Les femmes savantes texte analysee

Les femmes savantes texte analysee

Les femmes savantes Molière, 1972 Intro avant lecture: Titre oxymore comme on l’a déjà vu avec, le bougeais gentilhomme, l’atrabilaire amoureux, le cocu magnifique etc… Il doit provoquer le rire, c’est un titre de comédie. Ce titre montre des mentalités figées et des préjugés existant depuis l’antiquité. On y distingue aussi une allusion aux singes ; ex: « Les singes savants » réduisant ainsi le savoir de la femme au savoir du singe, c’est-à-dire une imitation du savoir de l’homme.

Molière reproduit les savoir ne peuvent êt l’inverse de la tragédi x: Andromaque, Ph une élite- est en pris le où la feme et le que la comédie, ? ts à la mythologie L donc réservée ? +0bjet d’étude: Dans la culture grecque, les femmes sont déjà mises à l’écart dans une pièce qui leur est réservée : « Le gynicée » dont elles sortent très peu. Elles sont donc enfermées de même qu’ici au XVII elles sont étiquetées et vivent entre elles. Auteur: Molière a déjà traité le sujet en 1 659 avec « les précieuses ridicules Cette pièce ridiculise une mode aristocratique et élitiste qu’on appelle la « préciosité » (=mode ettant la femme à l’honneur, la beauté physique, intellectuelle

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
et sociale). L’usage du beau langage devenu excessif, Molière se moque de ses personnages qu’il rend alors ridicules Swlpe to vlew next page ridicules.

Intro après lecture: Ce texte est extrait d’une pièce de théâtre en alexandrln ayant pour thème les choix d’existences pour la femme et plus precisément le mariage Henriette annonce qu’elle va se marier avec Clitandre , qui a été éconduit par Armande, l’ainée, auparavant. La jalousie d’Armande -qui semble honteuse à l’idée de devenir ‘ainée non mariee- rend son discours ridicule car dicté par la jalousie et la colère. Elle devient donc un personnage de comédie. (excessif, extravagant… ) Commentaire: On distingue dans le discours d’Armande des propos qui la discrédite.

Ainsi, le lecteur rit de l’association cocasse et saugrenue de « se marier » et « philosophie » dans le vers 19. « Mariez-vous, ma sœur, à la philosophie. » Ce vers reflète donc l’opinion d’Armande à l’égard du mariage, mais oppose aussi le mariage avec un homme à la pratique de la philosophie. Henriette se défend en utilisant l’ironie, elle compare le mariage et l’hymen, ramenant ainsi le mariage à une servitude, un esclavage. *Texte Molière: Arnolphe, ‘école des femmes: « Le mariage, Agnès, n’est pas un badinage. ? « Du côté de la barbe est un amusement. » Les arguments d’autorité Armande « Que du nom de savantes on honore en tous lieux » ; « Vous avez notre mère en exemple à vos yeux » Cet argument d’autorité est puissant, vigoureux, quasi mathématiques, ce qui lul donne une allure irréfutable. Henriette « Nous saurons toutes deux imiter notre mère » Henriette va pourtant réfuter I PAG » OF d Henriette va pourtant réfuter l’argument. La réfutation est forte parce qu’elle repose sur une évidence.

Elle utilise ironiquement le même rythme. L’argumentation est structurée par des réseaux d’opposition lexical mais aussi par les images. On a une vision bornée. Dans cet extrait, on distingue un rapport entre le corps et la société. Ainsi, comme on peut le voir dans le tableau ci-dessous, le haut du corps représente l’esprit, et le bas du corps, les corps en lui-même et notamment les parties que l’on se doit de cacher ? l’époque. Le désaveu du corps dans sa réalité sensible est une caricature de la pensée platonique.

Platon, philosophe du Ve siècle, distingue deux univers : celui des idées idéales, et celui de la réalité, qui donne une image très opposée, déformée, de l’idéal. *texte : La transposition à l’homme correspond à l’opposition entre la tête, partie noble, et le corps, partie vulgaire et populaire. Dans la statuaire, la représentation des visages essais de gommer le plus les parties animales (=parties liées au sens) procédés d’Armande: L’expression du mépris dans le ton et les sonorités.

Les phrases exclamatives manifestent sa réprobation et sont un moyen d’agir sur Henriette Les allitérations, ex: vers 2 et les assonances. Armande implique sa sœu entation, ex: Ma l’impératif à l’incipit des vers, ex: « Laissez « Songez », « Aspirez » etc.. L’utilisation abondante de l’impératif révèle son désir de se construire une autorité. L’argumentation d’Armande nous pousse à croire aux capacités intellectuelles de la femme tout en discréditant son rôle du XVIIème siècle de femme définie uniquement par son corps partie ingrate à l’époque).

Cependant, son discours est discrédité car il est dicté par la jalousie et le mépris. Ainsi, Armande défend le savoir des femmes uniquement par procuration, ne croyant elle-même pas à son discours, son argumentation faiblie alors qu’elle use de colère et de mépris. Son argumentation amène une pensée féministe moderne (même si Molière s’en moque) dans laquelle elle juge la femme digne d’accéder au savoir et détruit ainsi le préjugé selon lequel les femmes sont des esprits simples comparables aux enfants, ‘est-à-dire n’atteignant jamais une majorité intellectuelle.

Néanmoins, son discours est réactionnaire puisqu’elle enferme les femmes dans deux catégories distinctes : la femme serait soit savante soit mariée. De plus, elle s’exprime à la manière d’un homme et son discours envers sa sœur est très masculin car composé d’ordres prononcés à l’impératif, comme si Henriette était une enfant. Le personnage d’Armande est donc un personnages contradictoire. Lexique: Postposé : un étage bas « Vous rendez » ligne 16 – – Rendez-vous.