les danseuses victimes ou femmes libere es

les danseuses victimes ou femmes libere es

LES DANSEUSES, FEMMES LIBERÉES OU VICTIMES ? Depuis les temps les plus anciens, le striptease a été considéré comme faisant partie de l’art de la danse. On raconte que dans la société sumérienne la déesse de l’amour, de la sexualité et de la fertilité, Inanna, en descendant dans l’enfer, a renoncé petit à petit à un article vestimentaire où à un bijou dès qu’elle franchissait une des sept portes. La légende dit que ce mythe a été repris par la séduisante Salomé dans la danse des sept voiles.

Dans certaines cultures, une femme qui se dénude est considérée une malédiction, mê n considère que la f m Swipe View next page péché et que person ne pe des peuples qui ont au maximum, en dev exemple en Afrique mmet un grand la suite. Mais il ya ui ont en tiré profit . Il s’agit du peuple français. Entre les années 1880-1890 les démonstrations de striptease qui tenaient place au fameux cabaret Moulin Rouge » étaient purement et simplement fascinantes et très recherchées.

La danseuse commençait à se déshabiller lentement, invoquant qu’elle est à la recherche d’une puce. On estime alors que le premier show de « Moulin Rouge » représente le commencement u

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
striptease moderne. De nos jours, la danseuse exotique est un personnage fascinant dans le décor des boites de nuit : désiree, étant [‘objet des fantasmes érotiques, jugée, enviée, marginalisée par une société de consommation h habituée d’acheter n’importe quoi, de choisir le produit selon la brillance de l’emballage mais de le jeter après utilisation, comme une ordure.

Combien dhommes qui regardent le corps d’une danseuse voient la femme, la personne? Nous sommes tellement habitués de juger selon les apparences, selon nos préjugés culturels, raditionnels, ancestrales, tellement pressés de jeter avec la pierre, seulement parce que c’est la société qui en décide… Culpabilisant le fait de se dénuder, d’utiliser la séduction en vue de gagner de l’argent, les gens blâment ce métier et invoquent le manque de moralité et d’intégrité. Sont elles des victimes?

Pour moi, une victime est une personne qui n’a pas de contrôle sur sa vie, qui subit la VIe malgré elle. Tandis que les filles qui dansent choisissent volontairement une vie de magie, d’action et de la monnaie. Pouvoir, liberté et indépendance passent par l’argent, t plus particulièrement la capacité d’en gagner. Donc elles vont succomber à cette tentation de glamour qui va leur permettre de pouvoir aller chez le coiffeur chaque semnaine ou de s’acheter des bottes à 500 S.

Mêmes si elles étaient influencées par un ami « bienveillant’ ou par le copain-pimp, cette belle vie d’abondance et de cadeaux est désirée a priori par elles mêmes. Sans aucun doute, un trait général des danseuses est l’amour pour le fric et pour le monde du paraitre. Paradoxalement elles aiment plus l’argent que soi même, malgré les nuits perdues, les jambes qui ont mal, les cernes autour des yeux, malgré un désir intense de dormir une nuit entière, 2 OF s jambes qui font mal, les cernes autour des yeux. algré un désir intense de dormir une nuit entière, elles décident pourtant de ne pas ‘perdre’ un samedi soir où on peut doubler l’argent qu’on pourrait faire dans une nuit régulière de la semaine. Elles décident quand même de rentrer travailler, sans envie, fatiguées ou malades…. elles décident de ne pas écouter leur corps, mais plutôt d’être l’esclave de l’argent. Et comment « se mettre en orme » sinon boire quelques shoots assez forts et fumer sa cigarette? Je ne vois pas ici ni la victime, ni la femme libérée.

Je vois plutôt une fille qui ne se connait pas encore elle-même en ne respectant pas ses limites, qui est contrôlée par l’argent plutôt que de le gagner, je vois la personne qui oublie en quelque sorte son âme. Une superficialité épeurante enveloppe ce monde du ‘carpe diem’. C’est un monde qui consomme le corps et l’esprit, qui fait des victimes a posteriori. Et l’idée que le « lap danse » peut faire une femme se sentir plus forte ou plus belle démontre e l’ignorance pour ne pas dire une totale Idiotie. ltimement la danseuse est la personne qu’on ne veut pas présenter à sa famille ou avec laquelle on ne veut pas être vu en publique. On considère que l’argent fait dans de tels endroits est facile sans y mettre trop d’effort ou Investir d’années d’étude. La nuance que j’aimerai apporter est que ce n’est pas de l’argent facile mais plutôt vite fait et avec un prix à payer. Si la stimulation intellectuelle n’y trouve pas sa place et des sujets comme « le mystique dans les oeuvres de Dost 3 OF s