Les sens sont-ils suffisants pour fournir toutes nos connaissances?

Les sens sont-ils suffisants pour fournir toutes nos connaissances?

on se demandera si I ou les deux, pour acq d’expliquer dans un les sens sont réellem toutes les connaissa Les sens sont-ils suffisants pour fournir toutes nos connaissances? Premium By bst_pl Maq 02, 2015 S pages Les sens ne sont-ils pas suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances ? Une grande partie de notre vie est consacrée à acquérir des connaissances. Elles vont servir à m’intégrer dans la société. Parfois elles vont me servir à survivre, à mieux m’adapter à mon environnement. Puis-je avoir confiance en mes connaissances ?

Pour le savoir, il faut que j’examine d’où elles viennent. une des hypothèses est qu’elles viendraient, et peut-être même exclusivement, des sens. D’où la question : « Les sens sont-ils suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances ? Pour investiguer la relation entre nos sens et nos connaissances, Swp to page ors rir m Ier t qu , suffisants, _ Il conviendra n peut dire que us apporter dans un deuxième temps de démontrer en quoi on peut aussi dire que certaines connalssances ne sont pas fournies, du moins entièrement, par les sens mais par la raison.

Enfin, il faudra se demander si toute connaissance du réel n’associe pas une appréhension sensorielle avec

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
des facultés rationnelles et d’entendement. Les connaissances ont plusieurs origines. Il existe des connaissances par enseignement, ou par « ouï-dire Ce sont les connaissances que Fon obtient sans contact direct, sans en faire l’expérience sensible. La deuxième origine des connaissan connaissances est rimprégnation. Ce sont les connaissances a la base du savoir-faire et du savoir-vivre, par exemple. Elles peuvent être obtenues de manière inconsciente.

Dans ces deux cas, les onnalssances sont au mons obtenues par le canal des sens, ce qui pourrait démontrer en quoi toutes les connaissances viennent des sens. Mais est il raisonnable d’avoir autant confiance en nos sens ? Par exemple, les connaissances par imprégnation ne cherchent pas l’objectivité. Elles cherchent à créer un lien social et humain. Donc, quand on se demande si les sens fournissent toutes nos connaissances, faut-il seulement prendre en compte les connaissances fiables, à valeur objective ? Le discours est une source de connaissance encyclopédique qui permet de distinguer ifférentes choses.

Il suppose l’usage des sens, mais pas le même que par l’expérience. Est-il un réel rival de la connaissance acquise par l’expérience ? Ces connaissances obtenues par les sens ne sont cependant pas fondées sur le témoignage direct des sens, personnelle, mais sur celui d’une tierce personne. La confiance, justifiée ou non, donne lieu à l’acquisition de cette connaissance. Mais on a quand même obtenu cette information par le canal des sens, donc on pourrait toujours dire que toutes les connaissances viennent des sens.

Les empiristes par exemple, omme Locke, croient en un enrichissement progressif de la raison et des connaissances par le seul usage des sens. Condillac, seul véritable empiriste français, dans sa principale œuvre Traité des Sensations, a étudié séparément chaque sens et leur contrib principale œuvre Traité des Sensations, a étudié séparément chaque sens et leur contribution à l’acquisition de connaissances. On peut affirmer ainsi que quelle que soit l’origine d’une connalssance, celle-ci est toujours acquise par le canal des sens. Cependant, certaines formes de connaissance semblent remettre n cause ce postulat.

En effet, dans certains domaines, les sens ne sont pas nécessaires à l’acquisition de connaissances. Les sciences exactes comme la géométrie, l’algèbre et les mathématiques en général ont leurs vérités qui ne sont en aucun cas fondées ? partir des sens. par exemple, 2+2 est toujours égal à quatre, sans qu’on en fasse l’expérience sensible. Les théorèmes relatifs au cercle existent, et constituent des connaissances universelles, cependant il est impossible de faire l’expérience sensible de tels théorème, parce que le cercle parfait n’existe pas dans la nature.

En fait, en mathématiques ou dans d’autres sciences exactes, les connaissances sont fondées sur des axiomes que la discipline en question s’est elle-même fixée. Aussi, certains philosophes comme Descartes dans les Méditations Métaphysiques soutiennent l’hypothèse des idées innées. Cette hypothèse est héritée de Platon et du rationalisme, et soutient le fait que les connaissances sont issues de la raison et non des sens. Leibniz affirme que les idées innées sont des prédispositions que nous avons dès la naissance à effectuer ou apprendre des choses. Cependant, de nombreux philosophes rejettent cette hyp