Lecture Analytique 6 Bel Ami

Lecture Analytique 6 Bel Ami

Préparation récriture analytique Bel-Ami – Métaphore qui le présente comme un roi « affolé de joie » et « un roi qu’un peuple venait acclamer » – La foule est très grande, champ lexical de la foule. Elle est ici représentée comme une masse. – On peut vor que certaine parole tende vers l’ancien avec l’image du temps et le triomphe de l’empereur romain. – On remarque que George Duroy est au centre de ce passage, son nom est souvent répété. – Focalisation interne qui permet de donner l’impression que George est fou, et permet au lecteur de connaitre toute les pensées de Duroy.

Il semble sûr de lui malgré qu’il soit « affolé P. Mais aussi focalisatio – Discours direct (lign libre (ligne 44 et 45). org Les nombreuses rép • tisfactlon de Bel- Sni* to Ami. George est débordé tian monte d’un cran avec « balbutier ». Mais il retrouve ses esprits quand il voit Clotilde de Marelle on le remarque à son changement de niveau de langue « gaiement ». Ce passage reflète l’ambigüité du personnage. Il s’occupe de lui et de sa propre personne et ne pense qu’aux apparences. Champ lexical liée à la religion « office,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
sacristie, l’église » donne ‘impression d’une profanation de l’église, et liée au plaislr pour décrire sa rencontre avec Clotilde de Marelle. Il y a une opposition sur le fai Swipe to nex: page fait que nous sommes dans une église mais que Duroy n’a pas les valeurs attendues. – On a cette impression que Bel-Ami ne change finalement pas car il va recommencer sa relation avec Clotilde de Marelle mais aussi séduire toutes les autres femmes qui lui permettront pour sa réussite sociale. La scène est ouverte et laisse court à pleins d’imagination.

La foule est décrite selon Bel-Ami elle est vu comme « amassée « noire « bruissante Pour Duroy cette foule est symbole de réussite. Tout le passage est perçu comme un spectacle qui est offert à la foule. Mais on a une impression de décalage car c’est censé être une scène de mariage. – On peut vor ainsi l’hypocrisie de Duroy envers Suzanne, mais aussi le désir qu’il éprouve pour Clotilde avec le champ lexical du désir « baisers, caresses, gentillesses, goût de ses lèvres C’est à ce moment que l’on voit que Suzanne est seulement une onquête parmi tant d’autre. Le mot qui clôt le roman est « lit » ce qui montre encore une fois le désir éprouvé mais la de manière très significative. – Ce désir est partagé par les deux personnages « leurs yeux se rencontrèrent » – Et l’on voit que Bel-Ami souhaite aller encore plus loin et se projette dans la politique. On peut voir que le premier terme d’amour est ici évoqué pour Clotilde « Je t’aime toujours, je suis à toi » Ce texte constitue la fin du roman ou excipit. andis que l’incipit mettait en place tous les éléments nécessai