à la fois de la manière dont le sujet est posé, mais aussi du travail de délimitation du sujet que vous aurez effectué. Ce travail sur les termes ou le terme du sujet doit permettre de détermi 30F 10 urez effectué. Ce travail sur les termes ou le terme du sujet doit permettre de déterminer les différents éléments du sujet et ainsi d’élaborer une idée générale (ou problématique) qui, dans la mesure du possible, est le produit d’une réflexion personnelle. Cette idée générale ou problématique se résume à une question de droit qui s’avère sousentendue par le sujet posé.

En effet, il faut que la question soit à la fois posée en des termes juridiques, mais également qu’elle reflète une problématique juridique. Votre premier travail va donc consister à trouver un « angle d’attaque » pour traiter le ujet de manière non descriptive et non linéaire (et donc d’éviter de « réciter » votre cours, ce qui ne présente aucun intérêt pour le correcteur). C’est angle d’attaque doit être élaboré à partir de la problématique en trouvant une articulation cohérente entre les parties, si possible basée sur des notions, concepts ou oppositions juridiques.

Cela vous permettra de construire un plan qui sera alors le reflet de votre pensée. I n’y a jamais une et une seule idée générale ou problématique : la dissertation n’est pas un exercice dogmatique. Ce qu’il faut bien retenir, c’est que l’idée énérale ou problématique constitue le fil directeur (le socle) de la démonstration qui sera menée dans les développements. Sans idée générale, sans problématique, il n’y a pas de démonstration et donc pas de dissertation (il n’y a qu’une récitation de cours). s idées générales, les problématiques, peuvent être formulées sous une forme interrogative 4 0 idées générales, les problématiques, peuvent être formulées sous une forme interrogative ou sous une forme impersonnelle (la question se pose de savoir si… Exemple sujet 1 : les révisions de la Constitution de la V République Problématiques envisageables : Par quels moyens est-il possible de réviser la Constitution de 1958 ? La question est de savoir comment la Constitution de 1958 s’est adaptée aux différentes évolutions rencontrées.

Exemple sujet 2 : la volonté en droit de la famille Problématiques envisageables : la volonté en droit de la famille supplante-t-elle son côté institutionnel ? L’accroissement de l’importance de la volonté dans le mariage, le divorce et la filiation appelle-t-il des réserves ? Le renouvellement des sources du droit de la famille conduisant à laisser à la volonté un champ plus large est-il sans limite ? Comment s’exprime et est amoindrie la volonté individuelle en droit du couple et en droit de la filiation ?

Lorsque le sujet est posé sous une forme interrogative, il faut faire attention car il peut, dans certain cas, poser une problématique, mais dans d’autres cas la question posée peut aussi être tout aussi neutre qu’un sujet posé sous une forme déclarative. Si le sujet contient une problématique, il n’est pas nécessaire de rechercher une nouvelle problématique. En revanche, 2 il faut insister sur l’intérêt et les enjeux de la question, tout en veillant à élaborer un plan ui réponde directement à la s 0