LUX victore hugo

LUX victore hugo

LUX : VICTORE HUGO Introduction Ecrit par victore hugo poete engage et tire du receuil Les chatiments (1853) ce receuil est ecrit dans un context politique particulier , Durant l’exil de l’auteur . hugo fait ofiice de chef des opposants a napoleon III. Le poeme est compose de 6 sizains, construit chacun par 4 alexandrins ( rimant entre eux, par rime suivises , a et c) et 2 hexasyllabes (rimant entre eux par rimes embrassees , b) selon la forme aabccb On n’a ici qu’in extrait ( la 5eme et derniere partie) de ce tres long poeme. Le titre « lux » (lumiere), est symbolique et s’oppose a nox » (nuit), titre d’un Sujet : hugo propheti tyrannie.

On releve un register generalement a la le p g debut di receuil. Insi que la fin de la sentiments, hrases marquant l’emotion (? /! ) et un vocabulaire des sentiments lie a la sensibilite individuelle ( ici, l’amour de la patrie) et au developpement d’un avenir heureux , avec , avec l’esperence politique. Il ya de plus une presence de la nature et une dimension religieuse. Mais il y a aussi des traces du register epique, pas dominantes mais tout de meme presents : combat entre

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
le bien et le mal, combat entre « lux » et le « nox », releve d’un groupe. Epopee s’adresse au peule ? lyrisme , individual.

Le lyrique et l’epique se retrouvent dans la dimension d;universalite ( voie la preface de Swige to vie' » next page des contemplations) Quand le poete parle de lui, il parle aussi de tous les hommes. Problematique : comment l’ecriture poetique ( avec le register lyriqure et epique ) se met au service d’une cause ? PLAN : un poeme engage Il. le register lyrique Ill. un poete prophete . un poeme engage a)le contexte politiqure le context e politique est connu des contemporains : tout est implicite et allusive. « bannis! « , « bannis apostrophe qui expose une riple repetition exclamative. Insistence, commence par 3 fois 2 syllabes.

Pluriel: hugo parle des tous les bannis de leur pays natal, exiles de leur volonte ou non,c’est impersonnel. V 31 « exil »; v 7 on parle du pays dans lequel on est ; v 13 « tyrans » , cela evoque pour les bannis napoleon Ill mais c’est allusive. On a ici un pluriel poetique , qui generalize pour eviter une situation trop precise. Ily a donc une volonte d’elargir. V 4 et 7, les chams lexicaus sont opposes, avec 2 expressions de 4 syllabes au debut du vers qui s’opposent :  » les jours mauvais » (z tyrannies) vs les temps heureux » (z avenir) Le contexte politique est donc claire, meme si il est allusive et implicite. ) la situation d’enonciation je + nous + vous (+ils) le poete ecrit depuis l’ile de jersey et dit « je » tres explicitement, v 19, faisant ainsi part de sa presence. C’est le seul verso u le poete s’exprime mais il le fait de facon insistante : 2 structures grammaticalement identiques occu ant chacun un hemistiche et avec un cote oral. Le « v aus bannis du v1 , il 2 hemistiche et avec un cote oral. Le « vous » s’adresse aus bannis du v1 il Sadresse a eux de facon simple et direct.

Mais a certains moment, il ne s’adresse plus a eux, comme des v1 a 12, ou il parle des bannis de facon generale, avec « ils » le poete tend a s’ldentlfier aux bannis, il s’inclue peu a peu deans le groupe , le « je » se confondant avec le « vous », qui donneront naissance au « nous » de la derniere strophe. V 32 « martyr » temoigne de l’opposition . vl 6, le « nous » designe le poete + tous les homes , les opposants. ON Remarque aussi une union dans la mort. Le poete a un langage allusive et poetique pour servire sa cause, suffisament clair, meme sans citer napoleon Ill.

Il ‘inclue manifestement dans les bannis, il est engage et marquee clairement son clan. Il. Le register lyrique a)LJne ecriture de l’emotion, affective le poete exprime des entiments grace a la de nombreux procedes lyrique: -phrases exclamative: v 1,6 (discours direct) , 18, 4eme strophe nombreuses phrases exclamatives nominales courtes mettant en valeur les mots. -apostrophe v23, le ! separant Falexandrin en deux temps, hemistiches, avec le  » O » litteraire et emphatique (qui grandit) -vocabulaire affectif traduisant des sentiments : « joyeux »v5 , « heureux » v7 , « plus fiers, plus beaux »v33.

Ces termes s’opssosent ux tyrans et au Malheur. b)le poete parle au nom de tous/ du singulier a runiversel le poete evoque se sentiments et parle au nom de tous, c’est le lyrisme du texte. Le poete etant lui meme un banni, il exprime ce que tous ressentent v1 + il ne parle 3 du texte. ressentent v1 + il ne parle qu’une seule fois de lui : il a moins le souci de sa personne que des banni, de tout les peoples: v7 « non pour la seule france », v26 « couvrant l’europe et vouvrant l’amerique », v8  » mais pour tous » , rejet mettant en valeur le principe de l’humanite.

On est bien dans le lyrisme et le souci d’evoquer le people rancais mais aussi mondial, avec aussi un cote epique. Ce poeme a une dimension tres large , un sentiment de liberte et de Bonheur exaltes. Ill. Un poète prophète a) L’avenir Les verbes sont pratiquement tous au futur: il y a une dimension de l’avenir. Opposition entre présent malheureux et avenir plein de bonheur. On ne sait pas quand cet avenir va arriver, mais on espère qu’il sera proche. L’auteur emploie le futur de l’indicatif, ce qui montre que l’avenir sera à coup sûr radieux. Cet avenir est décrit avec des images et un jeu d’oppositions.

V. 2-3: métaphore dll alexandrin avec une opposition entre ?apporta» (passé simple) et «sera» (futur), ainsi qu’entre «flux» et «reflux», qui évoque la marée (4 à 6 heures) qui se passe dans une journée (mot à la rime). Cela indique la rapidité avec laquelle se fera le changement de la tyrannie à la liberté. V. 10: bonheur heureux. L’avenir passe par la paix: v. 29 «colombes». Colombes est au pluriel alors qu’une seule suffit, il y a redondance Mais la paix s’accompagne aussi du jour, associé à la lumière, d’où le nom du poème, Lux: v. 13, 21, 30 (? ême ce qui est sombre sera éclairé) On note la 4 lumière, d’où le nom du poème, Lux: v. 3, 21, 30 (? même ce qui est sombre sera éclairé) On note la présence de la Nature, comme dans tout texte lyrique, v. 25. Il est développé l’idée que I’Humanité va être dans une dynamique de progrès continu vers le bonheur et la liberté. L’avenir radieux est exprimé largement, par des verbes, des métaphores, des symboles connus et tout un réseau d’images. Beaucoup de ces éléments du futur radieux sont liés à la religion (Dieu) et à la spiritualité (Ciel) b) La vision politique et religieuse V. 5, la lumière porteuse d’un bel avenir vient du ciel. Dieu er la Nature sont liés à cet avenir. Cette vision politique et religieuse chère à Hugo se retrouve aux v. 17, 18, 23, 24 et 25 V. 1 6: «gouffre» représente la situation politique actuelle, tyrannique. Mais le salut viendra par les hommes et Dieu. C’est ce qu’on voit v. 17 et 18, avec les deux expressions par allèles de 6 syllabes chacune. Chez Hugo, la démocratie repose donc sur la fraternité des humains et la paternité de Dieu. En effet, Dieu étant le créateur du monde, il a droit à l’autorité. Donc aucun homme ne peut prétendre à l’autorité sur un autre homme.

Ainsi, la paternité de Dieu empêche la monarchie et fonde la démocratie. Le poète a un statut à part, il est comme un prophète car quand il annonce et dit quelque chose, c’est comme s’il le faisait. Il a donc un rôle extraordinaire, au dessus des hommes, inspiré par Dieu. Ce texte a une valeur performative. La parole est acte. Le poète annonce l’avenir aux hommes et tient cette connaissance de S performative. La parole est acte. connaissance de Dieu. C’est là la conception d’Hugo de la poésie. Le poète guide les hommes vers un progrès politique et religieux.

Cette mission passe par la parole poétique, qui a une telle force qu’elle fera changer le monde et les hommes. Le prophète étant celui qui parle au nom de Dieu, le poète se met au dessus des hommes, juste après Dieu. V. 23, Hugo sent une présence divine dont il se fait l’interprète et qui permettra plus de bonheur sur Terre. V. 22: «serf», terme du Moyen-Âge, et «prolétaire», beaucoup plus moderne. C’est une vision sociale étonnante. Hugo croit à une résurrection des bannis, qui terminent la dimension religieuse. Tous seront réunis dans la mort, où ils se réveilleront (v. 35) ly a donc une évolution du gouffre obscur (v. 6), au tombeau puis à la résurrection et à la lumière (v. 5-36) Conclusion Cet extrait porte sur un sujet politique: les bannis par Napoléon Ill, qui était d’actualité au moment de l’écriture. Le poète s’exprime en son nom et parle au nom de tous les bannis, voire de tous les hommes en utilisant un registre lyrique et épique. Le poète donne une dimension exceptionnelle aux bannis. Ces opposants, l’Humanité qui souffre et tous les hommes connaîtront un avenir radieux. Le poète a ici un rôle de prophète annonçant l’avenir qui guide les hommes vers un progrès spirituel et social. Sa mission passe par la parole poétique.