les lumieres

les lumieres

e siècle des Lumières Le siècle des Lumières désigne le XVIII e siècle, les Lumières sont un mouvement littéraire et philosophique européen fondé sur la raison qui permet selon les philosophes des Lumières de sortir des préjugés et de l’intolérance et de faire progresser les hommes vers le bonheur, la liberté et le savoir.

I)Les grands principes de la philosophie des Lumières -la contestation sociale et politique:après l’Édit de Nantes en 1685 et la mort de Louis XIV ,les philosophes des Lumières remettent p g en question I ‘autorit sociales -le combat contre l’in les écrivains des lumi aussi les inégalités hilosophes et és individuelles et collectives comme la liberté d’expression c’est pourquoi ils décident d’écrire L’Encyclopédie,une œuvre majeure du XVIII e siècle qui constitue la somme des savoirs et des idées nouvelle de l’époque -l’esclavage : les philosophes n’acceptent pas que l’homme puisse asservir son semblable Il)Les différents auteurs français ainsi que leurs œuvres Plusieurs auteurs sont représentatifs du siècle des Lumières tels que : Montesquieu avec ses Lettres Persanes en 1721 ainsi qu’avec De l’esprit des lois en 1748 Voltaire avec Dictionnaire philosophique en 1764 ou bien avec

France était la monarchie absolue, c’est un régime politique dans lequel l’autorité est

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
détenue par le roi qui doit respecter les privilèges des corps et des ordres qui composent le pays et prendre conseil mais il possède les 3 pouvoirs : judiciaire, législatif et exécutif. Il est le représentant de Dieu sur terre, il est roi de droit divin. Le pouvoir était centralisé entre les mains des souverains (ex : Louis XIV). Ils étaient soutenus par une classe moyenne, ou bourgeoisie, grandissante qui tirait profit d’un gouvernement central fort, capable de maintenir l’ordre et de réer une ambiance propice à l’épanouissement du commerce.

IV)lJn mouvement Européen On parle souvent du mouvement des Lumières comme français cependant il s’est développé dans de nombreux autres pays comme en Grande-Bretagne avec Locke, Hume, Newton; en Allemagne avec Wolf, Leasing, Herder; et évidemment en France avec Montesquieu, Voltaire, Diderot, Rousseau. V)Une représentation du mouvement des Lumières Jean HUBER dîner de philosophes, 1772 ou 1773 Familier de Voltaire, le peintre Jean Huber (1721-1786) témoignage de l’essentiel de la vie au quotidien du philosophe sous la forme de tableaux et de croquis. Le tableau ci-dessus donne une assez bonne idée de l’entourage que Voltaire entretint dans sa demeure de Feney. Interdit de séjour à Versailles par Louis XV. Voltaire se sentant toujours menacé trouve un havre de paix proche de Genève.

La scène imaginée par Jean Huber est une scène de fiction : jamais Diderot n’est venu e 2 La scène imaginée par Jean Huber est une scène de fiction : jamais Diderot n’est venu et les autres invités en furent les hôtes à des dates différentes. Sont ainsi représentés autour de Voltaire le père Adam, d’Alembert, Condorcet, Diderot, La Harpe. Au centre, levant la main comme pour imposer le silence, Voltaire semble vouloir laisser la parole à Diderot (à droite), cependant que Condorcet (à gauche) continue son aparté avec le Père Adam. Voltaire n’est plus seulement l’homme le plus célèbre de son époque : il est devenu un mythe. De toute l’Europe, on attend ses publications comme des oracles. Il est le penseur précurseur de la Révolution française, il fréquente les Grands et courtise les monarques, sans dissimuler son dédain pour le peuple.

Certain de ces écrit ou propos lui vaudront d’être banni de certaine cours rincières, voir des séjours en prison. De la table de Voltaire on ne sait pas grand chose , il en est tout autrement de ces nombreuses conversations brillantes où les idées feront leur chemin. En 1778, Voltaire revient à Paris : le peuple de la capitale l’accueille avec un tel enthousiasme que certains historiens voient dans cette journée du 30 mars. Il meurt à Paris le 30 mai 1778 et ses cendres sont transférées au Panthéon de Paris le 11 juillet 1791 après une cérémonie grandiose. Par un hasard de l’Histoire, sa tombe se trouve en face de celle de Jean-Jacques Rousseau, qu’il n’appréciait pas. 3