Lise Monnier SN13 Dev2

Lise Monnier SN13 Dev2

Modèle de copie Word (à partir de la version 2007) Références du devoir Matière : Sciences de la Vie et de la Terre Code de la matière : SN 13 NO du devoir : SNI 3-DEVOIR 02 (tel qu’il figure dans le fascicule devoirs) Pour les devoirs de langues étrangères, précisez LVI, LV2 ou LV3 : Vos coordonnées Indicatif : 213-40-033 Nom : MONNIER prénom : LISE Ville de résidence : pays (si vous ne résid or 5 Sni* to View leclic Double-cliquez dans les zones bleues pour saisir les différentes informations demandées puis commencez à saisir votre devoir en page 2.

Nom du professeur correcteur • Note : Guilpain 08/20 Observations générales du correcteur : Ensemble trop juste, des erreurs dans le qcm et un paragraphe argumenté dont il faut revoir la méthode. Reprenez le corrigé. à saisir votre devoir ci-dessous . 5/10 EXERCICE 1 : Dans un écosystème naturel • La source d’énergie initiale est le soleil. Cl Les matières organiques sont recyclées. + la photosynthèse permet la Pl Dans un réseau trophique : C] La biomasse des herbivores est supérieure à celle des carnivores. Le nombre de niveaux trophiques est limité. Dans un agrosystème :

Les engrais permettent d’augmenter la

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
qualité de la production. C] La source d’énergie initiale est le travail humain. non faux L’augmentation des rendements depuis 1950 Est liée à l’utilisation massive des engrais depuis cette date. Cl Est liée à la sélection de variétés performantes. L’emploi d’intrants en agriculture : n Permet d’atteindre des objectifs de production essentiellement quantitatifs. Cl A des conséquences parfois néfastes sur l’environnement. *AGF 9 rif s de production. Les élevages . C] Sont très consommateurs de surfaces et d’eau. Sont efficaces dans le cadre d’une gestion durable des essources.

Les habitudes alimentaires d’un individu : Ont un coût énergétique. D Peuvent être raisonnablement modifiées pour tenir compte d’une gestion durable des ressources. 4 définissent des pratiques… + diffèrent.. 3/10 EXERCICE 2 : Les pesticides sont utilisés en quantités considérable depuis plus dun demisiècle par l’agriculture intensive. On retrouve des résidus de pesticides partout: dans l’eau, dans l’air, le brouillard et dans l’eau de pluie. Ces pesticides posent un véritable problème de santé publique, pour la population, mais aussi particulièrement pour les utilisateurs.

Le document 1 est un extrait d’un article de quotidien parut le 13 février 2012. Il nous apprend qu’un agrlculteur dans le Charentais a eu des problèmes médicaux suite à l’utilisation de rherbicide Lasso produit par le géant américain Monsanto. Cet agriculteur s’est intoxiqué à cet herbicide, ce qui montre bien que l’utilisation n’était pas indiquée sur l’étiquette du Lasso, ce qui a donc engendré la condamnation de Monsanto. Le document 2 est un extralt d’un rapport de rlNRERlS (Institut national de l’environnement industriel et des risques).

Japrès ce texte, des effets aigus éversibles se sont manifestés sur un enfant de 2 ans ayan ingéré 5 à 10 ml de chlorobenzène. Ce liquide engendre des troubles du système nerveux central, comme le prouve les effets négatifs ressentis par cet enfant. Ce document nous montre donc que même une personne qui n’utilise pas de pesticide, si elle y est exposée sur une durée minimale au moins, a de fortes chances d’avoir des problèmes médicaux par la suite, comme par exemple des troubles du système nerveux, ou encore des dermatites eczématiformes etc…

Le document 3 est un tableau regroupant les résultats d’études enées en 2003. Ces études scientifiques consistent à mettre en évidence des effets de pesticides agricoles sur la santé humaine. Elles ont été menés sur des urbains et des ruraux. On constate un fait majeur tel que les individus urbains ont en moyenne 106,4 millions de spermatozoldes par mL de sperme contrairement aux individus ruraux qui n’en possèdent que 23,9 millions environ. Le pourcentage de spermatozoïdes mobiles suit donc la logique du fait précédent ; les urbains en ont en moyenne 56,4% contre pour les ruraux. On remarque également que la fréquence des