L’Ouverture de la France aux échanges internationaux

L’Ouverture de la France aux échanges internationaux

Nous verrons donc la place occupée par la France dans la mondialisation des marchés, dans quelle mesure les variations du taux de change de la monnaie européenne peut engendrer p g es incidences sur so spécialisation de la F international. l. La place de la Franc t révolution de la ries du commerce rnationaux La France est fortement spécialisée dans les technologies de moyenne et haute gamme comme l’aéronautique, les produits de luxe ou encore la pharmaceutique qui lui permettent d’être moins sensible à la concurrence.

Toutefois, ce constat de performance engendre en parallèle une faiblesse sur bien d’autres secteurs, notamment l’industrie automobile qui connait un déficit de 8. 4 milliards d’euros alors que ce domaine était un point fort de la France auparavant. On constate surtout un important déficit (-54. 8%) pour les approvisionnements énergétiques. En 2013, le solde la balance des transactions courantes est déficitaire to Wew next page pour la 10ème année consécutive.

En enregistrant un taux d’importations plus fort que celui des exportations, le pays est en situation de besoin en financement c’est-à-dire que la France consomme et investit plus qu’elle ne produit. Face à l’essor des pays émergents comme la Chine, qui se place aujourd’hui

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
comme acteur majeur des échanges commerciaux, la France a, depuis plus de dix ans, perdu des parts de marché mportantes.

Cependant, au sein de l’OCDE, sans pour autant pouvoir concurrencer des pays comme l’Allemagne, les Etats unis ou encore l’Espagne, la part de marché de la France dans les exportations totales, reste globalement stable depuis 2010 malgré un fléchissement en fin de période, et se stabilise aux alentours de 6. 3%. Les flux annuels d’investissements rencontrent une forte réduction au niveau mondial. En France, ces flux représentaient 29 milliards d’euros en 2012 (contre 48. 8 milliards en 2010 ou encore 105,80 milliards en 2008).

Résultat de la crise financière de 2009, ces chiffres placent a France comme 1 1 ème investisseur mondial en 2012. Cette situation n’est toutefois pas complétement défavorable pour la France dont les groupes multinationaux détiennent plus de 33 300 filiales à l’étranger, cela permettant au pays de maintenir une place correcte sur le marché mondial. Il. Les conséquences du taux de change de la monnaie européenne sur les activités économiques des entreprises françaises Le taux de change correspond au cours de la devise d’un pays par rappor 2 des entreprises françaises rapport à un autre.

Son évolution a une influence sur les décisions t les flux commerciaux des entreprises car il influence le prix réel des produits importés et exportés. Si celui-ci augmente, il renchérit les exportations et diminue le prix des importations. En France, le taux de change est déterminé par l’offre et la demande de chacune des deux monnaies : si la demande dépasse l’offre, le cours de la monnaie augmente. un euro fort pénalise les exportations de la France car ses produits de moyenne gamme renforce les capacités des concurrents à entrer dans le commerce international.

La vigueur de l’euro pousse les entreprises de la zone euro et otamment la France, à réduire leur prix de vente à l’étranger, ce qui réduit ses profits et la croissance de son activité économique. Toutefois, un euro fort présente également des points forts en limitant notamment l’impact de la hausse du prix des matières premières. Ainsi, la force de l’euro permet à l’Europe et donc à la France d’atténuer le coût de sa dépendance énergétique.

Il en va de même pour les autres matières premières qui font partie du processus de production des entreprises européennes. Il en résulte une réduction des coûts de production pour les ntreprises faisant appel à des produits étrangers échangés en dollars notamment Enfin, pour les particuliers, un euro fort est un avantage visible lors de voyages dans des pays dont les mo 3 les particuliers, un euro fort est un avantage visible lors de voyages dans des pays dont les monnaies suivent l’évolution du dollar alors que les pouvoirs d’achat sont assez proches.

Concernant les produits haut de gamme dont la France détient le monopole tels que les produits de luxe (parfums, cosmétiques, vins spiritueux… ), un euro fort la pénalise car elle vend ses roduits en dollars hors union européenne. Cette situation peut engendrer le risque majeur pour certaines entreprises d’être poussées à se délocaliser pour réduire leurs coûts lorsque le niveau élevé de l’euro pénalise les exportations. Ill.

L’Evolution de la spécialisation de la France au regard des théories du commerce international La spécialisation est un puissant facteur de croissance, cela impliquant que chaque pays va pouvoir échanger sur le produit pour lequel il est le plus performant. La stratégie française est d’abandonner les productions à faible aleur ajoutée et intensives en main d’œuvre peu qualifiée (ce fut le cas pour le secteur du textile notamment) pour se concentrer sur les technologies moyennes et haute gamme pour lesquelles elle est considérée comme puissance mondiale.

Les produits pharmaceutiques continuent d’accroitre, notamment grâce au dynamisme des ventes de vaccins vers l’Union Européenne et l’aéronautique restent un secteur fort, peu sensible à la concurrence et aux évolutions de prix. A contrario, la France a rencontré des difficultés pour les secteurs de l’automobile et de la métallur 4 ontrario, la France a rencontré des difficultés pour les secteurs de l’automobile et de la métallurgie en affichant respectivement des déficits de -8. 4 et -6. % milliards d’euros. Le secteur de l’automobile, pour lequel, la France était auparavant leader, est aujourd’hui un de ses points faibles du fait de la forte concurrence qui s’est développée dans ce secteur. Face à ces évolutions sectorielles, la France s’est concentrée sur le secteur de l’aéronautique, qui va représenter de ses exportations. De même, le pays se place comme leader mondial sur l’industrie e luxe et les produits touchés par des appellations (vins, spiritueux, parfums… pour lesquels la concurrence n’existe pas ou peu : les entreprises françaises recensent un quart du chiffre d’affaires mondial du secteur. La France est le 1er producteur mondial de vins et spiritueux. L’exportation de vins vers la Chine marque ainsi le pas. Elle est par ailleurs le plus grand producteur agricole de union européenne et Les exportations agricoles rebondissent en dépit d’une chute du prix du blé et du mais car elles sont tirées par les ventes de céréales à l’Union européenne et à l’Afrique du Nord.

Il est évident que cette performance reflète en parallèle une faiblesse sur d’autres secteurs comme la métallurgie, le textile.. La France a ensuite réorienté ses exportations vers la zone dynamique à fort potentiel qu’est l’Asie mais cela ne représentait qu’un faible taux global des exportations, environ 10%, contre aujourd’hui S cela ne représentait qu’un faible taux global des exportations, environ 10%, contre aujourd’hui.

Les exportations vers l’Amérique sont moins dynamiques et ne sont pas rentables, ce qui n’est pas compensé par les exportations vers l’Asie. La France doit donc encore faire des efforts pour pénétrer des nouveaux marchés et se placer comme acteur majeur face aux marchés porteurs en faisant preuve d’innovation, en dirigeant notamment ses exportations vers les pays en forte croissance et en multipliant les PME françaises pour qu’elles deviennent plus compétitives à l’étranger et en mettant en place de nouvelles possibilités de financement.

En définitive, le commerce extérieur de la France a su trouver sa place en abandonnant des secteurs peu porteurs et en se spécialisant dans des secteurs pour lesquels elle se montre leader otamment les produits de luxe et la cosmétiques. La société Les Fragrances du Sud, PME qui propose des parfums, bougies et des huiles essentielles, peut aisément trouver sa place dans le marché international car son secteur d’activité relève d’une spécialisation dans le commerce français.