l’innovation en france

l’innovation en france

En décembre 2013, le président Hollande déplorait que la France ne soit que « le 11 ème pays européen sur 28 pour l’innovation » en s’appuyant sur des chiffres de la Commission. Ce classement est pourtant discutable : l’Indice mondial de l’innovation classe au contraire I’Hexagone 22e et Thomson Reuters Be. Retrouvez chaque mois la rubrique « Chiffre choc, idée Fausse » dans Enjeux les Echos. Le chef de l’Etat s’appuyait sur le tableau de bord de l’Union de l’innovation 2013 publié par la Commission européenne.

Les résultats 2014 sont encore pires : la France est désormais 18e et ntègre le deuxième des quatre groupes, celui des « suiveurs de p g l’innovation Et côto l’Irlande, le Luxembo Slovénie. Le classement se fon Chypre, l’Estonie, ume-Uni et la is en trois catégories : outils (RH, efficacité des systèmes de recherche, financements), activités des entreprises (investissements, collaborations et entrepreneuriat, capital intellectuel) et résultats (impact pour l’économie globale).

Les performances françaises, qui progressaient jusqu’en 2010, pâtissent depuis de « la plus faible présence d’entreprises à forte croissance dans des secteurs nnovants », de la faiblesse des dépenses d’innovation hors R&D et de l’insuffisance des exportations de services axés sur les savoirs. Une France peu moderne et en

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
retard En donnant Himage d’une France moins moderne et en retard sur l’innovation comparée à ses grands concurrents, il nuit nuit à I ‘attractivité du pays.

Ce que tend aussi à accréditer l’Indice mondial de l’innovation (Gll) établi depuis sept ans par l’Insead, avec l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) et l’université Cornell : dans la dernière édition parue le 18 Juillet 2014, la France s’y classe 22e sur 143 pays dans le onde. Mais ces chiffres sous-estiment les performances des entreprises. D’autres études sont nettement plus favorables pour l’Hexagone, notamment celle sortie chaque année par Thomson Reuters.

Derrière les Etats-Unis et le Japon, la France y est même championne d’Europe (édition 2013) ! Motif : l’accent est mis sur les entreprises et leurs brevets, et non sur les critères quasi sociétaux de la Commission et de l’Insead (éducation, conditions d’investissement, état d’esprit du pays). 12 Françaises parmi les 100 sociétés les plus innovantes du monde Dans ce classement-ci, la France héberge 12 des 100 rganisations les plus innovantes : L’Oréal, Alcatel, Airbus, Michelin, Valeo, Thales, Safran, Saint-Gobain, Arkema, mais aussi le CEA, le CNRS et IFP Energies nouvelles.

Ces groupes ont de fortes dépenses de R&D :2,2% du PIB en 2012, soit plus que la moyenne mondiale et que la moyenne OCDE (1 comme le souligne Booz & Co. Si l’Etat soutient Pinnovatlon (pôles de compétitivité, crédit-impôt recherche), les dépenses en du secteur privé sont plus faibles qu’au Japon, en Corée du Sud, aux Etats-Unis ou en Allemagne. Et sont moins tournées vers le développement expérimental. 2