L’Etranger de Camus

L’Etranger de Camus

Camus : L’étra ‘expérience intéri Siècle OF p g rançaise du 20e définit comme « Ce monde en lui-même n’est pas raisonnable, c’est tout ce qu’on peut en dire. Mais ce qui est absurde, c’est la confrontation de cet irrationnel et de ce désir éperdu de clarté dont l’appel résonne au plus profond de l’homme. » (Camus, Le Mythe de Sisyphe). La mystique de l’immanence est quand à elle définie par D. Acke comme étant « L’image de l’immersion du moi dans le monde, dans l’univers, dans le tout, et semble faire barrage à tout élan vertical en direction de la transcendance. ?? (Acke, 9) Ces deux piliers seront analysés à travers l’Etranger de Camus en tenant compte du caractère existentiel de Camus, car celui ci est la base de l’expérience du moi qui s’accorde avec l’immanence. Tout d’abord une présentation et situation de l’ouvrage seront données pour comprendre le contexte et la philosophie de Camus. Par après le titre sera expliqué car il porte très souvent ? confusions et a fait Fobjet de nombreuses études. Ensuite la structure du roman sera étudiée, car elle a un rôle culminant pour interpréter le caractère philosophique de l’œuvre.

Enfin, la ystique de l’immanence sera

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
abordée à travers différents thèmes afin de mieux l’expliquer. Finalement, l’absurde sera traité à l’aide d’exemples. Le but final de cette analyse est de percevoir le culte de Camus à travers son roman l’Etranger. 2. Présentation et situation de l’ouvrage ‘étranger d’Albert Camus (1 913-1960) est un roman paru en 1942. Cette œuvre fait partie de la tétralogie « Cycle de l’absurde » qui nous offre un tableau de la philosophie de Camus qui est nommé communément 20F 14 « Cycle de l’absurde » qui nous offre un tableau de la philosophie de Camus qui est nommé communément Pabsurde.

Egalement résent dans cette tétralogie sont, un essai « Le Mythe de Sisyphe » mais aussi deux pièces de théâtre « Caligula » et « Le Malentendu L’étranger de par son mythe dans la littérature française a été traduit en plus de quarante langues à travers le monde, mais il a également été adapté au cinéma en 1967 par Luchino Visconti. Les différents aspects de l’histoire de cet œuvre nous démontrent son intérêt aujourd’hui toujours croissant parmi les anciens tout comme les nouveaux adeptes de Camus. 2. Explication et définition du titre « L’étranger » de Camus n’est pas un titre inconnu à la littérature rançaise, car il a déjà été utilisé par Baudelaire dans un de ces poèmes. Contrairement à Camus, Baudelaire dans ce texte s’adresse à la personne interrogée comme étant l’étranger. Alors que Camus utilise cet étranger comme narrateur principal de l’œuvre. (Weyembergh, p. 107) Le mot « étranger » veut communément dire quelqu’un qui ne fait pas partie d’une société, qui n’appartient pas au groupe, quelqu’un qu’on ne connaît pas.

Dans ce sens la, Meursault n’est pas vraiment qualifié d’étranger car il appartient au groupe des français algériens, et il en est conscient. Une perception plus déquate peut expliquer ce choix de titre. Meursault peut être perçu comme un homme « étrange qui vit dans « l’étrangeté h. Ces adjectifs lui collent à la peau à travers tout le roman et nous inspire une image qui se rapproche au titre de cet ouvrage. L’étrangeté 30F 14 tout le roman et nous inspire une image qui se rapproche au titre de cet ouvrage. L’étrangeté de Meursault se caractérise par son mode de vie et sa perception de la vie en général.

Il n’est pas quelqu’un qu’on pourrait nommé « positif », il vit la VIe au jour le jour, se moque de ce que les gens autour de lui pensent. Il ne tient qu’à sa petite personne mais ce point sera élaboré dans la suite de ce travail. Finalement, Meursault à travers son récit réalise seulement le jour de son procès qu’il est un étranger aux yeux des gens qui l’entourent, car ce jour la il n’a plus de moyens échappatoires pour se fermer du monde qui l’entour, la seule chose qu’il peut voir sont les jugement émis par les gens présent dans la salle de proces. . 2 Structure du récit L’Etranger est écrit à la première personne, comme une œuvre autobiographique: l’auteur transfère toutes les responsabilités du discours au personnage= Meursault. Mais il traduit son expérience et parle de lui-même comme s’il était un autre qu’il ne connaîtrait que de l’extérieur. Le roman est divisé en deux parties. La première partie contient des récits de la vie quotidienne de Meursault et ce fait en utilisant des références temporelles précises.

Cette partie retrace les événements qui se déroulent au mois de juillet, d’ou la chaleur décrite à plusieurs reprises et le symbole du soleil présent à travers toute l’histoire et qui a lui seul, déclare un nombre d’explications aux événements liés comme par exemple le meurtre de l’Arabe. ? La brûlure du soleil gagnait mes joues et j’ai senti des gouttes de sueurs s’ama 4 4 de l’Arabe. « La brûlure du soleil gagnait mes joues et j’ai senti des gouttes de sueurs s’amasser dans mes sourcils.

Cétait le même soleil que le jour ou j’avais enterré maman et, comme alors, le front surtout me faisait mal et toutes ses veines battaient ensembles sous la peau. A cause de cette brûlure que je ne pouvais plus supporter, j’ai fait un mouvement en avant. Je savais que c’était stupide l’arabe a tiré son couteau qu’il m’a présenté dans le soleil. La lumière a giclé sur l’acier mes yeux étaient aveuglés derrière e rideau de larmes et de sel C’est alors que tout a vacillé. La mer a charrié un souffle épais et ardent.

II m’a semblé que le ciel s’ouvrait sur toute son étendue pour laisser pleuvoir du feu. Tout mon être dest tendu et j’ai crispé ma main sur le revolver ? La gâchette a cédé, j’ai touché le ventre poli de la crosse et c’est là, dans le bruit à la fois sec et assourdissant, que tout a commencé. » (L’étranger, 91-93) e symbole du soleil contraste avec le symbole de la mort présent dans la deuxième partie qu’on évoquera plus loin. Toutefois, cette première partie commence avec une phrase ulte de la littérature française : « Aujourd’hui, maman est morte. ? (L’étranger p. 9) Cette phrase nous indique directement le sens de l’œuvre, le narrateur veut nous conter son histoire, sa vie. On peut donc supposer que L’étranger est une œuvre qui ressemble à un journal. Selon Genette, l’analogie entre l’écriture de l’étranger et de celle du journal Intime va plus loin. II mentionne « la très grande proximité entre histoire et narration dan 4 journal Intime va plus loin. II mentionne « la très grande proximité entre histoire et narration dans l’étranger. » (Genette, 1990)

Le narrateur à travers son œuvre nous fait part des événements qui se passent dans sa vie, mais on remarque tout de suite qu’il est focalisé sur lui-même, il ne s’intéresse qu’a lui, ne parle que de ces problèmes, se plaint, il ne prend jamais en considération les aspects extérieurs à sa propre personne, cela démontre déjà son côté immanent qu’on évoquera plus tard. On peut qualifier Meursault d’égoïste, impossible de ressentir quelque chose pour quelqu’un. Cela est démontré quand il apprend qu’il doit se rendre aux funérailles de sa maman.

Tout au long du rajet il se plaint, évoque la chaleur mais ne parle pas un instant de la douleur qu’il éprouve pour la mort de sa mère. En outre Meursault comme Weyembergh le décrit ne s’occupe pas mieux de lui qu’il le fait pour les autres. La deuxième partie du livre se consacre à la condamnation, le procès et la mort de Meursault. Les événements sont moins précis au niveau du temps, cela démontre que la structure du temps correspond au changement dans la vie de Meursault et ? sa métamorphose. Le temps informe la structure et le thème du roman. Cependant, comme évoqué plus tôt, cette deuxième partie a pour ymbole la mort.

La mort y joue un rôle prédominant, elle est le lien qui fusionne les deux parties du livre, car la première partie se termine avec la mort de L’Arabe et la seconde se termine avec la mort de Meursault. La scène finale ou Meursault reçoit la visite du prêtre est le seul moment dans 6 4 mort de Meursault. La scène finale ou Meursault reçoit la visite du prêtre est le seul moment dans le récit ou l’on aperçoit enfin un semblant de sentiments chez Meursault. Il s’énerve pour ses propres idées et montre que lui aussi à l’approche de sa mort, peut ressentir une douleur et a sa propre VISIOn du monde.

D’autre part, L’Etranger a une structure dualiste, c’est-à-dire que Camus nous fait connaître l’envers et l’endroit de ce monde, qui coexistent inséparablement. Meursault vivait dans le monde de l’exil, obsédé par la pensée de la mort, et dans le royaume du soleil et de la mer. Cette structure double exprime le mieux l’univers de L’Etranger. (Tachibana, 31) 3. Le mysticisme de Fimmanence à travers différents thèmes « Albert Camus développe une intense proximité avec le monde qui prouve que le non-sens initial de l’existence ne doit pas forcément prendre des tonalités affectives inquiétantes. ? (Acke, ) Tout d’abord, abordons le terme « mysticisme de l’immanence » Ce terme est difficile à définir en une seule définition, II est donc évident qu’il porte très souvent à confusion. Généralement ce terme définit l’importance de soi-même, dans les limites de notre corps, de ce qui se passe au moment même. Pour mieux expliquer cet aspect, différents thèmes seront abordés pour démontrer la présence de l’immanence dans l’Etranger. 3 1 L’espace de l’expérience intérieure : la nature Camus, à travers son œuvre en général est connu pour attacher une grande importance à la nature qui l’entoure.

L’Etranger qui se situe en Algérie facilite la descri ti importance à la nature qui l’entoure. L’Etranger qui se situe en Algérie facilite la description de paysages tel que la mer, la plage, les arbres,… Meursault, est l’exemple parfait de l’amoureux de la nature, il aime observer les paysages autour de lui, passer des journées à la plage comme il le fait d’abord avec Marie et ensuite chez son ami Raymond avec Marie également. On peut affirmer qu’il a retrouvé l’équilibre de son moi avec la mer, la plage et le corps de Marie. Pour lui, Marie est une partie de la nature et il l’aime comme il ime la mer, le soleil ou la plage.

Marie est pour lui une bouchée d’eau fraîche pour passer à autre chose dans sa vie après la mort de sa mère. Ce qui nous frappe également est l’importance de la mer dans le roman. Elle est l’endroit ou il vit des moments joyeux, tel que ses baignades avec Marie. Mais elle est aussi le décor du drame ou il tue l’Arabe. Le caractère contradictoire de la mer démontre qu’il y accorde de l’importance dans les deux phases de sa vie. D’autre part, le soleil joue aussi un rôle prédominant comme expliqué plus haut. Meursault est connecté à la nature, c’est vital pour lui.

Quand il est en prison on peut voir que ses plus grandes faiblesses sont de plus pouvoir profiter de cette nature qu’il aime tant. 3. 2 La posture du sujet dans f’espace Le sujet, Meursault est un être actif, qui aime se balader, nager, promener, Mais ce qui nous frappe le plus est que sa dernière position est celle ou il est couché. Il est couché car il dort constamment en prison pour se remémorer sa vie et de se rattacher à lu B4 est couché car il dort constamment en prison pour se remémorer sa vie et de se rattacher à lui-même, retrouvé l’importance de soi. Mais également pour se faire exécuter.

Cette position représente bien plus que juste la manière pour se faire tuer. Quand il évoque l’exécution, il refait le lien qu’il chéri le plus, c’est-à-dire avec la nature « Des odeurs de nuits, de terre et de sel rafraîchissaient mes tempes. La merveilleuse paix de cet été endormi entrait en moi comme une marrée. A ce moment, et à la limite de la nuit, des sirènes ont hurlé. Elles annonçaient des départs pour un monde qui m’était maintenant indifférent. » Cette citation démontre que Meursault avait fait le tour de son être et qu’il était en paix avec lui-même et donc serein à quitter ette terre sans regret.

Une dernière citation démontre ce sentiment à merveille : « La tendre indifférence du monde » 3. 3 Rapports sentimentaux chez Meursault Meursault comme défini ci-haut est qualifié comme étant quelqu’un d’égolSte qui ne s’intéresse pas ou ne fait pas attention aux problèmes d’autrui. Malgré cela, il a tissé des liens avec plusieurs personnes à travers le récit. Premièrement la relation qu’il entretient avec sa maman comme le mentionne Demirkan, démontre que Meursault retombe en enfance par un retour en arrière régressif. En effet il nous apparaît la plupart du temps comme un enfant naïf.

Le fait qu’il dise «maman» au lieu de dire «ma mère» est très révélateur. La façon d’appeler sa mère témoigne son refus de socialiser la relation aux êtres : «maman», c’est justement le mot de l’enf témoigne son refus de socialiser la relation aux êtres : «maman», c’est justement le mot de l’enfant et du rapport intime. Le mot «mère», c’est la définition formelle de cette relation socialisée. Même si l’on dit «maman» à sa mère, on dit «mère » lorsque l’on parle d’elle aux autres. Comme un enfant, sa nature sensuelle le met en rapport intime avec le monde naturel : la mer, le ciel, le oleil. Demirkan, 2009. p. 87) Toutefois, Meursault nhésite pas à avoir des relations avec les autres, bien qu’il vive dans un autre monde, selon ses propres règles. Il s’entend bien avec Marie, qui comme mentionné plus haut lui sert de « passage » pour oublier la mort de sa mère. Mais également Raymond, son ami, pour qui on peut le dire il va tuer. Et finalement Salamano, son voisin envers qui il montre un semblant d’empathie quand celui-ci perd son chien. Toutes ces personnes ont une bonne opinion de lui. Ainsi, certaines personnes aiment Meursault, mais lui ne peut établir de éritables relations durables avec elles. . 4 L’interprétation générale et personnelle de l’expérience Camus utilise dans son récit différents aspects pour démontrer que Meursault vit dans son monde et son expérience est donc installée en lui. Cependant comme le mentionne Weyembergh, Camus a déclaré ironiquement que Meursault était la seule figure du Christ que le monde d’aujourd’hui méritait. On peut en conclure qu’il n’était pas adepte des religions, ce qui se transcrit également chez Meursault, car à la fin, quand il a le droit aux visites de l’aumônier il les refuses, et quand ce dernier vient il n 0 4