L’expiation

L’expiation

Il neigeait. On était vaincu par sa conquête. Pour la première fois l’aiglel baissait la tête. Sombres jours ! L’empereur revenait lentement, Laissant derrière lui brûler Moscou fumant. Il neigeait. L’âpre hiver fondait en avalanche. Après la plaine blanche une autre plaine blanche. On ne connaissait plus les chefs ni le drapeau. Hier la grande armée, et maintenant troupeau. On ne distinguait plus les ailes2 ni le centre. Il neigeait. Les blessés s’abritaient dans le ventre Des chevaux morts ; au seuil des bivouacs désolés to View On voyait des clairon Restés debout, en sel Collant leur bouche e Boulets, mitraille, Ob

Pleuvaient ; les grena or 10 Ivre, de cuivre. blants, Marchaient, pensifs, la glace leur moustache grise. Il neigea•t, il neigeait toujours ! La froide bise Sifflait ; sur le verglas, dans des lieux inconnus, On n’avait pas de pain et l’an allait pieds nus. Ce n’étaient plus des cœurs vivants, des gens de guerre, Cétait un rêve errant dans la brume, un mystère, une processlon d’ombres sur le ciel noir. La solitude, vaste, épouvantable à voir, Partout apparaissait, muette vengeresse. Le ciel faisait sans bruit avec la neige épaisse Pour cette immense armée un immense linceul ; Et, chacun

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
se sentant mourir, on était seul.

Victor Hugo, Les Châtiments, Exp’at Expiation Ce texte raconte la retraite de Russie. 1812, Napoléon 1er poussé par sa soif de conquête et maître de la moitié de l’Europe se lance à l’assaut de la Russie. Il n’obtient pas la victoire, et l’hiver arrive. Après avoir saccagé Moscou, il doit faire demi-tour. La retraite est terrible, d’autant plus qu’elle suit l’humiliation de la défaite, et se poursuit par la terrible boucherie de la Bérézina. De retour en France [‘Empereur dira qu’il n’a été vaincu que par le froid. Hitler 1 50 ans plus tard n’en tirera pas les leçons, et s’enlisera lul aussi sur le front russe

Corrigé du texte de Victor Hugo tiré des Châtiments, « Expiation » Orthographe et syntaxe : Pour passer d’un registre familier à un registre courant, penser ? remplacer systématiquement : plein de, par beaucoup de ; malgré que, par bien que ; baser sur, par fonder sur ; quand même, par néanmoins ; stopper, par arrêter ; tout le temps, par toujours ; quelques fois, par parfois. Attention aux participes passés des verbes du deuxième et troisième groupe J’ai déçu, déchu, j’ai puni, j’ai vécu, j’ai voulu, j’ai pu, j’ai choisi, j’ai enseveli, j’ai envahi Cf. elle a été déçue, punie, vécue, voulue, pue, choisie, ensevelie, nvahie par contre au passé simple ou au présent pour les verbes du 2e groupe : il déçut, il déchut, il vécut, il voulut, il put, il choisit, il ensevelit, il envahit IL y a toujours trop de phrases sans verbes Masculin/féminin : une atmos hère Le substantif qui correspo froid est « le froid PAGF 10 Masculin/féminin : une atmosphère Le substantif qui correspond à l’adjectif froid est « le froid », ? affreux, « l’horreur » ou « l’effroi », ou l’expression « le caractère affreux Méthode : quand on travaille sur la valeur des temps, on peut se contenter de citer les vers où se trouvent les verbes au temps qui nous ntéresse, sans en faire la liste complète. On ne commence jamais une phrase sur une citation. On commente systématiquement un procédé stylistique de la tation que l’on vient de faire. Pour cela il faut obligatoirement utillser un terme technique ou faire référence à un procédé précis. pour éviter l’extrapolation : il faut toujours avoir plusieurs éléments pour prouver une interprétation. Sil n’y en a qu’un, il est difficile d’être certain que ce n’est pas subjectif. Mise en page : pour plus de clarté : Sauter deux lignes entre l’introduction et le développement et entre le développement et la conclusion

Sauter une ligne entre chaque axe de lecture Aller à la ligne entre chaque paragraphe argumenté Supprimer définitivement les on et les nous dans un premier temps. A terme on peut en accepter un ou deux dans une copie, pas plus. « On remarque que « on voit que Y, « le texte dit que conduisent souvent à la paraphrase. Ne jamais oublier de commenter le titre et son rapport avec le texte. Revoir : l’analyse de l’épique l’analyse d’une description les caractéristiques du récit, en particulier les points de vue, les discours rapportés, la présentation du temps, de l’espace. 10 vue, les discours rapportés, la présentation du temps, de ‘espace.

Liste commentée des problématiques : Un poème romantique : trop large, correspond à tous les textes romantiques, ne tient pas compte de la spécificité du texte Napoléon est un criminel qui mérite d’être puni : mal formulé, car n’est pas un problème littéraire jusqu’où le poète engagé peut il aller dans la critique ou comment la critique du poète engagé s’inscrit-elle dans le récit épique ? Ce poème a des caractéristiques épiques mais non glorieuses : mal formulé, confus, et peu précis en quoi ce texte constitue- t-il une contre épopée ou une anti-épopée / comment Hugo inverse-t-il les valeurs épiques ? Sensibiliser aux souffrances des soldats pour mieux accuser Napoléon : mal formulé, pas assez précis ni littéraire comment Hugo utilise-t-il le pathétique au profit de la critique ? Quel est le lien avec le titre ? : peut-être intéressant, mais semble réducteur. Quels sont les différents aspects de cette description ? trop général, se pose pour tous les textes descriptifs. La lutte contre des éléments plus épuisants que ‘homme / Comment une terre hostile a raison de ses envahisseurs: ce ne sont pas un problème littéraire le fonctionnement de l’épique (pbi elle-même réductrice, car correspond à tous les textes ?piques) Ou : Comment Hugo fait de la nature un véritable personnage. Pbi difficile car il faut y placer tous les éléments du texte. Nature tragique du texte : insister sur le tragique est au mieux dangereux car réducteur, au p 0 dangereux car réducteur, au pire un contresens si on oublie que le tragique se définit par l’écrasement sous une fatalité.

Relevé vers à vers : Ce travail est très utile pour réviser les figures de style : Rythme : phrase très courte, deux mots trois syllabes, en début de vers. Rupture immédiate du rythme de l’alexandrin, effet très fort. Constat très brutal. Imparfait de durée et de répétition, comme se voit dans le reste du texte. Important pour le pathétique et le tragique. Asyndète : pas de mot de liaison entre les deux phrases, rend la causalité entre les deux phrases encore plus brutale. « on » : désigne l’empereur, l’armee, mais aussi indirectement le lecteur, effet de point de vue interne, augmente le pathétique : le sort de l’armée est jusqu’au bout celui de son général dans la victoire comme la défaite, et le lecteur partage ce sort malgré lui.

Antithèse : vaincu/ conquête, voc de la guerre, dimension épique, souligne le paradoxe qui s’explique par la remière phrase mise en relief, lien avec le titre • expiation. Tout le reste du texte ne fera que développer ce thème. Cctemps en début de vers : souligne que le fait est exceptionnel. Thèmes épiques inversés : conquête défaite, exploit grandiose et unique défaite unique et dramatique, figure de Paigle, = symbole de victoire du général dans une posture d’humillation. épopée inversée initie la critique : Napoléon est victime de sa démesure, la fatalité le p PAGF s 0 démesure, la fatalité le punit. Dimension tragique. Mètre : alexandrin à rimes plates, mètre de l’épopée.

Le nom ‘alexandrin vient du fait que ce vers et utilisé pour la première fois dans une épopée qui raconte les exploits d’Alexandre le Grand. Va aussi jouer un rôle dans le pathétique, effet de répétition de la neige qui tombe lentement et recouvre tout. Rythme très lent et régulier. oxymore + pluriel épique : jeu sur la lumière qui ne vient que de la neige, même le soleil refuse le réconfort dû à l’armée. Pathétique accentué par la phrase nominale, déjà un cri de désespoir, cf. la ponctuation forte. L’empereur, après l’aigle : les termes sont de moins en moins élogieux, de plus en plus banal, effet de la défaite. Le héros perd toute dimension épique.

Cette inversion se lit aussi dans le mouvement : lenteur du vers en écho avec l’adverbe lentement placé en fin de vers à une position forte, trois mots de trois syllabes, rythme très régulier, allitération des nasales, syllabes longues qui ralentissent encore, allonge l’humiliation et la défaite. rappel des faits, la seule lumière vient de derrière lui, flamme, effet de clair-obscur, augmente le pathétique. La lumière est voilée par la fumée. V 5-6 • répétition du vers 1, donc répétition des procédés. Effet de rythme lancinant : la neige rythme le texte, l’armee est sous les ttaques incessantes d’un ennemi insidieux et omniprésent. La neige devient alors le véritable héros de Pépopée, l’ 6 0 d’un ennemi insidieux et omniprésent. La neige devient alors le véritable héros de l’épopée, l’instrument du destin, le bourreau de l’expiation.

Développement du thème : hiver, fondre, avalanche, répétition des plaines blanches : aucun relief, la neige noie tout, rappel de sa dimension liquide, désespoir s’immisce. Les césures à l’hémistiche double l’effet dune chute continue extrêmement régulière de la neige. oujours présence des voyelles longues. v 7-9 ontre épopée : champ lexical de la guerre, adjectif grande. Toujours point de vue interne : on, qui implique encore plus le lecteur. Changement radical : parallélisme, adv hier/maintenant, métaphore animale, souligne le désordre, contraste avec l’adj grande. perte des caractéristiques épiques. Toujours césure à l’hémistiche pour souligner le contraste. Multiplication des parallélisme ni ni v 10-11 : répétition de il neigeait, mêmes remarques, effet d’amplification.

Enjambement : soulignent le désordre de l’armée, qui atteint le vers. Permet de mettre en valeur le mot ventre, terme qui n’appartient pas au registre épique. Image effroyable, effet d’attente : quel ventre ? chevaux = encore inversion épique : le cheval = symbole de la rlchesse, de la noblesse, de la prestance des soldats les plus prestigieux : la cavalerie. Bivouacs désolés : paradoxe = lieu du réconfort et de la chaleur, qui devient un lieu de solitude. v 12-14: image : longuement développée sur trois vers. Fonctionne comme un exemple choisi pour accentuer le pathétique. Vb introduction : on voy 7 0 trois vers. Fonctionne comme un exemple choisi pour accentuer le pathétique.

Vb introduction : on voyait, introduit l’image. Caractéristiques : immobilité, silence, couleur, puis métaphore ouche en pierre métaphore filée du soldat-statue. Effet accentué par opposition pierre/cuivre à la coupe : de matière, de couleur ne reste que leur instrument : la malédiction ne touche que les vivants. Introduit le deuxième thème en gradation . la mort. accumulation des termes guerriers, rappel épique, détruit par le mélange avec la neige. Dimension antithétique entre feu et eau, or eau ici plus dangereuse, montre dimension fantastique de cette neige, qui est véritablement le châtiment divin, l’instrument de l’expiation.

Rejet : pleuvaient, joue sur cette opposition : le feu devient de ‘eau qui pleut. Réactualise une vieille métaphore. v 16 ; autre exemple après les clairons, donne plus d’humanité à cette armée, donc plus de pathétique. Souligne l’exception paradoxe, sont courageux n’ont jamais tremblé, tremblement de froid, mais aussi de peur. Joue sur les différentes connotations du terme. Rejet : met en parallèle le mouvement de la pluie incessant, et la marche des hommes Incessantes, l’un oblgeant l’autre avec la même répétition. Moustache de glace, pensifs : apparaissent comme des automates, aucune volonté propre. Couleur = gris, et blanc uniforme. v 17 : la neige toujours.

Gradation : répétition du terme, dépasse l’hémistiche, la neige s’étend sur le vers, prend de plus en plus de place. Cri d’effroi et de déses 0 place. Cri d’effroi et de désespoir. Cette neige est la seule chose qui marque l’écoulement du temps et des jours en l’absence de lumière. Dimension hyperbolique de cet élément naturel, omniprésent ira jusqu’à ‘évocation de l’immense linceul avec répétition et le parallélisme du vers 27. Proposition de plan trouvé dans des copies Pbi : une épopée inversée I Caractéristiques épiques Définition de l’épopée : longue narration poétique dans laquelle ne collectivité à travers les exploits de ses héros exprime ses valeurs. arrateur omniscient + on = homo vers caractéristique de l’épopée : cf étymologie d’alexandrin, et effets épiques un mande hyperbolique, utilisation des pluriels épiques exagération de Padversaire ici le froid omniprésent et menaçant texte caractéristique de l’épopée Il dimension politique et critique Dénonciation virulente de Napoléon analyse du titre la bataille qui devrait être héroïque est une défaite humiliante (aigle) métamorphose, contraste entre vision de l’armée et ce qu’elle était athétique : cri de désespoir des soldats qui deviennent des morts vivant, uniformité : tout est blanc, plus rien ne se distingue, effet de chute : insistance sur une solitude pire que la mort. critique de l’empereur et de sa démesure qui entraîne une armée dans sa punition Conclusion : révolte et dimension alitique des Châtiments, ‘a même pas fait cela. critique attaque aussi Nap Châtiments, critique attaque aussi Napoléon Ill qui n’a même pas fait cela. Mais dépasse le cadre de I’Histoire, car le point de vue du poète est plus subjectif, et la poésie modifie les événements par es images qu’elle cherche à exprimer. Pbi : véritable ennemi ?

I Neige et conditions climatiques extrêmes – anaphore de « il neigeait » – omniprence de l’eau, sentiment de noyade – uniformité à l’infini – effet de destruction : par exemple dans le vers avec les rejets, mais monobloc comme la neige l’ennemi est derrière mais aussi devant, omniprésent, oppressant plus encore que les hommes = expiation Il Solitude des troupes unité de la forme, mais discontinuité des troupes qui s’éparpillent, troupeau opposition avec le passé : hier grande armée, cftravail sur les vers durée : imparfait, épreuve interminable éparation entre l’empereur au début, et les soldats tout le reste du poème, l’aige est victime de sa démesure s’étend sur ses soldats qui n’ont plus rien, s’achève sur tonalité funèbre. l’expiation est celle de Napoléon, mais aussi des hommes qu’il entraîne avec lui. Son ambition est le véritable ennemi. Conclusion : tableau très vivant d’une défaite, qui fonctionne par une inversion de l’épique à travers une réflexlon sur l’ennemi. = horreur de cette campagne, et image d’une Russie inbattable grâce à des alliés puissants, à qui ne se méfie pas de son ambition. Hitler fera la même erreur.