lettres persanes

lettres persanes

Proposition pour la commande : quels textes littéraires pour l’objet d’étude les philosophes des lumières ? Auteur : MONTESQUIEU Œuvre : Les lettres persanes Thèmes abordés : crltique de la société (la vie parisienne , la mode ) : critique des institutions ( la politique , la religion ) Choix des extraits En s’appuyant sur la littérature du passé , l’élève ou le lecteur peut mieux comprendre le monde contemporain et se construire . Ces extraits permett société . Lettre : XXIV RICA Al Lettre : XXX Commen Lettre : C RICA A RED itique sur notre or7 Sni* to View Documents d’accompagnement

Photographie de la ville (Paris) des vêtements de la mode Louis XVI (tableau ) ACTIVITES POSSIBLES Objectif général : jeter un regard crltique sur son mode de vie pour mieux comprendre les autres . Problématique : quelle stratégie est mise en place par MONTESQUIEU pour critiquer la société et les institutions ? Quelques pistes 10 SEANCE dans un tableau les idées intéressantes 20 SEANCE Dominante lecture / oral Lecture cursive des 3 lettres de MONTESQUIEIJ DEMANDER ALIX ELEVES D’ETABLIR LE RAPPORT ENTRE LEURS LETTRES ET LES TROIS PHOTOS Qui est MONTESQUIEU ?

Présentation générale des lettres persanes (par le rofesseur)

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
30SEANCE Comment l’auteur procède t-il- pour critiquer ? Analyse des trois documents 40SEANCE Ecriture A votre tour vous vous mettez dans la peau d’un extraterrestre arrivé sur la planète terre qui écrit a l’un de ses amis pour lui raconter comment vivent les Hommes sur terre Commentaire littéraire de la Lettre persane XXIV – 2 Nous sommes à Paris depuis un mois, et nous avons toujours été dans un mouvement continuel.

Il faut bien des affaires avant qu’on soit logé, qu’on ait trouvé les gens à qui on est adressé, et qu’on se soit pourvu des choses nécessaires, qui manquent toutes à la fois. Paris est aussi grand qu’Ispahan: les maisons y sont si hautes, qu’on jugerait qu’elles ne sont habitées que par des astrologues. Tu juges bien qu’une ville bâtie en l’air, qui a six ou sept maisons les unes sur les autres, est extrêmement peuplée; et que, quand tout le monde est descendu dans la rue, il s’y fait un bel embarras. Tu ne le croirais pas peut-être, depuis un mois que je suis ici, je n’y ai encore vu marcher personne.

Il n’y a pas de pens au monde qui PAGF9œF7 je suis ici, je n’y ai encore vu marcher personne. Il n’y a pas de gens au monde qui tirent mieux partie de leur machine ue les Français; ils courent, ils volent: les voitures lentes d’Asie, le pas réglé de nos chameaux, les feraient tomber en syncope. Pour moi, qui ne suis point fait à ce train, et qui vais souvent à pied sans changer d’allure, j’enrage quelquefois comme un chrétien: car encore passe qu’on m’éclabousse depuis les pieds jusqu’à la tête; mais je ne puis pardonner les coups de coude que je reçois régulièrement et périodiquement.

Un homme qui vient après moi et qui me passe me fait faire un demi-tour; et un autre qui me croise de l’autre côté me remet soudan où le premier m’avait pris; et je ‘ai pas fait cent pas, que je suis plus brisé que si j’avais fait dix lieues. Ne crois pas que je puisse, quant à présent, te parler à fond des moeurs et des coutumes européennes: je n’en ai moi-même qu’une légère idée, et je n’ai eu à peine que le temps de m’étonner. Le roi de France est le plus puissant prince de l’Europe.

Il n’a point de mines d’or comme le roi d’Espagne son voisin; mais il a plus de rlchesses que lul, parce qu’il les tire de la vanité de ses sujets, plus inépuisable que les mines. On lui a vu entreprendre ou soutenir de grandes guerres, n’ayant d’autres fonds que des titres d’honneur ? vendre; et, par un prodige de l’orgueil humain PAGF3C,F7 à vendre; et, par un prodige de l’orgueil humain, ses troupes se trouvaient payées, ses places munies, et ses flottes équipées. D’ailleurs ce roi est un grand magicien: il exerce son empire sur l’esprit même de ses sujets; il les fait penser comme il veut.

S’il n’a qu’un million d’écus dans son trésor et qu’il en ait besoin de deux, il nia qu’à leur persuader qu’un écu en vaut deux, et il le croient. Sil a une guerre difficile à soutenir, et qu’il n’ait point d’argent, il n’a qu’à leur mettre dans la tête qu’un morceau de papier est de ‘argent, et ils en sont aussitôt convaincus. l’ va même jusqu’à leur faire croire qu’il les guérlt de toutes sortes de maux en les touchant, tant est grande la force et la puissance qu’il a sur les esprits.

Commentaire littéraire de la Lettre persane XXX (30) Les habitants de Paris sont d’une curiosité qui va jusqu’? l’extravagance. Lorsque j’arrivai, je fus regardé comme si j’avais été envoyé du ciel: vieillards, hommes, femmes, enfants, tous voulaient me voir. Si je sortais, tout le monde se mettait aux fenêtres; si j’étais aux Tuileries, je voyais aussitôt un cercle se former autour de oi; les femmes mêmes faisaient un arc-en-ciel nuancé de mille couleurs, qui m’entourait.

Si j’étais aux spectacles, je voyais aussitôt cent lorgnettes dressées contre ma figure: enfin jama Si j’étais aux figure: enfin jamais homme n’a tant été vu que moi. Je souriais quelquefois d’entendre des gens qui n’étaient presque jamais sortis de leur chambre, qui disaient entre eux: Il faut avouer qu’il a l’air bien persan. Chose admirable! Je trouvais de mes portraits partout; je me voyais multiplié dans toutes les boutiques, sur toutes les cheminées, tant on craignait de ne m’avoir pas ssez vu.

Tant d’honneurs ne laissent pas d’être à la charge: je ne me croyais pas un homme si curieux et si rare; et quolque j’aie très bonne opinion de moi, je ne me serais jamais imaginé que je dusse troubler le repos d’une grande ville où je n’étais point connu. Cela me fit résoudre ? quitter l’habit persan, et à en endosser un ? l’européenne, pour voir s’il resterait encore dans ma physionomie quelque chose d’admirable. Cet essai me fit connaître ce que je valais réellement. Libre de tous les ornements étrangers, je me vis apprécié au plus juste.

J’eus sujet de me plaindre de mon tailleur, qui m’avait fait perdre en un instant l’attention et l’estime publique; car j’entrai tout à coup dans un néant affreux. Je demeurais quelquefois une heure dans une compagnie sans qu’on m’eût regardé, et qu’on m’eût mis en occasion d’ouvrir la bouche; mais, si quelqu’un par hasard apprenait à la compagnie que j’étais en occasion d’ouvrir la bouche; mais, si quelqu’un par hasard apprenait à la compagnie que j’étais Persan, j’entendais aussitôt autour de moi un bourdonnement: Ah! ah! monsieur est Persan? C’est une chose bien extraordinaire! Comment peut-on ?tre Persan?

A paris, le 6 de la lune de Chalval, 1712. Commentaire littéraire de la Lettre persane C (100) Je trouve les caprices de la mode, chez les Français, étonnants. Ils ont oublié comment ils étaient habillés cet été; ils ignorent encore plus comment ils le seront cet hiver: mais surtout on ne saurait croire combien il en coûte ? un mari, pour mettre sa femme à la mode. Que me servirait de te faire une description exacte de leur habillement et de leurs parures? Une mode nouvelle viendrait détruire tout mon ouvrage, comme celui de leurs ouvriers; et, avant que tu eusses reçu ma ettre, tout serait changé.

Une femme qui quitte Paris pour aller passer six mois à la campagne en revient aussi antique que si elle s’y était oubliée trente ans. Le fils méconnait le portrait de sa mère, tant l’habit avec lequel elle est peinte lui parait étranger; il s’imagine que c’est quelque Américaine qui y est représentée, ou que le peintre a voulu exprimer quelqu’une de ses fantaisies. Quelquefois les coiffures montent insensiblement; et une révolution les fait descendre tout à coup. Il a été un temps que le montent insensiblement; et une révolution les fait descendre tout ? coup.

Il a été un temps que leur hauteur immense mettait le visage d’une femme au milieu d’elle-même: dans un autre, c’était les pieds qui occupaient cette place; les talons faisaient un piédestal, qui les tenait en l’air. Qui pourrait le croire? Les architectes ont été souvent obligés de hausser, de baisser et d’élargir leurs portes, selon que les parures des femmes exigeaient d’eux ce changement; et les règles de leur art ont été asservies à ces fantaisies. On voit quelquefois sur un visage une quantité prodigieuse de mouches, et elles disparaissent toutes le lendemain.

Autrefois les femmes avaient de la taille, et des dents; aujourd’hui il n’en est pas question. Dans cette changeante nation, quoi qu’en dise le critique, les filles se trouvent autrement faites que leurs mères. Il en est des manières et de la façon de vivre comme des modes: les Français changent de moeurs selon l’âge de leur roi. Le monarque pourrait même parvenir à rendre la nation grave, s’il l’avait entrepris. Le prince imprime le caractère de son esprit à la cour, la cour à la ville, la ville aux provlnces. L’âme du souverain est un moule qui donne la forme à toutes les autres. De paris, le 8 de la lune de Saphar, 1717.