LES BRISE LAMES A

LES BRISE LAMES A

ÉCOLE NATIONAL SUPÉRIEUR DES SCIENCE DE LA MER ET DE L’AMENAGEMENT DU LITTORAL. ALGER LES BRISE-LAMES OUVRAGE DE PROTECTION COTIERE par: Khalid AMAROUCHE 2014 Les brise-lames or 17 Introduction Sni* to View 1- Les mouvements sédimentaires (érosion et accumulation): 2 1-1 – Le transport par jets de rive 1-2 Le transport par les rouleaux ou par barre 2- Généralité sur les brise-lames: 3- L’implantation des brise-lames 7 les déséquilibres morphologiques et sédimentaires qui peut être induite par ces ouvrages.

Les ingénieurs arrive souvent a dimensionner et positionner ces ouvrages qui éussissent souvent a mettre a l’abri des aménagements menaces par des vagues, mais en générale leurs préoccupation à-propos des effets induits par ces ouvrage est insuffisante. Les mouvements et les déplacements des sédiments observes sur le littoral sont causes par plusieurs phénomène naturel et anthropique Les transports sédimentaires engendrés par l’action de la houle peuvent être repartis en deux catégories. – Les mouvements dans le profil Ce sont des mouvements perpendiculaires a la plage, ces mouvement sont pratiquement inexistants au-delà des petits fonds correspondant la limite d’action de la houle (au delà d’une profondeur égale au double de la hauteur de la houle significative annuelle selon le L. C. H. F.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Lors des tempêtes les lames très cambrées creusent le profil de la plage et entrainent des matériaux vers le large, par contre les lames de beau temps reconstituent le profil, pour autant bien sur qu’elles arrivent ? récupérer les matériaux car ceux-ci peuvent avoir été emportes par les grand fonds. – Les transits littoraux Ce sont des mouvements plaee PAGF celle-ci obliquement, compte tenu de la éfraction sur les fonds et de la diffraction sur les obstacles naturels ou artificiels de la houle du large. Le transport littoral s’effectue principalement suivant deux processus. 1-3 Le transport par jets de rive La lame ascendante entraine les matériaux suivant la direction de la houle alors que la lame descendante les ramène suivant la ligne de plus grande pente, le déplacement résultant est parallèle a la cote. (La houle comment s’en protéger. Fascicule 7, g 1. . 2) 1-4 Le transport par les rouleaux ou par barre Le courant littoral, ou long shore curent, qui est un courant arallèle a la cote engendre par la houle oblique, entraine les sédiments mis en suspension par les lames. De plus sous l’effet des rouleaux, le sable de la barre, s’il en existe une, subit un mouvement analogue à celui décrit pour les jets de rive. La barre constituant donc de ce point de vue une cote fictive. Selon les explications de jean LARRA’ 1 979 (physique de la houle et des lames). p 153. Source houle comment s’en protéger. Fascicule 7, 1. 1. ) Certaines plage sont supposer a des mouvements alternatifs d’érosion et d’engraissement, dans le profil ou le long du littoral, et l’évolution lobale ne pourra être appréciée qu’en comparent le rofll de la plage a des périodes correspondantes d’un brise-lames, ces dernier constitue un obstacle direct pour les transports des sédiments dans le profil et indirectement sur le transport parallèle a la cote, Les brises lames absorbant ‘énergie de la houle et créant une zone relativement calme et abrité dans son ombre, d’autre part en modifiant la propagation de la houle par diffraction autour de leurs extrémités.

Les transite littoral qui sont engendré principalement par ces houles seront fortement modifiés. On ssiste alors a un dépôt de sédiment qui finit parfois de relier le brise-lames a la cote par un effet dit tombola. En absence de transport ittoral le dépôt de matériaux se crée au détriment des zones voisines, et si par contre il y a un transite littoral le dépôt qui se forme a l’arrière se fait en partie au détriment de celui-ci, et on observe en contrepartie une érosion a l’aval en raison du déficit qu’il en résulte dans le transport solide. Plus l’avancée se déplace vers le brise lames, et plus elle agit comme un épi.

Fig 2 :Evolution du trait de cote derrière un brise- lame Source : Roland PASKOFF, 1992. Les littoraux, impacte des aménagements sur leur évolution 2- Généralité sur les brise- 13 absorbant leur énergie avant qu’elles ne l’atteignent. En provoquant, par conséquence, une décelération de la dérive littorale, en diffractant aussi la houle lorsqu’elle heurte leurs extrémités. A cet effet les brise lames induisent une sédimentation a leur abri, d’allure triangulaire. qui se développent a partir du rivage. Elles peuvent arriver a rattacher les brise lames a la terre on formant ce qu’on appel un tombolo.

II se forme insi des plages alvéolaires. Les brlse lames sont donc capables, non seulement d’arrêter l’érosion d’une cote, mais également d’accroitre l’espace disponible pour raccueil du public. PASKOFF. R, 1992. Cotes en danger. Les brise-lames, sont des ouvrages de protection des plages, bassins portuaires ou des ports de plaisance. Elles assurent un rôle important en diminuant l’agitation dans les plans d’eau permettant une activité portualre sécurisée. Elles sont composées de matériaux rocheux mis en œuvre par couches de granulométries croissantes, du noyau a la carapace. Figure X) .

La carapace en zone exposée peut être constituée de blocs artificiels. M. K. MIHOUBI (PROCESSUS COTIERS) Fig: 3 Source : (La houle comment s’en protéger. Fascicule 7, dossier technique épis et briselames, mauvais temps, et de la morphologie de la zone côtière et aussi de la partie du rivage ? protéger. L’efficacite des brises lames parallèles à la cote dépend essentiellement de leur distance par rapport au rivage et de leur longueur, s’ils sont trop prés de la cote, le bassin de dissipation du brise-lames serait trop petit pour absorber l’énergie de la oule après son déferlement.

En revanche si les brise-lames son trop éloigner de la cote, leur efficacité diminue aussi. La longueur du brise-lame et sa distance du rivage est définie selon le rôle qu’on veut que le brise-lames jouera, il faut aussi tenir compte de la bathymétrie qui influe sur la structure des ouvrages, sur le volume des matériaux et sur les moyenne nécessaires pour son exécution ce qui influence sur le coût de réalisation, et ceux pour assurer que le brise-lames implanter soit rentable.

Il n’existe donc pas de règles rigides recommander a ‘implantation du brise-lame 3-1 Les études nécessaires avant l’implantation d’un brise-lames Avant Pimplantation d’un brise-lame on est tenue de réaliser des études sur la topographie et la bathymétrie du lieu, et la forme du littorale ou de la plage en prenant en considération une zone d’études considérable limiter soigneusement.

On doit aussi faire des études sur la caractéristique des houles, avec une analyse détaillée des mouvements sédimentair et des études conception saine et viable d’un ouvrage vise a assurer un niveau de stabilité et e protection conformes à la prescription définis par le cahier des charges. D’une part, les risque d’un sous dimensionnement peuvent amener a une rupture potentielle d’un ouvrage. D’autre part, les risque d’un sous dimensionnement peuvent amener a une rupture potentielle d’un ouvrage.

D’autre part, un sur dimensionnement conduit à une sécurité certaine mains a un ouvrage onéreux et plus efficace que necessalre. M. K. MlHOUBl,201 3 PROCESSUS COTIER. PP43 La probabilité qu’une de ces deux situations se produit dépend de l’approche de dimensionnement adoptée. Ces approches sont trois types – Approche déterministe : elle est basée sur l’utilisation des valeurs caractéristique unique 5- Approche déterministe couplée à une analyse de sensibilité • elle se base sur la méthode déterministe avec une variation des données pour une estimation de la sensibilité des résultats. – Approche probabiliste : c’est la méthode qui repose sur l’entrée de données décrites par leur distribution de probabilités. MIHOUBI . M. K. 2013, PROCESSUS COTIER . pp43 4 – Dimensionnement et structure des brise -lames 4-1 Hauteur des brise-lames A fin d’éviter tout franchis raee par la houle, on est 7 7 nombre de paramètres entrant en jeu est important. Pour déterminer la hauteur nécessaire pour éliminer les franchissements de l’ouvrage par la houle.

On utilise une méthode de calcul basée sur des abaques extraits du manuel du C. E. R. C, voire (abaque I a VII en annexe), ces abaque nous permettent de déterminer R qui désigne la hauteur verticale d’ascension, et ceux en fonction des paramètres suivants (figure 4) a : pente du talus avec l’horizontale 8- H’o : hauteur de la houle non réfractée en eau profond T : période de la houle 10- s : hauteur d’eau au pied de l’ouvrage. Fig. : ascension des lames (La houle comment s’en protéger) 1981, fascicule 3 protection des cote en enrochement Les abaque de 1 a 3 sont établis our une pente des fonds devant la structure épale Blocs naturels Rangés 0. 75 à 0. 80 Blocs naturels arrondis En vrac 0. 60 à 0. 65 Trois couche de blocs naturels 0. 50 à 0. 55 Blocs artificiels en béton avec un 0. 45 à 0. 50 (sur une sous couche imperméable) pourcentage de vide voisin de PAG » 7 . ‘abaque Ill : 12- L’abaque IV = 2. 0 13- On considère pour : = 1. 56 = 2,75 = 2. 6