Les îles Cíes

Les îles Cíes

Claudia Dominguez Rivas Madrid, le 2 décembre 2014 PROPOSITION D’INSCRIPTION DES ÎLES ciES SUR LA LISTE DU PATRIMOINE MONDIAL DE L’UNESCO LES ILES 1. Identification du bien l. a) Pays : Espagne l. b) État, province ou l. c) Nom du bien : Le 2. Description 2. a) Description du bi o, Galice. 8 p g Avec celles dons, Salvora et Cortegada, forment le Parc National Maritime-terrestre des Îles Atlantiques de la Galice. Fessant partie de la province de Vigo, il s’agit d’un archipel situé dans l’estuaire de Vigo (Rias Baixas). Il est composé de trois îles : celle du nord ou Monteagudo, celle du milieu ou Faro, et celle du sud u San martiho.

Les îles sont orientées parallèlement à la côte de Vigo en direction N- S. La distance entre la côte et Cies est de 14,5 Km. Les îles C(es, ou, comme les romains les ont appelés, Îles des Dieux, sont un paradis. Ainsi, en 1980 elles ont été déclarées Parc Naturel de par son tombent sur la totalité de la côte das R(as Baixas se déverse sur Cies- Autant pour les oiseaux qui nidifient dans les falaises que pour les espèces diverses qui habitent là-bas, Cres est un

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
paradis, tout comme pour ceux qui visitent ces îles et qui profitent du milieu naturel, des plages, de la tranquillité… rchipel de Cies possède une extraordinaire richesse, autant terrestre que maritime, grâce à une végétation luxuriante et une grande diversité d’espèces animales. les Îles sont internationalement connues pour héberger d’importantes populations d’oiseaux maritimes, mais également des espèces non maritimes et d’autres classes de vertébrés, notamment des reptiles. FAUNE L’importance des oiseaux de mer a permis aux îles d’être déclarées ZEPA (Zone spéciale de protection pour les oiseaux) par l’État Espagnol et la Communauté Européenne.

L’espèce la plus présente dans le parc est la mouette patiamarilla Carus cachinnans), qui constitue, avec 22000 couples, la colonie la plus importante au monde. Comptant 1000 couples dans l’archipel, le cormorén mofiudo (Phalacrorax aristotelis), représente la colonie la plus importante du sud ouest européen. Dans file existent aussi des couples de mouette oscura (Carus fuscus) avec 20 couples et aussi des paifios (Hydrobates pelagicos), toutes deux rares dans la péninsule iberique. l’arao comén (Uria aalge) dont l’action reproductrice est très basse, etc. e grande quantité U d’oiseaux utilise Ille pour hiberner, nidifier, ou se reposer pendant es voyages migratoires. Parmis les mammifères sauvages, on trouve des lapins (Oryctolagus cuniculus), des hérissons (Atelerix algirus), et, rarement, quelque loutres (Lutra lutra). Concernant les reptiles nous devons considérer rescéncer qui a cinq doigts (Chalcides bedriagai), le lézard arnal (Lacerta Lepida), le petit lézard (Lacerta hispanica), ou des petites couleuvres non venimeuses. Les amphibiens sont quant à eux moins fréquents.

Il existe un plan pour contrôler les espèces invasives . Le vison américain est arrivé par le biais de la mer et qui provient des fermes. Ils mangent les œufs installés sur terre et tue les oiseaux adultes. Les rats sont arrivés par les bateaux. Le chat domestique, abandonné par les touristes qui mange les lézards et qui menace les oiseaux maritimes qui représentent une des valeurs les plus importantes du parc. profondes pour puiser l’eau souterraine. Des filaments sur les feuilles pour éviter l’asséchement Un tissu charnu permettant de stocker l’eau.

Des couleurs claires qui reflètent la lumière solaire. Bulbes ou rhizomes aux racines servant de réservoir alimentaire. Présence de bactéries qui fixent le nitrogène atmosphérique. Grossissement des tissus comme moyen de défense mécanique. Enroulement des feuilles pour éviter Pévaporation. Les îles Cies sont dominées par Peucalyptus (Eucalyptus globulus) et les pins (Pinus pinaster), qui occupent -à eux deux- un quart de la surface totale des îles. Dans les dunes de ces îles on trouve aussi la lus importante concentration de camarin 4 OF climats secs et chauds. Hinojo marino o perejil de mar (crithmum maritimum) – Jaguarzo negro (cistus monspeliensis): La qualité du sol n’a pas d’importance. – Nardo maritimo, ou cebola das gavotas (pancratium maritimum): Se trouve sur les ôtes atlantique et méditerranéenne. – Retama mansa (Osyris alba): Vivent dans des zones humides et supportent différents types de sols. – Roble melojo (quercus pyrenaica): espèce autochtone. C’est un arbre rare étant donné la déforestation et la compétitivité avec d’autres espèces venues d’ailleurs. Tomillo bravo (helichrysum picardii virescens): Plante originaire exclusivement des côtes occidentales ibériques. La Galice est sa limite la plus au nord. – Tojo (Ulex europaeus): S’adapte très bien aux sols pauvres et secs. Ils existent certaines espèces qui menacent le bon fonctionnement de cet écosystème . ) L’eucalyptus : On a déjà élagué deux hectares de cette espèce envahisseuse qui arrive d’Australie. Elle est en train de déplacer la végétation autochtone et consomme les faibles ressources hydrauliques de l’île.

Ils ont reboisé la zone avec l’introduction du cerquifio (quercus pirenaica Wild) et pin (Pinus pinaster). b) Acacia Noir : Vient de Tasmanie. Elle est l’autre menace depuis 20 ans, c’est pour cela qu’ont été éliminés deux hectares de cette espèce. Mais aussi le gamén, la vin e Nouvelle Zélande, la vca 8 vagues, il y a des nombreux balanes et mules. Dans la partie sous-marine, très rocheuse, on peut trouver des écoras, des centollos, des bogavantes et des pulpes. Dans les plages les plus protégées, il y a beaucoup de mollusques bivalves, ainsi que des rodaballos, sollas et Ienguados.

Dans les zones rocheuses, cette fois-ci à l’intérieur de Ille, il y a des véritables forêts d’anémones et de nombreux hérissons de mer. Habituellement, dans les eaux de Cies, on peut apercevoir des dauphins, des baleines et des tortues marines. Le système de courants marins, avec un mélange d’eau douce et d’eau salée, favorise la concentration de nutriments et de micro-organismes qui nourrissent les espèces marines. Un élément est bien particulier sur cette ile, « la mer d’Ardora ». II s’agit d’un phénomène lumineux produit par l’océan : une bactérie bioluminescente permet de voir une lumière bleue.

Cette lumière est produite grâce à l’accumulation de micro algues, plus particulièrement dinoflagelados, petits êtres unicellulaires qui font généralement partie du plancton marin, et qui ont la capacité d’émettre de la lumière quand un mouvement de peau se produit. Ce phénomène a lieu surtout dans l’océan indien et en Indonésie, mais aussi en Somalie, dans le sud du Portugal et au Costa Rica. Actuellement on travaille pour l’éradication du sargazo, une algue dangereuse arrivée 6 OF avec un déficit de aridité de Martonne entre 40 et 80 (îles du sud et du nord respectivement). vent prédominant pendant I • été vient plutôt du Nord, et du Sud-ouest en hiver. La lithologie prédominante est alterné entre la domination de mica esquistos et cuarzo esquistos, granito et gneisito. Après la orogénie alpine du Tertiaire, qui cause l’apparition des blocs en direction N-S et N-E, et avec l’inondation de la mer des parties basses de la côte après la dernière glaciation, les baies et les îles se forment. La côte est très irrégulière et abrupte en plus d’avoir des nombreux dépôts de sable.

LES HABITATS Le milieu marin représente le du parc national Maritime- Terrestre des îles Atlantiques de la Galice. Les eaux chaudes superficielles, qui portent les courants du Golfe, les nombreuses marées et la pluralité de la fleure (donnant l’eau superficielle une grande richesse en nutriments), font développer des nombreux habitats. Dans les communautés rocheuses, en contact permanent avec l’eau et ses nutriments vivent des moules, balanes et patelles (accrochées aux roches), qui ont dû s’adapter ? des situations extrêmes.

Dans le fond sous-marin existent des forêts d’algues pardas et d’autres espèces de plus de deux mètres d’hauteur, qui sont la nourriture d’espèces tels que les centollas congrios, doncellas, nécoras, ul es… Les fonds marins du parc s principalement de sable, (solla, raya, rodaballo). -Les fonds de GRAVIER, sont formés par les restes des coquilles des mollusques. On peut y trouver des micro-algues et espèces telles que les vieiras, zamburifias ou navaJas. Les fonds de MAËRL (habitat biogénique : produit pas des espèces vivantes), constitués de débris d’algues marines riches en calcaire qui vivent eulement dans la partie superficielle et des espèces comme la almeja rubia, el reloj ou le lanzén. Le lac dos nenos: il représente un écosystème singulier. Dans le fond boueux existent des plantes aquatiques qui forment des forêts aquatiques. Des nombreuses espèces vivent grâce à la richesse alimentaire existant : abadejos, anguilas, maragotas o mojarras.

Les falaises soumisses à l’action de la mer et du vent, sont l’endroit idéal pour la nidification des oiseaux marins, mais c’est aussi un habitat très dur. Les dunes et plages: Ce système « plage-dune » conforme un écosystème caractérisé par ne morphologie instable, de constants changements à cause du vent, des courants et des vagues. Les dunes, soumises à l’action du vent, du soleil et de la haute salinité, provoquent l’apparition du peu de forêts autochtones.

EXPLOITATION DES RESSOURCES NATURELLES Activités maritimes Etant donné qu’il s’agit d’u 8 OF les critères de développer des activités traditionnelles. D’une part, la conservation du paysage, et d’autre part le maintien de l’usage traditionnel en mélangeant la population rurale et les ressources naturelles : Les activités agricoles seront de type traditionnel et biologique, en ?vitant l’utilisation de biocides et fertilisants qui puissent affecter l’écosystème Les activités d’élevage seront régulées selon la consommation locale, la récupération et le recyclage de résidus organiques. ?dification I s’agit d’éliminer des impacts produits par les infrastructures actuelles et évaluer l’environnement en fonction de l’activité, pour que les projets des nouvelles actions soient admis. Il est interdit de construire et il sera uniquement permit de réaliser des restaurations au style traditionnel aves des fins d’usage public et pour le bien être de la population résidente. Activités touristiques et récréatives Ordonner rationnellement ces activités dans les limites de l’espace protégé afin de garantir la conservation des ressources, des écosystèmes et des paysages.

Le parc donnera l’autorisa t de certaines activités présence des gens n’altère pas l’équilibre des écosystèmes. Activités de la population locale L’utilisation d’éléments naturels est régulée. Il est possible d’utiliser le bois pourri librement et le bois vert (Pino, brezo, toxo) grâce à une autorisation et toujours pour une consommation personnelle. Tout comme pour les touristes, réguler les activités réalisées pour ?viter le déséquilibre de la faune et la flore. 2. b) Historique et développement Chistoire géologique de ces îles date d’il y a 400 millions d’années (Silurien Supérieur).

L’océan Silurien il est disparu à cause des collisions qul ont fait se rencontrer tous les continents, sera à partir de cela que la cordillère Hercinica se créa (plus de 300 millions d’années). C’est quand les îles se forment. La première présence humaine sur ‘île date de 3500 av. JC mais grâce à la découverte d’un castro nommé « castro das hortas »on peut supposer que les premiers à s’être nstallé l’ont fait pendant l’Age de bronze (entre 500 et 1 00 av. JC). Suite au passage des romains sur l’île en 138 av.

JC, des pièces d’orfèvrerie telles que des amphores, de la céramique et divers outils et des écrits ont été retrouvés. Pièces que l’on peut aujourd’hui trouver au musée de Pontevedra. La légende raconte que Jules César poursuivait les peuples Herminios (du Portugal) qui se sont alors réfugié sur l’île. Au Vème siècle, Ille a été attaquée pour la première fois. Au Moyen Âge, les premières communautés religieuses se sont installées : les bénédictins au XIème sièc rtis avant de revenir au 0 8