Les raisons de la baisse du prix du baril du pétrole

Les raisons de la baisse du prix du baril du pétrole

Mais c’est l’Amérique du Nord, l’Europe et la Chine qui en consomment le plus. En juin 2014, le baril 2014 le prix du baril eprésente une baiss mondiaux. Le pétrole 2014 et la baisse con iss Swipe p e 25 llars. En novembre 5 dollars. Cela role sur les marchés ur depuis mi-juin Qu’est ce qui explique cette chute brutale du prix du baril ? La baisse de la demande est la raison pour laquelle le prix du pétrole baisse. Nous analyserons donc les raisons de cette baisse de la demande avant de constater les conséquences de cette baisse de prix du baril de pétrole.

La baisse de la demande mondiale influe sur le prix du pétrole La chine, locomotive de l’économie mondiale La Chine, première puissance mondiale dépassant les Etats-Unis ‘Amérique de depuis 2014 (le PIB de la Chine se monte cette année à 17 632 milliards de dollars, devançant celui des États-Unis, à 17 41 6 milliards) n’est pas épargnée par la baisse de la croissance. En effet, leur PIB régresse à cause du ralentissement de leur activité économique.

La croissance chinoise a atteint 7,5% en 2014, alors que ce pays était habitué à une croissance à 2

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
chiffres jusqu’en 2007 -Malgré tout, cette croissance reste nettement supérieur aux croissances des autres pays dans le monde. Le ralentissement très important de l’économie chinoise explique la réduction de la demande. La croissance de l’industrie, de l’automobile, de l’acier, du textile et d’autres secteurs stagnent, ce qui fait que la consommation de pétrole diminue. Ceci réduit l’augmentation de la demande mondiale de pétrole de près d’un million de barils par jour, ce qui est considérable.

Des alternatives au pétrole ‘expansion du pétrole non conventionnel (gaz de schiste), porte préjudice et influe sur le prix du pétrole. En effet, les Etats-Unis produisent une partie de leur propre consommation de pétrole : 8,6 millions de barils par jour en aout 2014, devant atteindre les millions en 2015 soit quasiment utant que l’Arabie Saoudite. Cela baisse évidemment le taux de dépendance des Etats —Unis au pétrole, passant de en 2005 aujourd’hui. Cela réduit la demande de pétrole conventionnel de la part des Etats-Unis, qui es 2 Etats-Unis, qui est un gros consommateur d’énergie.

En cherchant donc à produire en masse leur propre pétrole pour réduire les coûts, les Etats-Unis ont contribué à la baisse du prix du « vrai pétrole Trop plein d’or noir Face à la baisse de la demande mondiale, il serait logique de baisser la production de pétrole afin de maintenir les couts, u « Prix d’équilibre En effet, selon la Loi de L’offre et de la demande, on a cette courbe : Si le prix du pétrole augmente (effets aperçus début 2014), on est en situation d’excédent : les producteurs proposent plus de produits mais les consommateurs en demandent moins.

Un des effets qui peut expliquer la baisse de la demande et qui est visible avec le cas du pétrole est l’effet de substitution, c’est à-dire remplacer ce bien par un autre (Production de gaz de schiste aux États-Unis) pour écouler les stocks, les producteurs font baisser le prix jusqu’au prix d’équilibre. Si le prix du pétrole diminue, on est en situation de pénurie, les consommateurs demandent plus de produits mais les producteurs en offrent moins. Le produit est moins disponible, donc le prix augmente jusqu’au prix d’équilibre. Dans le cas du pétrole, nous sommes à la fin du cycle.

Les producteurs baissent les prix donc la demande augmente. Cependant, un problème surgit : les producteurs n’offr 3 baissent les prix donc la demande augmente. Cependant, un problème surgit : les producteurs n’offrent pas moins. En effet, l’Arabie Saoudite ne baisse pas la production car il e veut pas être le seul régulateur. Sil baisse sa production, alors tout le monde doit le faire, sinon, il ne le fera pas. C’est pour cela que du côté de la production, c’est l’abondance, presque le trop plein. Les compagnies ont recommencé à pomper plus de 800 000 barils en Libye, malgré le chaos dans lequel sombre le pays.

Clrak tient sa production, en dépit de l’instabilité du pays et des menaces de l’Etat islamique sur les régions pétrolifères du Kurdistan. Cela explique que les prix du pétrole restent si bas. Les conséquences de cette baisse de prix… … Sur les pays exportateurs Sur les pays exportateurs, il y a des conséquences positives comme négatives. La baisse des prix du pétrole permet aux pays exportateurs comme l’Arabie Saoudite et les pays de la péninsule arabique de gagner des parts de marché. En effet, ils vendent plus de produits du fait des bas prix.

Cela compense le ralentissement que ces productions ont subi à cause de l’expansion du pétrole non conventionnel. Cependant, des prix trop bas sont la résultante de risques pour l’économie de ces pays. En effet, dès que le baril atteindra les 80-85 dollars, l’OPEP (organisation des pays exportateurs de étrole) devra intervenir et les soutenir. De ce 4 (organisation des pays exportateurs de pétrole) devra Intervenir et les soutenir. De ce fait, plusieurs états membres de cette organisation ne pourront plus subvenir à leurs dépenses, concernant l’énergie ou même d’autres domaines comme féducation, l’emploi, ou encore le logement. .. Sur les pays importateurs Cette baisse de prix touche aussi les pays importateurs. En effet, grâce à cette chute de prix du pétrole, certains pays importateurs voient leurs dépenses en énergie diminuer. La chine, par exemple, économise plus de 60 milliards d’euros sur un an. Cest également le cas pour l’Union Européenne qui se voit gagner plus de 1 00 milliard d’euros pour un prix du baril 85 dollars. Globalement, une baisse de 25% des prix du pétrole augmente la croissance économique mondiale de Dans l’union européenne, cette baisse importante a des effets positifs.

La dépréciation de l’euro n’a aucune conséquence sur les importations. En effet, depuis 2014, l’Euro a connu une dépréciation de 10% par rapport au dollar alors que le prix du pétrole a baissé de ce qui a fait baisser le prix du pétrole en Euro de 7%.. Cette dépréciation est donc bénéfique pour la zone uro et ses exportations même avec une hausse des prix des importations. Cependant, certains effets de cette baisse peuvent être négatifs pour des pays importateurs. Même si les dépenses en énergie on chuté, la déflation reste un problème. Une baisse d S importateurs.

Même SI les dépenses en énergie on chuté, la déflation reste un problème. une baisse du baril de provoque la baisse de la consommation de 0,1 %. La déflation aurait donc des conséquences négatives pour les finances des États. Les banquiers centraux, eux, pourraient être amenés poursuivre ou intensifier leur politique monétaire. De plus, certains pays de l’UE où l’inflation est relativement faible ne voient pas les effets positifs de cette baisse de prix. En effet, le rythme de la hausse de prix qui se réduit peut faire augmenter les taux dintérêt et pourrait donc entraîner une déflation. .. Sur les entreprises Les entreprises elles aussi profitent de cette baisse du prix du pétrole. Cela se confirme surtout pour le secteur industriel qui dépend du prix du baril. C’est le cas pour les compagnies aériennes où le kérosène représente 30 et 35% des coûts, comme chez Air France avec 9,2 milliards d’euros pour un baril au prix de 1 09 ollars. Cette économie de kérosène pourrait donc entraîner une meilleure marge. Pour les routiers aussi, les effets positifs de la baisse sont bien réels puisque cette baisse a permis une économie de 318 millions d’euros en 2014.

On peut également constater ce bénéfice sur le secteur chimique. Cependant, l’apparition des énergies non conventionnelles, qui est une des raisons de cette baisse, est ms à mal par le recul des cours, et l’Arabie Saoudite qui ne souhaite de cette baisse, est mis à mal par le recul des cours, et l’Arabie Saoudite qui ne souhaite pas baisser sa production afin de elancer les cours n’arrange rien. D’après l’Agence internationale de l’Energie, la baisse des prix du pétrole pourrait entraîner une forte baisse de 10% des investissements dans le schiste en 2015 aux États-Unis.

De plus, la baisse du prix du pétrole entraîne une concurrence directe pour les énergies vertes. … Sur les ménages Cette baisse accrue du pétrole est bénéfique pour les ménages. Ce sont les automobilistes les premiers touchés. En effet, en France, même si les taxes ont une grande place dans la formation du prix du carburant et que celle-ci limite la baisse du pétrole, elon Carbeo, le gazole a baissé de 5,4% sur un an à 1,152 euro le litre et le sans plomb 95 a également reculé de à 1,432 euro le litre.

Aux États-Unis, ou les taxes sont moins importantes, le prix du baril est passé de 100 à 70 dollars ce qui représente une économie de 30 milliards de dollars par an pour les ménages. De plus, grâce à cette baisse et donc aux économies faites par les entreprises, la hausse des marges sera favorable l’investissement et à l’emploi ce qui entraînera une baisse des prix et donc une hausse du pouvoir d’achat pour une hausse de la consommation.

Enfin, la baisse des cours du pétrole est positive pour la croissance car elle tire vers le bas le prix des autres énergies et donc réduit positive pour la croissance car elle tire vers le bas le prix des autres énergies et donc réduit le niveau de l’inflation. Cela crée du pouvoir d’achat supplémentaire aux ménages et fait augmenter les marges des entreprises. La boucle sera bouclée car une forte augmentation de la consommation engendre une forte demande et l’offre devra suivre. Cependant, même avec un baril à 100 dollar pour certains Etats membres les plus peuplés, les dépenses budgétaires restent onséquentes.

Les subventions à l’énergie ou des mesures sociales en faveur de l’emploi, du logement ou de l’éducation sont donc mis à mal ce qui pénalise les ménages. Conclusion Cor noir est une denrée rare et omniprésente dans la vie de tous les jours que se soit dans nos déplacements en voiture ou dans le monde avec les autres modes de transports. On ne réalise pas que cette énergie qui est aussi éssentielle dans le secteur de l’industrie est l’énergie la plus utilisée dans le monde et surtout qu’elle est limitée On a démontré de par notre argumentation que le prix de cette nergie ets vue à la baisse depuis mi-juin 2014.

Le pétrole a perdu 50% de sa valeur en 5 mois et les prix chutent encore. Cette chute a des effets positifs et néfastes sur le monde entier. On remarque que les pays péninsulaires faisaient parti de l’OCDE gagnent en part de marché sur l’or noir. La facture énergétique des pays tend à se réduire grâce à cette baisse. La dimin 8 marché sur l’or noir. La facture énergétique des pays tend à se réduire grâce à cette baisse. La diminution des prix à la pompe va permettre une somme de 30 milliards de dollars d’économie par n pour les ménages.

Ils verront alors leur pouvoir d’achat et leur consommation s’accroitre. Il y aura aussi une augmentation des investissements et une baisse du taux de chômage avec le redressement des marges qui augmenteront le taux d’emploi. Cela amenera à une croissance économique mondiale et se seront les pays de FOCDE qui en bénéficieront le plus. Cependant des alternatives sont mises en place comme les Etats-Unis d’Amérique qui produisent leur propre pétrole non conventionnel. Mais cela baisse davantage le prix du vrai petrole. C’est alors que les pays de l’OPEP devront réguler eurs productions.