Les Lumières

Les Lumières

Les Lumières l) Le contexte politique et social A) En France 1) On a coutume de considérer que « le siècle des Lumières en France, couvre la période qui va de l’année 1 715 à 1789. A quoi correspondent ces deux dates ? En 171 5, Louis XIV, le Roi-Soleil, décède et son arrière-petit- fils, Louis XV, âgé de 5 ans arrive au pouvoir. Cet avènement marque symboliquement le début du « siècle des Lumières », qui se clôturera symboliquement en 1789, date de la Révolution française, de la Prise de la Bastille, et de la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen.

Swipe to page 2) Pendant toute cett en place est la mona Roi est seul à décider à 1774. Louis XVI s Louis XVI reste le Roi constitutionnelle. or 18 Sni* to régime politique in, dans lequel le XV règne de 1715 1789à1791, ime de monarchie 3) Sous l’Ancien Régime, la société française était organisée en trois ordres. Le Tiers-Etat représente la plus grande partie de la population française (98%). Les deux autres ordres sont le clergé et la noblesse (qui eux ne représentent donc que 2% de la population française).

Lors des Etats Généraux de 1789 convoqués par

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Louis XVI, les trois ordres ne seront pourtant pas représentés dans ces proportions : pour le Tiers-Etat, 25 pour le clergé et 25 % pour la noblesse. Chacun des groupes compte pour une voix. Comme la noblesse et le clergé défendent les mêmes intérêts, les décisions sont défa défavorables au Tiers-Etat (2 voix contre 1). B) En Europe 4) Le mouvement des Lumières se développe non seulement en France mais aussi dans plusieurs pays européens, notamment l’Angleterre. Elle apparaît bien souvent comme un modèle pour les philosophes des Lumières.

En effet, à cette époque, l’Angleterre est un pays européen qui a beaucoup d’avance en termes de démocratie. Le régime politique de ce pays est ne monarchie parlementaire depuis le XIIIème siècle. Les nombreuses tentatives au XVIIème siècle (Charles Ier puis Jacques Il), d’établir une monarchie absolue en Angleterre ont été contrées par le peuple. Depuis ces événements, l’Habeas Corpus puis la Bill of Rights obligent les rolS à respecter les droits de leurs sujets : impossibilité d’emprisonner d’office une personne sans motif pour PHabeas Corpus et la limitation des pouvoirs du roi pour la Bill of Rights.

Dans d’autres pays d’Europe, on voit apparaître une autre forme de monarchie absolue de droit divin. Cest ce que l’on va appeler le despotisme éclairé. Le pouvoir est exercé par des monarques de droit divin dont les décisions sont guidées par la raison. Les principaux despotes éclairés (tels que Charles Ill d’Espagne, Joseph Il d’Autriche, Frédéric Il de Prusse, Catherine Il de Russie ont ainsi entretenu une correspondance suivie avec les philosophes des Lumières (avec Voltaire pour Frédéric Il de Prusse et Catherine Il de Russie, par exemple).

Il) Le contexte économique et culturel 5) Avec le siècle des Lumières commence un processus de révolution industrielle. Il démarre en Angleterre puis se pr 18 Lumières commence un processus de révolution industrielle. Il démarre en Angleterre puis se propage dans toute l’Europe. Le début de la révolution industrielle est symbolisé par l’invention par Hargreaves, en 1 765, d’un outil important pour le développement de l’industrie textile à savoir un rouet ? plusieurs fuseaux, puis en 1769 par le dépôt du brevet de Watt pour sa machine à vapeur.

En 1845, Marx et Engels posent les fondements de la gouvernance du prolétariat. 6) Dans l’Europe du XVIII ème siècle, les hommes et les idées voyagent. Les sciences et les techniques progressent (L’Encyclopédie (1751-1772) en témoigne) en même temps que la connaissance u monde (grandes expéditions). Avec la découverte du continent américain, les puissances européennes après avoir décimé les populations indigènes, mirent en place le commerce triangulaire et la traite des noirs.

Dès le milieu du XVIIIe siècle l’esclavage devint un sujet fréquemment évoqué par les philosophes des Lumières : Montesquieu, Voltaire, Rousseau, Raynal écrivirent tous sur le sujet. En France, l’article « traite des nègres » de L’Encyclopédie rédigé en 1766 par Louis de Jaucourt condamnait l’esclavage et la traite : « Cet achat de nègres, pour les réduire en esclavage, est un égoce qui viole la religion, la morale, les lois naturelles, et tous les droits de la nature humaine ».

La dénonciation morale de l’esclavage fut fréquente, mais la remise en cause du système esclavagiste existant dans les colonies ne le fut pas. À la fin des années 1780, des sociétés anti-esclavagistes furent fondées quasi-simultanément aux États-Uni années 1780, des sociétés anti-esclavagistes furent fondées quasi-simultanément aux États-Unis, en Grande-Bretagne et en France. Leur travail de dénonciation, principalement sur le terrain moral, permettait de réveler et divulguer les conditions de vie des esclaves.

Le XVIIIe siècle se caractérisa par une recrudescence des révoltes d’esclaves dans de nombreuses colonies américaines. La révolution haitienne (1791 à 1804), première révolution anti- esclavagiste du continent américain, constitue le point d’orgue de cette « chaîne des insurrections Les noirs libres et les esclaves de la colonie française de Saint-Domingue se rebellèrent sous la direction de François Dominique Toussaint Louverture puis de Jean-Jacques Dessalines, tous deux anciens esclaves émancipés.

La République d’Haiti, proclamée en 1804, devint alors le deuxième État indépendant du continent après les Etats-Unis qui ux s’étaient émancipés de la couronne britannique en 1776. 7) Quelques exemples de progrès scientifique et technique des inventions préparent la révolution industrielle du XIXème siècle : 1707 : bateau à vapeur Denis Papin 1712 : machine à vapeur : Thomas Newcomen 1733 : un tisserand britannique John Kay met au point un système mécanique pour simplifier la fabrication de textiles sur la machine à tisser : la navette volante.

Cette invention permit de passer de l’artisanat à l’industrie. 1735 : Fonte du minerai de fer au coke ouvrant la voie à l’industrie de la sidérurgie par Abraham Darby 752 : paratonnerre : Benjamin Franklin 1785 : balance électrique de Coulomb 1799 : pile de Volta : Alessandro 8 paratonnerre : Benjamin Franklin 1799 : pile de Volta : Alessandro Volta Ill) Les Lumières A) Combats et valeurs 1) Le siècle des Lumières tire son nom d’un mouvement intellectuel, culturel et scientifique aux multiples manifestations.

Il est ainsi appelé dans de nombreux pays européens, « Aufklârung » en Allemagne, « Enlightenment » au Royaume- Uni, « Illuminismo » en Italie Ces intellectuels des Lumières ont œuvré dans beaucoup de domaines : scientifique, artistique, ittéraire ou philosophique. Certains écrivains pensaient être entrés dans une ère illuminée par la raison, la science et le respect de rhumanité. Les Lumières voulaient « éclairer » leurs concitoyens en luttant contre l’ignorance, notamment en France à travers le projet grandiose de l’Encyclopédie.

Ainsi partout s’énonçait la négation du passé et la croyance en la supériorité des temps présents sans toutefois renier les grands philosophes de l’Antiquité. 2) Emmanuel Kant est un philosophe allemand du XVIIIème siècle. Il est un adepte du despotisme éclairé de Frédéric Il. Il publie lusieurs articles de 1784 à 1 786, dans lesquels il répond à la question « Qu’est-ce que les Lumières ? Dans un de ces articles, il écrit « Aie le courage de te servir de ton propre entendement Son propos est inspiré du poète latin Horace qui disait « Sapere aude », (ose connaître).

L’entendement désigne ici l’intelligence, la faculté de comprendre et de concevoir. Ainsi cette devise« Aie le courage de te servir de ton propre entendement » invite chacun à penser par lul-même. Cette PAGF s 8 servir de ton propre entendement » invite chacun à penser par lui-même. Cette phrase semble être un slogan révolutionnaire, ?crit dans le but de défendre l’idée d’un progrès de l’humanité. Les prlncpaux combats des Lumières trouvent un sens dans la citation de Kant.

En effet, les philosophes ont lutté contre l’obscurantisme en dénonçant la superstition, le fanatisme, l’intolérance et donc, la manipulation et l’ignorance. Ils se sont opposés aussi à la censure en défendant la liberté d’expression et ils ont tenté de diffuser la pensée et le savoir par l’écrit en rédigeant des textes militants. D’autre part, ils croient en l’avancée de la science. Cette citation résume donc assez bien la pensée des Lumières. ) De nombreux philosophes des Lumières ont aussi prôné l’esprit d’examen.

L’esprit d’examen est le fait de pouvoir critiquer une information, de ne pas prendre pour argent comptant tout ce qu’on entend, voit ou lit, ou croit aveuglément. L’esprit d’examen est exercer son esprit critique. L’esprit d’examen peut se comparer à la méthode expérimentale de la démarche scientifique. L’esprit d’examen consiste à confronter les croyances à la réalité des faits. Cette méthode permet de mettre en évidence, le cas échéant, l’absence de fondements qui caractérise les préjugés. Cette démarche de contestation vise aussi bien les uperstitions que les fondements du pouvoir politique.

L’esprit d’examen suit un « protocole une démarche comme lors d’expériences scientifiques. 4) Les philosophes des Lumières veulent effacer les discriminations et les inégalités pour une société plus équitable 6 8 Lumières veulent effacer les discriminations et les inégalités pour une société plus équitable et dénoncent les privilèges de la noblesse. Une valeur importante est donc le respect de la personne humaine. Voltaire dénonce en particulier la torture, l’esclavage et la peine de mort. Diderot combat l’oppression ntellectuelle et morale, en particulier la justice expéditive pour raison d’État.

Issus pour la plupart de la haute bourgeoisie, les philosophes des Lumières sont favorables à la liberté de commerce pour améliorer la production agricole et l’économie. L’Encyclopédie, œuvre collective de quelques philosophes et savants de cette époque représente le triomphe de la raison et du progrès pour permettre le bonheur humain. En politique, les philosophes dénoncent le pouvoir absolu (par exemple les lettres de cachet grâce auxquelles le roi pouvait faire arrêter n’importe qui, sans raison) et la monarchie quand elle est e droit divin.

Ils pensent que la gouvernance doit se faire « par la raison et en vue du bien public Dans le domaine religieux, les philosophes critiquent les dogmes injustifiés, qui vont à l’encontre de la raison. Ils dénoncent le fanatisme, les rites et surtout la prétention de la religion à tout expliquer. Ils prônent la tolérance religieuse. Ils stigmatisent également le pouvoir de l’Église et critiquent la non mise en pratique des valeurs de ses dogmes (l’Église prône la paix mais le Saint Siège a pu cautionner par exemple la guerre). ) Les Lumières pensent que la raison devrait guider le monde et es gouvernants lors de la prise décisions politiques. Ces philo 7 8 raison devrait guider le monde et les gouvernants lors de la prise décisions politiques. Ces philosophes ont foi dans le progrès, c’est pour cela que de nombreuses innovations techniques et découvertes scientifiques eurent lieu pendant le siècle des Lumières. Les philosophes tentent d’expliquer que le but des Hommes sur terre est d’atteindre le bonheur et non de rester dans l’idéal chrétien d’austérité.

Ils espèrent enfin que tous les Hommes soient libres et égaux. 6) Certains mots renvoient à des notions propres aux Lumières. Ils sont tous apparus au XVIII ème siècle ou proviennent de C’est le cas notamment de : Rationalisme : Attitude philosophique qui fonde la connaissance et l’action sur la raison, et fait de cette dernière la seule voie d’accès possible à la vérité. Matérialisme : Thèse philosophique selon laquelle la réalité sous toutes ses formes, y compris la pensée, est constituée en dernière analyse par ce qui est désigné sous le concept de matière.

Evolutionnisme : Doctrine selon laquelle les êtres vivants dérivent les uns des autres par filiation. perfectibilité : aptitude à changer de formes, plasticité. Cette caractéristique, remarquable chez l’homme, est ambiguë. L’homme peut sans doute progresser (devenir plus savant, plus intelligent, plus sage… ) mais il peut également régresser : perdre son intelligence (dans la vieillesse), sa raison (dans la folie) ou son aptitude à la compassion, du fait d’un excès de rationalité calculatrice, encouragée par les « progrès » de la civilisation.

Déisme : Attitude de ceux qui admettent l’existence 8 les « progrès » de la civilisation. Déisme : Attitude de ceux qui admettent l’existence de Dieu sans accepter les dogmes et les pratiques d’une religion révélée. Athéisme : Doctrine niant l’existence de Dieu. L’athéisme théorique peut être absolu, ou refuser seulement l’existence du Dieu personnel, créateur et transcendant des religions révélées. L’athéisme pratique consiste à agir comme si Dieu n’existait pas.

Relativisme : Doctrine pour laquelle les choses ne sont pas connaissables en elles-mêmes: nous les connaissons par leur relation, en fonction de notre organisation, de nos intérêts, de nos passions. En outre, nous les saisissons moins en elles-mêmes que par les rapports qu’elles entretiennent. Tolérance : Attitude qul consiste à accepter des idées ou des omportements qui ne sont pas les siens, même s’ils paraissent erronés, excessifs; largeur d’esprit en matière religieuse (surtout), philosophique, etc.

Cosmopolitisme : notion d’universalité de l’homme évoquée par le principe des droits de Ihomme eux-mêmes. Le cosmopolitisme, qui implique qu’on appartienne profondément à une seule culture et que, par un patient travail, on amène cette culture au point d’universalité où elle peut rencontrer les autres, est le contraire exact du multlculturalisme qui consiste dans une simple juxtaposition de réalités hétérogènes. Sensualisme : Nom donné à la doctrine de Condillac et, par xtension, à toutes les théories faisant dériver toute connaissance de la sensation seule.

Epicurisme : L’épicurisme est axé sur la recherche d’un bonheur et d’une sagesse dont le but est l’atteinte de l’ata PAGF 18 L’épicurisme est axé sur la recherche d’un bonheur et d’une sagesse dont le but est l’atteinte de l’ataraxie, la tranquillité de l’âme. Cest une doctrine matérialiste et atomiste. Hédonisme : Doctrine faisant du plaisir, en particulier du plaisir physique, le souverain bien. Libertinage : Courant intellectuel des libertins du XVIIe s. prônant une attitude irrespectueuse envers les règles morales et eligieuses ; philosophie de la liberté d’esprit et de mœurs.

B) Œuvres et actes des philosophes 7) L’Encyclopédie est un projet ambitieux à l’origine de deux philosophes français, Denis Diderot et Jean D’Alembert. Ils souhaitaient réunir en une seule encyclopédie tous les savoirs accumulés au cours de l’Histoire par l’Homme. Ils s’entourèrent alors d’autres philosophes pour rédiger cette Encyclopédie (comme, Rousseau, Buffon, Montesquieu, Voltaire… )- Le 28 juin 1751 paraît le premier volume de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers.

Le 23 janvier 1759, e Parlement de Paris présente l’Encyclopédie comme subversive, contraire à l’autorité royale. Mais Diderot continue son travail, et le dernier volume parait en 1772. Elle n’est pas qu’une simple accumulation des connaissances : il s’agit d’un inventaire « raisonné » qul fait l’éloge des progrès de l’Homme, en exprimant le droit du peuple à la liberté et au bonheur, en dénonçant la superstition, le fanatisme ou la tyrannie. Elle prône le combat en faveur de la raison, elle invoque la dénonciation de Vintolérance, et plaide pour la mise en place d’une idéologie du progrès. 8) Montesquieu, de son